Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Critique - "Les bêtes du sud sauvage" de Benh Zeitlin - Grand prix et prix de la révélation Cartier - Festival de Deauville 2012

    L’ayant vu au Festival du Cinéma Américain de Deauville il y a 10 jours, et revu dans le cadre du Jury du Grand Prix Cinéma de Elle ce week end, à nouveau, je ne m'attendais pas à être encore ainsi emportée par l'émotion.

    « Quand le cinéma est beau comme le vôtre, quand les films sont beaux comme le vôtre, cela rassemble », avait déclaré la présidente du jury Sandrine Bonnaire lors de la cérémonie du palmarès du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2012 lors de laquelle le film avait été couronné du Grand Prix et du prix de la révélation Cartier. C'est en effet un des pouvoirs magiques du cinéma que de pouvoir rassembler ainsi des spectateurs différents dans un tourbillon d'émotions agréablement dévastateur.

    week deauville 086.JPG

    Ci-dessus, Benh Zeitlin, lors de la cérémonie du palmarès de Deauville (photo inthemoodfordeauville.com )

    A Cannes, déjà, où je l'avais manqué et où le film a notamment été couronné de la caméra d’or, c’était une incessante litanie « il faut voir Les Bêtes du Sud sauvage ». Alors, ce film méritait-il autant de louanges et autant de prix ?

    « Les Bêtes du Sud sauvage » est le premier long-métrage de Benh Zeitlin adapté de « Juicy and Delicious», une pièce écrite par Lucy Alibar, une amie de Benh Zeitlin qui a coécrit le scénario avec lui. Il se déroule dans le Sud de la Louisiane, dans le bayou, «le « bathtub », une terre sauvage et âpre où vit Hushpuppy (Quvenzhané Wallis), une petite fille de 6 ans et son père Wink (Dwight Henry). Soudain cette nature rebelle s’emballe, les glaciers fondent, des aurochs apparaissent, le monde s’effondre pour Hushpuppy (la nature qui l’environne mais aussi le sien, son monde, puisque la santé de son père décline) ; elle va alors partir à la recherche de sa mère.

    Ne vous fiez pas à mon synopsis réducteur car ce film possède tout ce qu’un synopsis ou une critique ne pourront jamais refléter. Il en va ainsi de certains films, rares, comme de certaines personnes qui possèdent ce charme indescriptible, cette grâce ineffable, ce supplément d’âme que rien ni personne ne pourront décrire ni construire car, justement, il n’est pas le fruit d’un calcul mais une sorte de magie qui surgit presque par miracle (et sans doute grâce à la bienveillance et la sensibilité du regard du cinéaste) comme celle qui peuple les rêves de Hushpuppy.

    Dès les premières secondes, malgré la rudesse de la vie qu’il décrit, malgré l’âpreté de cette terre et celle du père de Hushpuppy, ce film vous séduit et vous emporte pour ne plus vous lâcher. C’est à travers les yeux innocents et l’imagination débordante de Hushpuppy que nous sommes embarqués dans cette histoire guidés par sa voix qui nous berce comme un poème envoûtant.

    La vie grouille, palpite, dans chaque seconde du film, dans cet endroit où elle est (et parce qu'elle est) si fragile, son cœur bat et résonne comme celui de ces animaux qu’écoute Hushpuppy pour, finalement, faire chavirer le vôtre. Un monde qu'il donne envie de préserver avant que les marées noires ne le ravagent et que la magie n'en disparaisse à jamais.

    Son monde est condamné mais Hushpuppy (incroyable présence et maturité de la jeune Quvenzhané Wallis) , avec son regard attendrissant, opiniâtre et frondeur résiste, lutte, et s’invente un univers magique où le feu s’allume au passage d’une belle femme, où elle résiste aux aurochs du haut de ses 6 ans. Benh Zeitlin filme à hauteur d'enfant et du regard d'Hushpuppy imprégnant tout le film de son riche imaginaire.

    Film inclassable : autant une histoire d’amour ( d’un réalisateur pour une terre sauvage et noble qui se confond avec la mer dans un tumulte tourmenté que pour ses habitants, fiers et courageux viscéralement attachés à leur terre mais aussi d’une fille pour son père et réciproquement dont les relations sont faites de dureté attendrissante), fantastique ou fantasmagorique que conte philosophique et initiatique, « Les bêtes du sud sauvage » est aussi un poème onirique qui mêle majestueusement tendresse et rudesse (des êtres, de la terre), réalité et imaginaire, violence (des éléments) et douceur (d’une voix), dureté et flamboyance (comme lors de ce défilé d'une gaieté triste pour célébrer la mort). Voilà, ce film est beau et contrasté comme un oxymore.

    Un film d'une beauté indescriptible, celle des êtres libres, des êtres qui résistent, des êtres qui rêvent, envers et contre tout, tous et cela s’applique aussi bien au film qu’à celui qui l’a réalisé avec un petit budget et des acteurs non professionnels sans parler des conditions de tournage puisque l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon de BP s’est produite le premier jour du tournage le 20 avril 2010.

    Un film universel, audacieux et dense, un hymne à la vie et l’espoir, au doux refuge de l'imaginaire aussi quand la réalité devient trop violente, un film d’une beauté âpre et flamboyante qui vous emmènera loin et vous accompagnera longtemps comme cette voix (texte de la voix off dit par Hushpuppy magnifiquement écrit), ce regard et cette musique qui reflètent ce mélange de force et de magie, de grâce et de détermination ( une musique dont Benh Zeitlin est le coauteur, elle fut même utilisée pour la campagne d’Obama) et, à l'image de son affiche, un feu d'artifices d'émotions. Un film rare qui méritait indéniablement son avalanche de récompenses. Je vous en reparlerai plus longuement au moment de sa sortie.

    Sortie en salles : le 12 décembre 2012

    Découvrez les 6 blogs inthemood: http://inthemoodlemag.com , http://inthemoodforfilmfestivals.com , http://www.inthemoodforcinema.com, http://www.inthemoodforcannes.com , http://www.inthemoodfordeauville.com , http://www.inthemoodforluxe.com .

  • Planche(s) contact 2012 : Festival de photographie de Deauville du 27 octobre au 11 novembre 2012

    L’an passé, j’avais eu le plaisir de découvrir le Festival « Planche(s) contact », le festival de la photographie deauvillais dont c’était la 2ème édition (retrouvez mon compte-rendu détaillé de l’édition 2011 en bas de cette page, en espérant qu'il vous donnera envie de venir pour cette 3ème édition).

     Ce festival est renouvelé cette année, rien d’étonnant au regard du beau succès de l’an passé.  Et quel plus beau lieu d’inspiration pour les photographes que Deauville avec sa lumière si particulière, son subtil mélange de mélancolie et de gaieté!

     Je ne peux que vous encourager à venir, découvrir ces œuvres singulières et ces regards différents sur Deauville et aussi à participer au très convivial concours de la 25ème heure.

    J'en profite aussi pour vous rappeler que cette année Deauville fête le cinéma (chaque année, la ville propose désormais une thématique différente, le 7ème art y était évidemment incontournable).

     

     

    « Depuis trois ans, des photographes reconnus sont ainsi invités en résidence avec comme seule indication de mettre en correspondance leur univers avec un des visages de Deauville. Dans le même temps et sur le même sujet, le concours étudiants Fondation Louis Roederer met en compétition des étudiants d’écoles de photographie européennes.

    De mai 2010 à septembre 2011, ils ont été 7 photographes à séjourner en résidence à Deauville. Stars de la photographie contemporaine comme David Armstrong, Charles Féger, Lise Sarfati, Lars Turnbjörk et Massimo Vitali ou espoirs sérieux comme Romain Meffre et Yves Marchand.

    contact1.jpg

    Ci-dessus, photo de Simon Procter

    Pour la troisième édition, sont invités : Paolo Roversi, Filip Dujardin, Simon Procter, Kourtney Roy, Tania et Vincent et Kate Fichard, étudiante lauréate du concours étudiants Fondation Louis Roederer 2011, ainsi que neuf étudiants de l’Ecole Cantonale d’Art (Lausanne), du Royal College of Art (Londres), de NABA (Milan) et de l’Ecole Nationale Supérieure de la photographie (Arles). Tous ont carte blanche pour proposer leurs regards de Deauville, où la plupart ne sont jamais venus.

    contact2.png

    Ci-dessus, photo de Philip Dujardin

    Toutes ces photographies variées, denses, parfois intimes ou drôles vont devenir les éléments d’un fonds qui année après année constituent la mémoire photographique du XXIe siècle de la ville.

    Une initiative singulière, ancrée dans le présent et qui se projette dans l’avenir, à suivre tout l’été à Deauville.

    L’ensemble des travaux seront exposés lors du Festival qui se déroulera du 27 octobre au 11 novembre à Deauville. Lors du week-end de vernissage se déroulera le concours de la 25e heure avec le soutien de Swatch. Pour la première année, Deauville initiera un « off » ouvert à tous les acteurs du territoire. »

    Pour plus d'infos, rendez-vous sur le site de la ville: http://www.deauville.fr/FR/agenda/2627/planche-s-contact-2012/?dateId=2604

    Compte-rendu du Festival Planche(s) contact de Deauville: les 1000 visages d'une beauté versatile et mélancolique

    Kate.jpg

    Ci-dessus, une des 3 photos de la gagnante du concours photo des étudiants en photographie, Kate Fichard, exposée à la salle des fêtes de Deauville

    festivalphoto.jpg

    deauvilleplanchesontact 1920.JPG

    deauvilleplanchesontact 1799.JPG

    Moins de deux mois après la fin du 37ème Festival du Cinéma Américain, me voilà (et avec grand plaisir) de retour à Deauville pour un autre festival qui pourrait bien, après ce dernier et après le Festival du Film Asiatique, en devenir le troisième rendez-vous artistique incontournable (même si Deauville compte d’autres rendez-vous désormais bien installés comme le salon Livres et musiques en avril). Il faut dire que le programme culturel 2011-2012 (dont la couverture met d’ailleurs à l’honneur le festival « Planche(s) contact » et une photo du célèbre photographe italien Massimo Vitali prise en juin 2011) pourrait fait pâlir d’envie bien des villes. Le dynamisme de Deauville (qui a aussi accueilli le G8 en mai dernier) aurait tendance à nous faire oublier qu’elle compte moins de 4000 habitants !

    deauvilleplanchesontact 1936.JPG

    deauvilleplanchesontact 1797.JPG

    Ce nouveau rendez-vous résonne comme une évidence. Je ne connais pas d’endroits, ou si peu, dont la beauté soit aussi agréablement versatile, dont les couleurs et la luminosité lui procurent une telle hétérogénéité de visages. Oui, Deauville a mille visages. Loin de l’image de 21ème arrondissement de Paris à laquelle on tendrait à la réduire (qu’elle est aussi, certes), ce qui m’y enchante et ensorcelle se situe ailleurs : dans ce sentiment exaltant que procurent sa mélancolie étrangement éclatante et sa nostalgie paradoxalement joyeuse. Mélange finalement harmonieux de discrétion et de tonitruance. Tant de couleurs, de visages, de sentiments que j’éprouve la sensation de la redécouvrir à chaque fois. Le poids si doux et léger de tant de souvenirs engrangés en 18 années de Festival du Cinéma Américain et dix ans de Festival du Film Asiatique, aussi, sans doute. Bien sûr, je la préfère très tôt le matin, mystérieuse, presque déserte, qui émerge peu à peu des brumes et de l’obscurité nocturnes, dans une âpre luminosité qui se fait de plus en plus évidente, incontestable et enfin éblouissante. Ou le soir, quand le soleil décline et la teinte de couleurs rougeoyantes, d’un ciel incendiaire d’une beauté insaisissable et improbable et que je m’y laisse aller à des rêveries et des espoirs insensés. A l’image des êtres les plus intéressants, Deauville ne se découvre pas forcément au premier regard mais se mérite et se dévoile récompensant le promeneur de sa beauté incendiaire et ravageuse aux heures les plus solitaires, avec des couleurs aux frontières de l'abstraction, tantôt oniriques, tantôt presque inquiétantes.

    deauvilleplanchesontact 1846.JPG

    deauvilleplanchesontact 1849.JPG

    deauvilleplanchesontact 1850.JPG

    deauvilleplanchesontact 1890.JPG

    deauvilleplanchesontact 1897.JPG

    deauvilleplanchesontact 1893.JPG

    deauvilleplanchesontact 1910.JPG

    deauvilleplanchesontact 1902.JPG

    deauvilleplanchesontact 1907.JPG

    deauvilleplanchesontact 1817.JPG

    deauvilleplanchesontact 1827.JPG

    deauvilleplanchesontact 1896.JPG

    deauvilleplanchesontact 1861.JPG

    Ci-dessus, quelques photos prises ce week end, à Deauville...

    Cette beauté mélancolique, quelqu’un qui a tant fait pour la renommée de Deauville (et réciproquement), l’a magnifiquement immortalisée. C’est Claude Lelouch (d’ailleurs présent pour découvrir le vernissage de l’exposition), qui, ainsi le 13 septembre 1965, désespéré, roule alors vers Deauville où il arrive la nuit, épuisé. Réveillé le matin par le soleil, il voit une femme depuis sa voiture, elle marche sur la plage avec un enfant et un chien. Sa « curiosité est alors plus grande que la tristesse ». Il commence à imaginer ce que peut faire cette femme sur cette plage, avec son enfant, à cette heure matinale. Cela donnera « Un homme et une femme », la rencontre de deux solitudes blessées qui prouve que les plus belles histoires sont les plus simples et que la marque du talent est de les rendre singulières et extraordinaires.

    lelouch.jpg

    Cette beauté protéiforme a inspiré de multiples visions de la ville, et c’était donc une idée particulièrement judicieuse de les mettre à l’honneur par la création d’un festival de la photographie initié l’an passé. Ainsi, du 5 au 18 septembre 2011, 12 photographes ont séjourné en résidence à Deauville, des photographes de réputation internationale comme David Armstrong, Lars Tunbjörk, ou Massimo Vitali ou des espoirs sérieux comme Romain Meffre et Yves Marchand ou encore six élèves d’écoles européennes de photographie, et enfin Namsa Leuba, lauréate du concours des étudiants en photographie de l’année dernière. Chacun a posé son regard, tendre, malicieux, acéré, mais toujours intéressant, dévoilant un de ces multiples visages de Deauville.

    deauvilleplanchesontact 1825.JPG

    Une autre bonne idée a été d’exposer dans Deauville des photographies autour de la thématique du cheval, transformant en objets singuliers des lieux habituels, doublement d’ailleurs : sur la photographie, et dans leur mise en scène dans le cadre de Deauville.

    deauvilleplanchesontact 1796.JPG

    deauvilleplanchesontact 1856.JPG

     

    deauvilleplanchesontact 1922.JPG

    Ci-dessus, les photos sur le thème du cheval exposées dans Deauville

    deauvilleplanchesontact 1816.JPG

    deauvilleplanchesontact 1811.JPG

    Ci-dessus, les photos de la gagnante du concours des étudiants en photographie de l'an passé, Namsa Leuba

    Le festival dont la direction artistique a été confiée à Patrick Rémy organise également deux concours : le premier à destination d’étudiants en photographie d’école européenne qui donne aussi lieu à une exposition (à la salle des fêtes de Deauville). Ce concours dont le jury était présidé par la photographe Bettina Rheims a été remporté par Kate Fichard, une jeune française qui étudie à Lausanne et remporte ainsi une bourse de 3000 euros et le droit de revenir l’année prochaine pour exposer ses travaux. Alain Genestar, membre du jury a ainsi déclaré « Elle a réussi à photographier Deauville, sans les planches, sans le casino. Pourtant, c’est immédiatement Deauville. »

    Kate Fichard s’est affirmée en insistant pour ne montrer que 3 clichés, très personnels, mettant la danse contemporaine au centre de son travail pour « saisir le corps dans ses mouvements les plus étranges et les plus inhabituels et le situer dans les lieux qui le sont aussi ». Le résultat : des photographies hypnotiques d’une beauté et d’une force à la fois brutes et élégantes, douces et sensuelles qui immortalisent parfaitement ce paradoxe deauvillais dont je vous parlais précédemment. Un prix entièrement mérité en tout cas.

     

    deauvilleplanchesontact 1831.JPG

    deauvilleplanchesontact 1841.JPG

    deauvilleplanchesontact 1926.JPG

    Ci-dessus, les photographies de la gagnante exposées à la salle des fêtes de Deauville.

    deauvilleplanchesontact 1824.JPG

    deauvilleplanchesontact 1818.JPG

    L’autre concours organisé autour de ce festival a connu, dès cette deuxième édition, un joli succès, avec une centaine de participants. Le principe : rendre réelle la virtuelle 25ème heure, le jour du passage à l’heure d’hiver, donner une heure aux photographes (souvent amateurs, sur simple inscription), de minuit à une heure du matin, pour fournir une photo, une seule, et donner leur vision de cette 25ème à Deauville. Bref, suspendre le vol du temps en l’immortalisant. Belle idée. Le top départ a été donné à la Villa Le Cercle où un buffet était même proposé aux participants, et où régnaient une sympathique convivialité et émulation. Amusant de voir des photographes arpenter Deauville à cette heure avancée et de les voir la photographier sous tous les angles, souvent inattendus. Le lendemain, également au Cercle, étaient récompensés six lauréats qui avaient chacun posé un regard très différent sur Deauville, en noir et blanc, ou en couleurs, avec élégance ou humour, mais en tout cas en y insufflant leur personnalité et leur talent.

    concl.jpg

    Ci-dessus, la photographie du gagnant du concours "La 25ème heure", signée Aloïc Vautier

    concoursphoto6.jpg

    deauvilleplanchesontact 1853.JPG

    deauvilleplanchesontact 1851.JPG

    deauvilleplanchesontact 1863.JPG

    deauvilleplanchesontact 1876.JPG

    deauvilleplanchesontact 1880.JPG

    Ci-dessus, les 6 photos gagnantes du concours de la "25ème heure" (les gagnants: Françoise Hordelalay, Nicolas Katz, Anaïs Herrati, Jacques-Olivier Blin et Bruno Gavard)

    deauvilleplanchesontact 1871.JPG

    deauvilleplanchesontact 1869.JPG

    Ci-dessus, quelques photos des participants du concours "La 25ème heure" exposées au Cercle

    deauvilleplanchesontact 1881.JPG

    Swatch, partenaire officiel du Festival "Planche(s) contact" 2011

    deauvilleplanchesontact 1884.JPG

    Enfin, à quelques pas de la salle des fêtes où exposent les six jeunes étudiants en photographie, au Club 2010 vous pourrez découvrir le travail de David Armstrong, Massimo Vitali, Lars Tunbjörk (seul absent de ce prestigieux générique ce week end), Yves Marchand, Romain Meffre ainsi que le travail de la lauréate du concours étudiant de l’an passé Namsa Leuba.

    deauvilleplanchesontact 1820.JPG

    deauvilleplanchesontact 1819.JPG

    Ci-dessus, les photographies de Massimo Vitali exposées au Club 2010

    Je vous encourage tout particulièrement à découvrir le travail de Massimo Vitali, ses photos en surexposition qui mettent en exergue les différences et le brassage culturel et social de Deauville et qui donnent un reflet à la fois anthropologique et sociologique à son travail qui nous fait aussi redécouvrir des lieux familiers, leur apportant une étrangeté instructive.

    deauvilleplanchesontact 1822.JPG

    Ci-dessus, le regard décalé de Lars Tunbjork sur les coulisses du G8 à Deauville

    Découvrez également le regard décalé de Lars Tunbjork sur le G8 de Deauville. Un des rares photographes accrédité par le New York Times et qui suit de nombreux évènements internationaux. Ses photographies portent un regard à la fois ironique et sans complaisance mais aussi interrogatif et donc salutaire sur le monde qui nous entoure, et en souligne brillamment les contradictions, et parfois les absurdités.

    Si vous avez manqué le rendez-vous de ce week end, rassurez-vous, les expositions sont visibles jusqu’au 27 novembre (détails pratiques en bas de cet article) et surtout, vous pourrez participer à l’édition 2012 de Planche(s) contact en vous inscrivant à son concours de photographie.

    deauvilleplanchesontact 1795.JPG

    deauvilleplanchesontact 1932.JPG

    deauvilleplanchesontact 1931.JPG

    deauvilleplanchesontact 1925.JPG

    Ci-dessus, les photographies des six étudiants exposées à la salle des fêtes de Deauville

    Un évènement ludique et enrichissant qui modifie et nourrit notre regard sur Deauville et auquel je vous encourage vraiment à participer l’an prochain. En attendant, vous pourrez bien entendu me retrouver à Deauville pour le Festival du Film Asiatique et le Festival du Cinéma Américain…et sans doute bien avant, car après le 150ème anniversaire de la ville et les célébrations de la Normandie, Deauville a décidé, en 2012, de mettre le cinéma à l’honneur qui en est d’ailleurs indissociable, évidemment en raison du film précité à la palme d’or et aux 40 récompenses mais aussi de la cinquantaine de films qui y ont été réalisés et bien sûr de ses festivals de cinéma, depuis 1975 pour l’un et 1999 pour l’autre. Je vous dis donc à très bientôt « in the mood for Deauville » pour me laisser bercer à nouveau par la mélancolie bienheureuse et exaltante de Deauville et vous en relater la riche vie culturelle.

    Retrouvez également cet article sur Inthemoodlemag.com : http://inthemoodlemag.com/2012/09/22/festival-de-photographie-de-deauville-2012-planches-contact-programme-et-retour-sur-ledition-2011/

  • Palmarès et clôture du 38ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2012

    week deauville 086.JPG

    Vous avez pu me suivre en direct du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2012, du 31 août au 9 septembre sur ce blog consacré au Festival http://www.inthemoodfordeauville.com .

    En attendant mon bilan complet de cette 38ème édition qui fut aussi pour moi la 19 ème et dont je peux déjà vous annoncer que ce fut une réussite, retrouvez, ci-dessous, le palmarès, et ma vidéo de la cérémonie de clôture et de l'hommage à Salma Hayek. Je vous parlerai ultérieurement de ce palmarès qui récompense mes coups de coeur de cette édition 2012.

    Vous pourrez également retrouver prochainement ici de nombreuses vidéos et photos de cette édition.

    PALMARES

    GRAND PRIX

    LES BÊTES DU SUD SAUVAGE (Beasts of the Southern Wild)  de Benh ZEITLIN

    PRIX DU JURY

    UNA NOCHE de Lucy MULLOY

    PRIX DE LA RÉVÉLATION CARTIER

    LES BÊTES DU SUD SAUVAGE (Beasts of the Southern Wild)  de Benh ZEITLIN
     
    PRIX DE LA CRITIQUE INTERNATIONALE
     
    THE WE AND THE I de Michel GONDRY
     
  • Vidéo- L'hommage du Festival de Deauville 2012 à Liam Neeson

    liam 013.JPG

    liam 015.JPG

    deauv 029.JPG

    En attendant ma critique de "Taken 2" et mon compte-rendu du festival, je vous propose ma vidéo de l'évènement de ce soir: l'hommage à Liam Neeson. Vous pouvez aussi retrouver ma critique de "La Liste de Schindler", ici (au passage, et à juste titre, le film le plus applaudi lors de la rétrospective en images de sa carrière).

    schindler1.jpg

    Je peux néanmoins d'ores et déjà vous dire qu'il s'agit d'une édition réussie et que mes deux coups de coeur sont "Elle s'appelle Ruby" et "Les bêtes du sud sauvage" (il est impossible que ce dernier ne figure pas au palmarès).

    Découvrez les 6 blogs inthemood : http://inthemoodlemag.com, http://inthemoodforfilmfestivals.com , http://www.inthemoodforcinema.com , http://www.inthemoodforcannes.com , http://www.inthemoodfordeauville.com , http://www.inthemoodforluxe.com .

    Suivez-moi aussi en direct de Deauville sur twitter (@moodfdeauville ) et Facebook (http://facebook.com/inthemoodfordeauville ).

     

    Lien permanent Catégories : HOMMAGES 2 commentaires Imprimer
  • Critique de "Gainsbourg (vie héroïque)" de Joann Sfar - dimanche 9 septembre 2012 sur France 2

    Ce dimanche 9 septembre, sur France 2, je vous recommande de (re)voir "Gainsbourg (vie héroïque" de Joann Sfar, actuellement membre du jury de ce 38ème Festival du Cinéma Américain de Deauville. A cette occasion, je vous propose de retrouver ma critique du film ci-dessous.

    bluray.jpg

     

    Encore un biopic !, m'étais-je exclamée en apprenant qu'un film sur Gainsbourg était en préparation après avoir déjà dû subir ceux sur Piaf, Chanel, Sagan, ou d'autres comme celui sur Coluche dans lequel Antoine de Caunes tentait de contourner le genre avec plus ou moins d'habileté en se concentrant sur une période particulière de l'existence de ce dernier (celle de sa campagne présidentielle). Le fait que ce genre ait été particulièrement en vogue ces dernières années reflète sans doute la frilosité ou l'opportunisme de certains producteurs qui, en produisant des films retraçant les existences de personnalités appréciées du public, s'assurent d'emblée un nombre d'entrées conséquent. Après l'excellent « This is it », on se demande d'ailleurs quel sera le premier à initier un biopic sur Mickael Jackson...

     

    Avec Gainsbourg, idole et référence de plusieurs générations mais aussi proche d'un certain nombre de personnalités encore vivantes, le sujet était a priori aussi opportuniste que délicat. Joann Sfar a donc eu l'excellente idée (apparemment suggérée par Jane Birkin pour bien signifier que les dialogues et situations ne sont pas authentiques) de donner à son film l'appellation de « conte », désamorçant d'avance toutes les polémiques et s'autorisant ainsi une composition libre. Une liberté dont était épris celui dont il retrace une partie du parcours artistique et des amours souvent célèbres et tumultueuses. Ou quand le sujet et la forme se confondent subtilement. D'où l'idée aussi judicieuse de cette « gueule » qui accompagne Gainsbourg, un Gainsbarre omniprésent, son double maléfique, sa face obscure, son Mister Hyde.

    Tout commence dans le Paris occupé des années 1940 où Serge Gainsbourg s'appelle encore Lucien Ginsburg, fils d'immigrants russes juifs forcé de porter l'étoile jaune ...

    Difficile d'expliquer pourquoi ce film au scénario pourtant imparfait m'a autant touchée et embarquée, séduite comme tant l'ont été par un Gainsbourg à l'apparence pourtant si fragile. Sans doute cette fameuse magie du cinéma. Certainement aussi l'interprétation incroyable d'Eric Elmosnino qui ne singe pas Gainsbourg mais s'approprie magistralement sa personnalité, sa gestuelle, son mélange d'audace et de fragilité touchantes. Certainement cette photographie d'une beauté redoutable. Ces scènes qui exhalent le charme provocateur de Gainsbourg. L'éclat troublant et sensuel du couple qu'il forme avec Brigitte Bardot (Laetitia Casta qui, pour ceux qui en doutaient encore, montre à quel point elle est une actrice extraordinaire empruntant même les intonations si particulières de Bardot ) ou avec Jane Birkin (Lucy Gordon, lumineuse qui chante « Le Canari est sur le balcon », chanson tristement prémonitoire -l'actrice s'est récemment suicidée- ). Sans doute encore la force intemporelle de chansons qui ont accompagné des périodes de mon existence comme pour tant d'autres, et la force émotionnelle des réminiscences qu'elles suscitent...

    Un film en apparence désordonné et confus comme émergeant des volutes de fumée et des vapeurs d'alcool indissociables de Gainsbourg. Joann Sfar brûle ainsi les étapes de son film comme Gainsbourg le faisait avec sa vie, ce qui aurait pu apparaître comme une faille scénaristique devient alors une trouvaille. Les scènes phares de son existence amoureuse et artistique deviennent alors autant de tableaux de l'existence de celui qui était d'abord destiné à la peinture. Les décors, de l'appartement de Dali à celui de la rue de Verneuil, sont poétiquement retranscrits, entre la réalité et le conte. « Ce ne sont pas les vérités de Gainsbourg qui m'intéressent mais ses mensonges » précise Joann Sfar. Tant mieux parce que les mensonges en disent finalement certainement davantage sur la vérité de son être.

    Sans tomber dans la psychologie de comptoir, par touches subtiles, Sfar illustre comment ses blessures d'enfant portant l'étoile jaune intériorisées expliquent sa recherche perpétuelle de reconnaissance d'un pays qui l'a parfois mal compris et quand même adopté, qu'il provoquait finalement par amour (notamment avec sa fameuse "Marseillaise"). Comment Gainsbourg est toujours resté ce Lucien Ginsburg, éternel enfant rebelle.

    Le risque était aussi de faire chanter les comédiens avec leurs propres voix, une réussite et puis évidemment il y a la musique et les textes de Gainsbourg, génie intemporel, poète provocateur d'une sombre élégance. Paris audacieux et gagnés pour ce premier film prometteur.

     Si comme moi vous aimiez Gainsbourg l'insoumis, ses textes et ses musiques, vous retrouverez avec plaisir son univers musical, et dans le cas contraire nul doute que ce conte vous emportera dans la magie poétique et captivante de cette vie héroïque.

    Découvrez les 6 blogs inthemood : http://inthemoodlemag.com, http://inthemoodforfilmfestivals.com , http://www.inthemoodforcinema.com , http://www.inthemoodforcannes.com , http://www.inthemoodfordeauville.com , http://www.inthemoodforluxe.com .

    Suivez-moi aussi en direct de Deauville sur twitter (@moodfdeauville ) et Facebook (http://facebook.com/inthemoodfordeauville ).

    Le programme complet commenté et détaillé du festival: http://inthemoodforfilmfestivals.com/programme-complet-et...