Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Découvrez le Festival de la photographie "Planche(s) contact" et participez au concours photo! | Page d'accueil | Dates du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2012 : du 31 août au 9 septembre 2012 »

31/10/2011

Compte-rendu du Festival Planche(s) contact de Deauville: les 1000 visages d'une beauté versatile et mélancolique

Kate.jpg

Ci-dessus, une des 3 photos de la gagnante du concours photo des étudiants en photographie, Kate Fichard, exposée à la salle des fêtes de Deauville

festivalphoto.jpg

deauvilleplanchesontact 1920.JPG

deauvilleplanchesontact 1799.JPG

Moins de deux mois après la fin du 37ème Festival du Cinéma Américain, me voilà (et avec grand plaisir) de retour à Deauville pour un autre festival qui pourrait bien, après ce dernier et après le Festival du Film Asiatique, en devenir le troisième rendez-vous artistique incontournable (même si Deauville compte d’autres rendez-vous désormais bien installés comme le salon Livres et musiques en avril). Il faut dire que le programme culturel 2011-2012 (dont la couverture met d’ailleurs à l’honneur le festival « Planche(s) contact » et une photo du célèbre photographe italien Massimo Vitali prise en juin 2011) pourrait fait pâlir d’envie bien des villes. Le dynamisme de Deauville (qui a aussi accueilli le G8 en mai dernier) aurait tendance à nous faire oublier qu’elle compte moins de 4000 habitants !

deauvilleplanchesontact 1936.JPG

deauvilleplanchesontact 1797.JPG

Ce nouveau rendez-vous résonne comme une évidence. Je ne connais pas d’endroits, ou si peu, dont la beauté soit aussi agréablement versatile, dont les couleurs et la luminosité lui procurent une telle hétérogénéité de visages. Oui, Deauville a mille visages. Loin de l’image de 21ème arrondissement de Paris à laquelle on tendrait à la réduire (qu’elle est aussi, certes), ce qui m’y enchante et ensorcelle se situe ailleurs : dans ce sentiment exaltant que procurent sa mélancolie étrangement éclatante et sa nostalgie paradoxalement joyeuse. Mélange finalement harmonieux de discrétion et de tonitruance. Tant de couleurs, de visages, de sentiments que j’éprouve la sensation de la redécouvrir à chaque fois. Le poids si doux et léger de tant de souvenirs engrangés en 18 années de Festival du Cinéma Américain et dix ans de Festival du Film Asiatique, aussi, sans doute. Bien sûr, je la préfère très tôt le matin, mystérieuse, presque déserte, qui émerge peu à peu des brumes et de l’obscurité nocturnes, dans une âpre luminosité qui se fait de plus en plus évidente, incontestable et enfin éblouissante. Ou le soir, quand le soleil décline et la teinte de couleurs rougeoyantes, d’un ciel incendiaire d’une beauté insaisissable et improbable et que je m’y laisse aller à des rêveries et des espoirs insensés. A l’image des êtres les plus intéressants, Deauville ne se découvre pas forcément au premier regard mais se mérite et se dévoile récompensant le promeneur de sa beauté incendiaire et ravageuse aux heures les plus solitaires, avec des couleurs aux frontières de l'abstraction, tantôt oniriques, tantôt presque inquiétantes.

deauvilleplanchesontact 1846.JPG

deauvilleplanchesontact 1849.JPG

deauvilleplanchesontact 1850.JPG

deauvilleplanchesontact 1890.JPG

deauvilleplanchesontact 1897.JPG

deauvilleplanchesontact 1893.JPG

deauvilleplanchesontact 1910.JPG

deauvilleplanchesontact 1902.JPG

deauvilleplanchesontact 1907.JPG

deauvilleplanchesontact 1817.JPG

deauvilleplanchesontact 1827.JPG

deauvilleplanchesontact 1896.JPG

deauvilleplanchesontact 1861.JPG

Ci-dessus, quelques photos prises ce week end, à Deauville...

Cette beauté mélancolique, quelqu’un qui a tant fait pour la renommée de Deauville (et réciproquement), l’a magnifiquement immortalisée. C’est Claude Lelouch (d’ailleurs présent pour découvrir le vernissage de l’exposition), qui, ainsi le 13 septembre 1965, désespéré,  roule alors vers Deauville où il arrive la nuit, épuisé. Réveillé le matin par le soleil, il voit une femme depuis sa voiture,  elle  marche sur la plage avec un enfant et un chien. Sa « curiosité est alors plus grande que la tristesse ». Il commence à imaginer ce que peut faire cette femme sur cette plage, avec son enfant, à cette heure matinale. Cela donnera « Un homme et une femme », la rencontre de deux solitudes blessées qui prouve que les plus belles histoires sont les plus simples et que la marque du talent est de les rendre singulières et extraordinaires.

lelouch.jpg

Cette beauté protéiforme a inspiré de multiples visions de la ville, et c’était donc une idée particulièrement judicieuse de les mettre à l’honneur par la création d’un festival de la photographie initié l’an passé. Ainsi, du 5 au 18 septembre 2011, 12 photographes ont séjourné en résidence à Deauville, des photographes de réputation internationale comme David Armstrong, Lars Tunbjörk, ou Massimo Vitali ou des espoirs sérieux comme Romain Meffre et Yves Marchand ou encore six élèves d’écoles européennes de photographie, et enfin Namsa Leuba, lauréate du concours des étudiants en photographie de l’année dernière. Chacun a posé son regard, tendre, malicieux, acéré, mais toujours intéressant, dévoilant un de ces multiples visages de Deauville.

deauvilleplanchesontact 1825.JPG

Une autre bonne idée a été d’exposer dans Deauville des photographies autour de la thématique du cheval, transformant en objets singuliers des lieux habituels, doublement d’ailleurs : sur la photographie, et dans leur mise en scène dans le cadre de Deauville.

deauvilleplanchesontact 1796.JPG

deauvilleplanchesontact 1856.JPG

 

deauvilleplanchesontact 1922.JPG

Ci-dessus, les photos sur le thème du cheval exposées dans Deauville

deauvilleplanchesontact 1816.JPG

deauvilleplanchesontact 1811.JPG

Ci-dessus, les photos de la gagnante du concours des étudiants en photographie de l'an passé, Namsa Leuba

Le festival dont la direction artistique a été confiée à Patrick Rémy organise également deux concours : le premier à destination d’étudiants en photographie d’école européenne qui donne aussi lieu à une exposition (à la salle des fêtes de Deauville). Ce concours dont le jury était présidé par la photographe Bettina Rheims a été remporté par Kate Fichard, une jeune française qui étudie à Lausanne et remporte ainsi une bourse de 3000 euros  et le droit de revenir l’année prochaine pour exposer ses travaux. Alain Genestar, membre du jury a ainsi déclaré « Elle a réussi à photographier Deauville, sans les planches, sans le casino. Pourtant, c’est immédiatement Deauville. »

 Kate Fichard s’est affirmée en insistant pour ne montrer que 3 clichés, très personnels, mettant la danse contemporaine au centre de son travail pour « saisir le corps dans ses mouvements les plus étranges et les plus inhabituels et le situer dans les lieux qui le sont aussi ». Le résultat : des photographies hypnotiques d’une beauté et d’une force à la fois brutes et élégantes, douces et sensuelles qui immortalisent parfaitement ce paradoxe deauvillais dont je vous parlais précédemment. Un prix entièrement mérité en tout cas.

 

deauvilleplanchesontact 1831.JPG

deauvilleplanchesontact 1841.JPG

deauvilleplanchesontact 1926.JPG

Ci-dessus, les photographies de la gagnante exposées à la salle des fêtes de Deauville.

deauvilleplanchesontact 1824.JPG

deauvilleplanchesontact 1818.JPG

L’autre concours organisé autour de ce festival a connu, dès cette deuxième édition, un joli succès, avec une centaine de participants. Le principe : rendre réelle la virtuelle 25ème heure, le jour du passage à l’heure d’hiver, donner une heure aux photographes (souvent amateurs, sur simple inscription), de minuit à une heure du matin, pour fournir une photo, une seule, et donner leur vision de cette 25ème à Deauville. Bref, suspendre le vol du temps en l’immortalisant. Belle idée. Le top départ a été donné à la Villa Le Cercle où un buffet était même proposé aux participants, et où régnaient une sympathique convivialité et émulation. Amusant de voir des photographes arpenter Deauville à cette heure avancée et de les voir la photographier sous tous les angles, souvent inattendus. Le lendemain, également au Cercle, étaient récompensés six lauréats qui avaient chacun posé un regard très différent sur Deauville, en noir et blanc, ou en couleurs, avec élégance ou humour, mais en tout cas en y insufflant leur personnalité et leur talent.

concl.jpg

Ci-dessus, la photographie du gagnant du concours "La 25ème heure", signée Aloïc Vautier

concoursphoto6.jpg

deauvilleplanchesontact 1853.JPG

deauvilleplanchesontact 1851.JPG

deauvilleplanchesontact 1863.JPG

deauvilleplanchesontact 1876.JPG

deauvilleplanchesontact 1880.JPG

Ci-dessus, les 6 photos gagnantes du concours de la "25ème heure" (les gagnants: Françoise Hordelalay, Nicolas Katz, Anaïs Herrati, Jacques-Olivier Blin et Bruno Gavard)

deauvilleplanchesontact 1871.JPG

deauvilleplanchesontact 1869.JPG

Ci-dessus, quelques photos des participants du concours "La 25ème heure" exposées au Cercle

deauvilleplanchesontact 1881.JPG

Swatch, partenaire officiel du Festival "Planche(s) contact" 2011

deauvilleplanchesontact 1884.JPG

Enfin, à quelques pas de la salle des fêtes où exposent les six jeunes étudiants en photographie, au Club 2010 vous pourrez découvrir le travail de David Armstrong, Massimo Vitali, Lars Tunbjörk (seul absent de ce prestigieux générique ce week end), Yves Marchand, Romain Meffre ainsi que le  travail de la lauréate du concours étudiant de l’an passé Namsa Leuba.

deauvilleplanchesontact 1820.JPG

deauvilleplanchesontact 1819.JPG

Ci-dessus, les photographies de Massimo Vitali exposées au Club 2010

Je vous encourage tout particulièrement à découvrir le travail de Massimo Vitali, ses photos en surexposition qui mettent en exergue les différences et le brassage culturel et social de Deauville et qui donnent un reflet à la fois anthropologique et sociologique à son travail qui nous fait aussi redécouvrir des lieux familiers, leur apportant une étrangeté instructive.

deauvilleplanchesontact 1822.JPG

Ci-dessus, le regard décalé de Lars Tunbjork sur les coulisses du G8 à Deauville 

 Découvrez également le regard décalé de Lars Tunbjork sur le G8 de Deauville. Un des rares photographes accrédité par le New York Times et qui suit de nombreux évènements internationaux. Ses photographies portent un regard à la fois ironique et sans complaisance mais aussi interrogatif et donc salutaire sur le monde qui nous entoure, et en souligne brillamment les contradictions, et parfois les absurdités.

Si vous avez manqué le rendez-vous de ce week end, rassurez-vous, les expositions sont visibles jusqu’au 27 novembre (détails pratiques en bas de cet article) et surtout, vous pourrez participer à l’édition 2012 de Planche(s) contact en vous inscrivant à son concours de photographie.

deauvilleplanchesontact 1795.JPG

deauvilleplanchesontact 1932.JPG

deauvilleplanchesontact 1931.JPG

deauvilleplanchesontact 1925.JPG

Ci-dessus, les photographies des six étudiants exposées à la salle des fêtes de Deauville

Un évènement ludique et enrichissant qui modifie et nourrit notre regard sur Deauville et auquel je vous encourage vraiment à participer l’an prochain. En attendant, vous pourrez bien entendu me retrouver à Deauville pour le Festival du Film Asiatique et le Festival du Cinéma Américain…et sans doute bien avant, car après le 150ème anniversaire de la ville et les célébrations de la Normandie, Deauville a décidé, en 2012, de mettre le cinéma à l’honneur qui en est d’ailleurs indissociable, évidemment en raison du film précité à la palme d’or et aux 40 récompenses  mais aussi de la cinquantaine de films qui y ont été réalisés et bien sûr de ses festivals de cinéma, depuis 1975 pour l’un et 1999 pour l’autre. Je vous dis donc à très bientôt « in the mood for Deauville » pour me laisser bercer à nouveau par la mélancolie bienheureuse et exaltante de Deauville et vous en relater la riche vie culturelle.

Renseignements pratiques : Expositions visibles du 29 octobre au 27 novembre 2011. La salle des fêtes de Deauville et le Club 2010 seront ouverts au public du samedi 29 octobre au dimanche 6 novembre, puis les samedis et dimanches jusqu’au 27 novembre, de 11h à 13H et de 16H à 19H. Site internet de Deauville: http://www.deauville.fr et page Facebook de Deauville: http://www.facebook.com/#!/deauville.normandie 

13:15 Écrit par Sandra Mézière dans PLANCHE(S) CONTACT | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | | Pin it! |

Écrire un commentaire