Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Rétrospective Blake Edwards au 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville en partenariat avec la Cinémathèque Française

    victor.jpgLa Cinémathèque  Française vient d'annoncer sa programmation pour l'année à venir, une programmation qui ferait pâlir d'envie n'importe quel festival. Cela tombe bien puisque, dans le cadre de son partenariat avec le Festival du Cinéma Américain de Deauville, la Cinémathèque permet au festival de reprendre une partie de sa rétrospective intégrale Blake Edwards qui aura lieu à la Cinémathèque du 24 août au 17 octobre.

    Programme Blake Edwards à la Cinémathèque:

    Blake Edwards n’est pas seulement le plus grand réalisateur de comédies qui ait prolongé l’âge classique hollywoodien. Il restera celui qui, durant les arides années 1960, aura maintenu à une hauteur inespérée les grands et peti ts réci ts du cinéma américain en raison, certes , de son sens de la comédie ( La Panthère rose, Mais qu’as-tu fait à la guerre, Papa ?) , du vaudeville trivial ( Victor, Victoria) et du burlesque débridé (The Party, Boires et Déboires), mais aussi de l ’action ( Allo… brigade spéciale, Deux hommes dans l’Ouest, Opération clandestine), du drame (Le Jour du vin et des roses ) ou des histoires d’amour teintées de mélancolie ( Diamants sur canapé, Top Secret ).

    Autour de la rétrospective

    CONFÉRENCES

    Lundi 12 septembre : Conférence de Jean-Philippe Tessé, « Dr Edwards et Mister Sellers »

     

    Lundi 19 septembre : Conférence de Jean-Baptiste Thoret, « Blake Edwards dans les années 70 : après la mousse, le creux de la vague ? »

    Lundi 26 septembre : Conférence de Jean-Marc Lalanne, « Homme, femme et plus… »

    Découvrez également l'excellente programmation de la saison 2011/2012 de la Cinémathèque, ici.

  • Offrez-vous un pass VIP pour le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2011

    vipdeau.jpg

    Pour cette 37ème édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville, le CID vous propose divers pass VIP qui, semble-t-il ont eu un succès fou puisqu'il n'en reste plus qu'une sorte: un pass soirée à 160 euros avec : tapis rouge, cocktail champagne et canapés, accès à la projection du soir avec place réservée, catalogue officiel offert et badge d'accès VIP.(valable une soirée du samedi soir au jeudi soir inclus)

    Le CID peut également vous proposer un festival à la carte avec:

    Dîner au restaurant étoilé l'Etrier Barrière 140€*

    Dîner Festival au Ciro's Barrière 86,81€*

    Prolongez votre soirée V.I.P dans l'un des restaurants partenaires

    Projections en journée 28,44€*

    Accédez à l’ensemble ses projections en journée

    Reportage photo à partir de 690€* Immortalisez votre soirée V.I.P

    Hébergement : Toutes catégories d’hôtels sur simple demande

    (*Tarifs hors taxes par personne, offre sous réserve de disponibilités)

    CONTACT : Centre International de Deauville

    Les Planches, 1 avenue Lucien Barrière, BP 71100, 14801 Deauville Cedex

    web : www.congres-deauville.com / www.festival-deauville.com

    e-mail : service-commercial@congres-deauville.com

    Tél : 02.31.14.14.13 / Fax : 02.31.14.01.01

  • La nouvelle page Facebook d'Inthemoodfordeauville.com

    dea7.jpgAfin de ne pas créer de confusion avec la page Facebook officielle du Festival du Cinéma Américain de Deauville, j'ai supprimé ma propre page qui portait le même nom pour en créer une nouvelle intitulée "In the mood for Deauville".

    Vous étiez presque 1000 membres inscrits à l'ancienne page. J'espère que vous serez bientôt autant à être abonnés à celle-ci. Je compte sur vous pour la faire connaître.

    Vous y trouverez toutes les informations sur le festival, des concours exclusifs, des liens vers mes articles et ce sera également un lieu de débat sur le Festival de Deauville.

    Voici l'adresse de cette nouvelle page consacrée aussi bien au Festival du Cinéma Américain qu'au Festival du Film Asiatique de Deauville : https://www.facebook.com/#!/inthemoodfordeauville .

    Vous pouvez également vous inscrire à mon compte twitter dédié aux festivals de Deauville : http://twitter.com/moodfdeauville .

     

  • Découvrez le Deauville de Robert Capa: exposition en plein air

     

    capa2.jpg

    © Robert Capa / International Center of Photography / Magnum

    capa.jpg

    En attendant les premières informations sur le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2011, je vous recommande une exposition en plair air intitulée "Le Deauville de Robert Capa"  sur les Planches de Deauville du 25 juin au 30 septembre 2011. Une exposition originale de trente tirages, reproduits en grand format, sélectionnés 60 ans après, dans les archives de l’ICP de New York parmi les photographies réalisées par Robert Capa en août 1951 (23 de ces photographies sont inédites). Une exposition conçue par la Ville de Deauville et son Service Culturel en collaboration avec l’International Center of Photography (ICP) à New York. Vernissage samedi 25 juin 2011 à 18h sur les Planches de Deauville (départ de la visite : place Claude Lelouch). Accès libre. + d'infos : www.deauville.fr

  • Critique de "L'Affaire Rachel Singer" (The debt) de John Madden - Sélection officielle Festival du Cinéma Américain de Deauville 2010

    dette6.jpg

    Projeté en première mondiale lors du dernier Festival du Cinéma Américain de Deauville en septembre 2010, la sortie de ce film a sans cesse été repoussée après avoir été initialement prévue le 29 décembre 2010. Il a par ailleurs obtenu le prix spécial Police du Festival du Film Policier de Beaune 2011. Il sortira finalement en salles ce 15 juin, ce dont je me réjouis puisqu'il s'agissait d'un de mes coups de coeur de ce Festival du Cinéma Américain même si je déplore sa fin abracadabrantesque. Initialement intitulé "La dette" (The debt) il a été rebaptisé "L'Affaire Rachel Singer" (le premier titre était d'ailleurs beaucoup plus judicieux à mon avis). John Madden en est le réalisateur ("Shakespeare un love", "Capitaine Corelli"...).

    deauvillejour2 039.JPG

    Synopsis: En 1966, David (Sam Worthington), Rachel (Jessica Chastain) et Stefan (Marton Csokas), agents du Mossad, rentrent en héros d’Allemagne de l’Est pour avoir trouvé et abattu un criminel de guerre nazi,  le médecin de Birkenau, Vogel (Jesper Christensen).  Alors que, trente ans plus tard, la fille de Rachel (Helen Mirren) et Stefan (Tom Wilkinson) a écrit un livre sur cet épisode, le passé refait surface.

     Remake d’un film israélien éponyme sorti en 2007, « la dette » était ainsi la première bonne surprise de cette édition 2010 du Festival de Deauville qui, malgré une absence inédite de stars américaines, a continué à proposer des premières mondiales et à être, avant tout et plus que jamais, une vitrine du cinéma indépendant américain.

     dette2.jpg

     « La dette » transcende ainsi le film d’espionnage classique (malgré une structure en flashback et une réalisation, elles, en revanche, très classiques même si ce flashback est aussi un judicieux élément de manipulation du spectateur) pour en faire une histoire d’amour, et même historique qui mêle habilement intimité et donc Histoire. L’intimité à plus d’un titre. L’intimité, fatale et poignante, de ce triangle amoureux contraint de vivre dans un espace réduit avec le bourreau de Birkenau, de se confronter au visage de l’horreur quotidiennement. L’intimité de Rachel qui, pour l’approcher, doit se laisser ausculter par les mains de Vogel, devenu gynécologue, des mains tâchées du sang de ses atrocités.

    Les scènes de huis-clos sont ainsi captivantes. Les trois agents du Mossad sont contraints de cohabiter avec l’être qu’ils exècrent.  C’est sans doute la partie la plus intéressante du film. A travers eux (David a perdu toute sa famille, Rachel sa mère), ce sont les victimes de l’holocauste qui affrontent le passé. Le bourreau se retrouve alors à la merci de ses victimes qui devront résister à l’envie de faire justice eux-mêmes malgré le dégoût qu’il leur inspire et malgré les horreurs qu’il profère. L’ineffable dégoût se lit alors dans les regards échangés, dans les larmes retenues, dans les pesants silences. Comment juger l'incompréhensible? Comment regarder en face l’horreur absolue ? Comment donner un visage à l’inhumanité ? Notamment en ne trouvant pas l’excuse de la folie à l’indicible, l’impensable, l’inconcevable. Ainsi lorsque Vogel dit avec un rire sardonique et cynique « nous étions tous fous alors? », David lui répond que la folie serait une explication trop facile à ce qui reste une horrifiante énigme.

    La dette c’est bien sûr celle de Vogel qui ne pourra jamais être rachetée mais aussi celle des trois agents du Mossad liés par un terrible secret. Ils portent le poids du mensonge mais aussi le poids de l’Histoire, du passé, de celui de leurs parents. Le poids est donc double, celui de l’Histoire et de leur histoire. De l’Histoire aussi trop lourde pour laisser le présent respirer.

    Palpitante confrontation en huis-clos, thriller captivant, tragique histoire d’amour, réflexion sur les statuts de victime et bourreau et sur les indélébiles brûlures de l’Histoire, éloge de la vérité, « La dette » devenue "L'Affaire Rachel Singer"  était tout cela jusqu’au dénouement totalement abracadabrantesque, voire granguignolesque, et surtout pas à la hauteur de l’Histoire et des (trop) nombreux et lourds sujets brassés ni à la hauteur de ce qui le précède, néanmoins pas suffisamment pour que je ne vous recommande pas ce film qui a notamment le mérite de porter un regard intime sur une tragédie universelle, de faire du face-à-face entre quatre individus (les trois agents du Mossad face à Vogel) dans un espace restreint, la métaphore habile de cette dernière.

     
  • La grille de programmation du Festival du Film de Cabourg 2011

    cab67.jpg

    En attendant de suivre l'autre festival normand ici en direct, à savoir le Festival du Cinéma Américain de Deauville, retrouvez toutes les informations sur le Festival du Film de Cabourg 2011 en cliquant ici et la grille de programmation, ci-dessous.

    cab68.jpg

    cab69.jpg

    cab610.jpg