Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

JURYS - Page 3

  • Frédéric Beigbeder président du jury Révélation Cartier du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2012

    Avant de vous dévoiler en fin de semaine un nouveau blog sur lequel le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2012 sera à la une, je poursuis ici mes annonces sur l'édition 2012 avec le nom du président du jury Révélation Cartier du Festival qui sera cette année un fidèle du festival (membre du jury du prix littéraire), l'écrivain cinéaste journaliste publicitaire (dans ce désordre) Frédéric Beigbeder, et accessoirement présentateur du Cercle, émission à laquelle j'avais eu le plaisir de participer en tant que chroniqueuse d'un jour.

    Je reviendrai prochainement sur les compositions des différents jurys.

    Lien permanent Catégories : JURYS 0 commentaire Imprimer Pin it!
  • Sandrine Bonnaire présidente du jury du 38ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    C'est l'actrice/réalisatrice Sandrine Bonnaire qui présidera le jury de ce 38ème Festival du Cinéma Américain de Deauville, une judicieuse idée, celle-ci étant par ailleurs en pleine actualité avec la sortie prochaine de "J'enrage de son absence", mon énorme coup de coeur du Festival de Cannes 2012 (le film était en sélection à la Semaine de la Critique). Je vous propose donc de retrouver mon article à ce sujet ci-dessous.

    Critique de « J’enrage de son absence » de Sandrine Bonnaire (Semaine de la Critique 2012)

     

    bonnaire 002.JPG

    rage.jpg

    Les jours et les nuits, les projections et les soirées, les moments irréels et irréels se succèdent et se confondent dans une sorte de brouillard éblouissant et le temps me manque pour vous raconter ces journées bien et très agréablement remplies mais, comme chaque année, vous pourrez bien entendu retrouver mon compte-rendu très détaillé après le festival. En attendant, je vais vous parler (trop) brièvement d’un des trois films à m’avoir particulièrement marquée ces derniers jours, avec « A perdre la raison » de Joachim Lafosse, « Trois mondes » de Catherine Corsini » : « J’enrage de son absence » de Sandrine Bonnaire. Dans les trois cas, des personnages enfermés dans leurs drames et leurs solitudes. Dans les trois cas, des films d’une extrême sensibilité, poignante dans les films de Joachim Lafosse et Sandrine Bonnaire.

    Sandrine Bonnaire nous avait déjà bouleversés avec son documentaire consacré à sa sœur autiste « Elle s’appelait Sabine » (alors présenté à la Quinzaine des Réalisateurs), un documentaire ni larmoyant ni complaisant, deux écueils dans lesquels il aurait été si facile de tomber. Véritable plaidoyer pour la mise en place de structures d’accueil pour les handicapés, hommage à ceux qui les encadrent, c’est aussi une véritable déclaration d’amour de Sandrine Bonnaire à sa sœur, un cri du cœur déchirant pour celle que 5 années d’hôpital psychiatrique ont changé à jamais mais qui joue un prélude de Bach avec la même facilité sidérante que des années auparavant. Elle parvient à nouveau, magistralement, à nous bouleverser avec son premier long-métrage, inspiré d’une histoire vraie.

    Ce film nous raconte l'histoire d'un couple, Jacques (William Hurt) et Mado (Alexandra Lamy), dont le fils est décédé accidentellement il y a une dizaine d’années. Lorsqu'ils se retrouvent, le père devient obsédé par le petit garçon de 7 ans qu'elle a eu d'une autre union. Entre cet homme et ce petit garçon, un lien fort et inquiétant se crée dans le secret d’une cave.

    Sandrine Bonnaire pour son premier film, dès la première seconde, fait preuve d’une maitrise étonnante, d’une manière de nous « impliquer » dans son drame, avec intensité et empathie. La tension est croissante. Le regard à la fois doux et perdu, un peu fou mais surtout fou d’amour et de la rage de l’absence de William Hurt auquel sa caméra s’accroche souvent, y est pour beaucoup. Sa prestation est une des plus magistrales qu’il m’ait été donné de voir. Son personnage un des plus bouleversants de tendresse, de détresse, d’humanité, aux portes de la folie. Il va peu à peu s’enterrer, se recroqueviller au propre comme au figuré, pour aller au bout de cette détresse. Jamais Sandrine Bonnaire ne tombe dans le pathos, toujours à hauteur de ses personnages, de leur cauchemar dans lequel elle nous enferme peu à peu, créant une tension croissante, bientôt suffocante. Elle ne juge jamais ses personnages mais les comprend, les suit pas à pas dans cette descente aux enfers. Deux appréhensions du deuil. L’un tait et l’autre fait exploser sa douleur, descend jusqu’au plus profond de celle-ci. Deux personnages abîmés par les terribles vicissitudes de l’existence et d’autant plus humains et touchants.

    Sandrine Bonnaire, si elle a certainement appris beaucoup avec tous les grands cinéastes avec lesquels elle a tournés (le prénom de Mado fait ainsi songer à Claude Sautet, d’ailleurs ce mélange des genres peut aussi faire penser à « Quelques jours avec moi » de ce même cinéaste dans lequel Sandrine Bonnaire était d’ailleurs magistral), elle impose, dès son premier film, un style bien à elle, et surtout un regard et un univers propres aux grands cinéastes. En plus d’être une grande comédienne, Sandrine Bonnaire s’affirme ici comme une grande cinéaste en devenir. Elle filme la violence de la couleur avec une rage à la fois douce et âpre, sans jamais lâcher ses personnages tout comme cette douleur absolue ne les lâche jamais. Paradoxalement, un film qui fera du bien à tous ceux qui ont connu ou connaissent la douleur ineffable, étouffante et destructrice du deuil.

    Avec ce film dramatique, absolument bouleversant, entre drame familial et thriller, Sandrine Bonnaire met des images sur l’indicible douleur et donne à William Hurt et Alexandra Lamy leurs meilleurs rôles (un premier rôle et une nouvelle fois un beau personnage de mère qui montre une nouvelle fois toute l’étendue de l’immense talent de cette dernière) et signe une première fiction palpitante, poignante, d’une maîtrise étonnante qui vous fera chavirer d’émotion pour ces beaux personnages enragés de douleur.

    Sortie en salles : le 31 octobre 2012

     
    Lien permanent Catégories : JURYS 0 commentaire Imprimer Pin it!
  • Le jury Action Asia du Festival du Film Asiatique de Deauville 2012

    deauvilleasia8.jpg

    Le jury Action Asia du Festival du Film Asiatique de Deauville 2012 sera présidé par ISABELLE NANTY et composé de :

     CHRISTINE CITTI 

     ARIÉ ELMALEH

    PHILIPPE KELLY 

     BRUNO WOLKOWITCH

    Je vous rappelle ci-dessous la composition de l'autre jury du festival:

    Ce jury 2012 sera ainsi présidé par le scénariste, réalisateur et comédien ELIA SULEIMAN.

    Il sera entouré du réalisateur et interprète ALEX BEAUPAIN dont je vous parlais cette semaine sur inthemoodfordeauville.com puisqu'il vient de tourner un clip à Deauville.

    Egalement à leurs côtés la comédienne et réalisatrice ISILD LE BESCO mais aussi la comédienne DOMINIQUE BLANC, le réalisateur et scénariste OLIVIER DUCASTEL, le réalisateur et scénariste JEAN-PIERRE LIMOSIN, la comédienne CORINNE MASIERO, l'incroyable interprète du film "Louise Wimmer" de Cyril Mennegun un film plein de vie et, comme elle, âpre et lumineux qui m'a permis de découvrir un cinéaste qui rappelle les plus grands cinéastes du réalisme social britannique et une comédienne qui porte ce film magnifiquement bouleversant et tristement universel, et qui s’achève sur une note d’espoir d’une beauté aussi simple que ravageuse. Si ce n'est déjà fait, allez voir ce film à ne manquer sous aucun prétexte.

    Egalement dans le jury, TAHAR RAHIM que j'avais eu le plaisir d'interviewer pour "Or noir" de Jean-Jacques Annaud (retrouvez ma critique du film et l'interview de Jean-Jacques Annaud et Tahar Rahim en cliquant ici) et le scénariste GILLES TAURAND, auteur de nombreux grands films, notamment de Téchiné...

    Lien permanent Catégories : JURYS 0 commentaire Imprimer Pin it!
  • Le jury du Festival du Film Asiatique de Deauville 2012

    deauvilleasia8.jpg

    C'est avec grand plaisir que je vous annonce le jury de cette édition 2012 du Festival du Film Asiatique de Deauville 2012 aussi joliment éclectique que prestigieux. Vous pourrez bien entendu suivre ce festival ici comme chaque année, sur inthemoodforcinema.com et sur http://inthemoodlemag.com . J'en profite aussi pour vous annoncer que dès cet après-midi un nouveau concours sera mis en jeu avec de nombreux pass à gagner! Suivez également mon compte twitter dédié http://twitter.com/moodfdeauville ou le principal http://twitter.com/moodforcinema pour en savoir plus.

    Ce jury 2012 sera ainsi présidé par le scénariste, réalisateur et comédien ELIA SULEIMAN.

     Il sera entouré du réalisateur et interprète ALEX BEAUPAIN dont je vous parlais cette semaine sur inthemoodfordeauville.com puisqu'il vient de tourner un clip à Deauville.

     Egalement à leurs côtés la comédienne et réalisatrice ISILD LE BESCO mais aussi la comédienne DOMINIQUE BLANC, le réalisateur et scénariste OLIVIER DUCASTEL, le réalisateur et scénariste JEAN-PIERRE LIMOSIN,  la comédienne CORINNE MASIERO, l'incroyable interprète du film "Louise Wimmer" de Cyril Mennegun un film plein de vie et, comme elle, âpre et lumineux qui m'a permis de découvrir un cinéaste qui rappelle les plus grands cinéastes du réalisme social britannique et une comédienne qui porte ce film magnifiquement bouleversant et tristement universel, et qui s’achève sur une note d’espoir d’une beauté aussi simple que ravageuse. Si ce n'est déjà fait, allez voir ce film à ne manquer sous aucun prétexte. 

     Egalement dans le jury, TAHAR RAHIM que j'avais eu le plaisir d'interviewer pour "Or noir" de Jean-Jacques Annaud (retrouvez ma critique du film et l'interview de Jean-Jacques Annaud et Tahar Rahim en cliquant ici) et le scénariste GILLES TAURAND, auteur de nombreux grands films, notamment de Téchiné...

    Voilà qui s'annonce pour le mieux et qui promet des débats passionnés et passionnants!

    Lien permanent Catégories : JURYS 0 commentaire Imprimer Pin it!
  • Nathalie Baye, membre du jury du 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville: compte rendu et vidéos de sa master class parisienne

    Comme je vous l'annonçais dans mon article précèdent, Nathalie Baye sera membre du jury de ce 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville présidé par Olivier Assayas. Elle sera également présidente du jury du prochain Festival du Film Britannique de Dinard. Retrouvez, ci-dessous, mon compte rendu et mes vidéos de sa master class parisienne.

    P1030345.JPG

    Cette master class était présentée par François Bégaudeau (brillamment, sans fiches et avec une vraie connaissance du cinéma) . Une master class de presque 2H30 émaillée de longs extraits judicieusement choisis. Compte rendu ...comme si vous y étiez. P1030342.JPG

    P1030343.JPG

    gaumont9.jpg

    P1030348.JPG

    La master class commence par un extrait de "Cliente" de Josiane Balasko, l'occasion pour Nathalie Baye de débuter cette master class en évoquant ses personnages de femmes libres. Elle a d'ailleurs répèté plusieurs fois pendant la soirée que son vrai luxe était sa liberté.

    L'évocation de ces personnages de femmes libres a été aussi l'occasion pour Nathalie Baye de parler de "Absolument fabuleux", tournage pendant lequel elle dit s'être sentie "très malheureuse" car elle ne se sentait "pas à sa place."

    Elle a également évoqué sa deception quant au petit succès du film de Salvadori "De vrais mensonges" (que je partage d'ailleurs, une vraie bonne comédie que je vous recommande).

    Dans cette deuxième vidéo, elle donne sa vision de son métier, de ce qui est pour elle un "voyage":

    A plusieurs reprises Nathalie Baye a également évoqué l'importance de sa formation de danseuse classique, la discipline et la notion de travail en amont que cela lui a apporté, et que, à côté de ses professeurs de danse des réalisateurs comme Pialat que d'autres redoutaient étaient "des agneaux".

    Dans cette troisième vidéo , vous l'entendrez parler de Steven Spielberg et Leonardo DiCaprio (avec qui elle a tourné dans "Attrape-moi si tu peux") mais aussi de Truffaut.

                                                                                                                                                     

    A ensuite été diffusé un deuxième extrait( de "La chambre verte" de François Truffaut) puis un extrait de "Une étrange affaire" de Pierre Granier-Deferre, l'occasion pour elle de parler de son travail avec Piccoli et de constater que "avec les grands acteurs, c'est très simple. C'est avec les moyens que c'est plus compliqué."

    Dans cette 4ème vidéo, vous l'entendrez parler de son travail avec Jean-Luc Godard.

              

    En 4ème extrait a été projetée une scène de "Notre histoire", sa rencontre avec Delon dans le film de Blier, l'occasion aussi pour elle de parler de ce sourire auquel on l'associe souvent (en contradiction avec ce rôle dans lequel elle ne sourit jamais) pour elle une protection, un masque de timidité.

    Dans ce 5ème extrait vous la verrez ainsi parler de Blier et Delon.

    Le 5ème extrait projeté était celui de son fou rire dans "Un week end sur deux" , le premier film de Nicole Garcia,  l'occasion pour elle de raconter que cette scène n'était pas écrite, que son fou rire était réelle et que Nicole Garcia a eu la judicieuse idée de la conserver.

    Le 6ème extrait projeté : "Vénus beauté" de Tonie Marshall

    Le 7ème extrait projeté: "Le petit Lieutenant" de xavier Beauvois

    Enfin, concernant le type de rôle qu'elle aimerait interprétér, elle a cité "All about Eve" de Mankiewicz, et son personnage "fort sympathique et abominablement manipulateur", un personnage à double facette tout en spécifiant que ce qui compte avant tout pour elle c'est néanmoins le scénario.

    Filmographie de Nathalie Baye:

    1972 : Brève rencontre à Paris de Robert Wise

    1972 : Faustine et le Bel Été de Nina Companeez

    1973 : La nuit américaine de François Truffaut

    1974 : La Gueule ouverte de Maurice Pialat

    1974 : La Gifle de Claude Pinoteau

    1975 : Le Voyage de noces de Nadine Trintignant

    1975 : Un jour, la fête de Pierre Sisser

    1976 : Mado de Claude Sautet

    1976 : La Dernière Femme de Marco Ferreri

    1976 : Le Plein de super d'Alain Cavalier

    1977 : L'Homme qui aimait les femmes de François Truffaut

    1977 : Monsieur papa de Philippe Monnier

    1977 : La Communion solennelle de René Féret

    1978 : Mon premier amour de Elie Chouraqui

    1978 : La Chambre verte de François Truffaut

    1979 : La Mémoire courte de Eduardo de Gregorio

    1979 : Sauve qui peut (la vie) de Jean-Luc Godard

    1980 : Une semaine de vacances de Bertrand Tavernier

    1980 : La Provinciale de Claude Goretta

    1980 : Je vais craquer de François Leterrier

    1981 : L'Ombre rouge de Jean-Louis Comolli

    1981 : Une étrange affaire de Pierre Granier-Deferre

    1981 : Beau-père de Bertrand Blier

    1981 : Le Retour de Martin Guerre de Daniel Vigne

    1982 : La Balance de Bob Swaim

    1982 : J'ai épousé une ombre de Robin Davis

    1984 : Notre histoire de Bertrand Blier

    1984 : Rive droite, rive gauche de Philippe Labro

    1984 : Détective de Jean-Luc Godard

    1985 : Le Neveu de Beethoven de Paul Morrissey

    1985 : Lune de miel de Patrick Jamain

    1987 : En toute innocence de Alain Jessua

    1987 : De guerre lasse de Robert Enrico

    1989 : Le Roi blessé de Damiano Damiani

    1989 : L'Affaire Wallraff de Bobby Roth

    1989 : Gioco al massacro de Damiano Damiani

    1990 : Le Pinceau à lèvres de Bruno Chiche

    1990 : La Baule-les-Pins de Diane Kurys

    1990 : Un week-end sur deux de Nicole Garcia

    1991 : La Voix de Pierre Granier-Deferre

    1992 : Mensonge de François Margolin

    1992 : Le Visionarium de Jeff Blyth

    1992 : Les Contes sauvages de Gérald Calderon

    1994 : La Machine de François Dupeyron

    1995 : La Mère de Caroline Bottaro

    1996 : Enfants de salaud de Tonie Marshall

    1997 : Paparazzi de Alain Berbérian

    1998 : Food of Love de Stephen Poliakoff

    1998 : Si je t'aime, prends garde à toi de Jeanne Labrune

    1999 : Vénus beauté (institut) de Tonie Marshall:Angèle

    1999 : Une liaison pornographique de Frédéric Fonteyne

    2000 : Ça ira mieux demain de Jeanne Labrune

    2000 : Selon Matthieu de Xavier Beauvois

    2000 : Barnie et ses petites contrariétés de Bruno Chiche

    2000 : Absolument fabuleux de Gabriel Aghion

    2002 : Arrête-moi si tu peux (Catch Me if You Can) de Steven Spielberg:la mère de Léonardo Di Carprio

    2002 : La Fleur du mal de Claude Chabrol

    2002 : France Boutique de Tonie Marshall

    2002 : Les Sentiments de Noémie Lvovsky

    2003 : Une vie à t'attendre de Thierry Klifa

    2004 : 36, avenue des acacias de Martial Fougeron

    2005 : L'Un reste, l'autre part de Claude Berri

    2005 : Le Petit Lieutenant de Xavier Beauvois

    2006 : The Ant Bully de John A. Davis : voix

    2006 : Acteur de Jocelyn Quivrin

    2006 : La Californie de Jacques Fieschi

    2006 : Ne le dis à personne de Guillaume Canet

    2007 : Michou d'Auber de Thomas Gilou

    2007 : Mon fils a moi de Martial Fougeron

    2007 : Le Prix à payer d'Alexandra Leclère:

    2008 : Passe-passe de Tonie Marshall

    2008 : Les Bureaux de Dieu de Claire Simon

    2008 : Cliente de Josiane Balasko : Judith

    2009 : Visages de Tsai Ming-liang

    2010 : Ensemble, c'est trop de Léa Fazer:Marie-France

    2010 : De vrais mensonges de Pierre Salvadori

    2010 : Small World de Bruno Chiche

    2011 : Laurence Anyways de Xavier Dolan

     

     

    Lien permanent Catégories : JURYS 0 commentaire Imprimer Pin it!
  • Composition des jurys du 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    deauville20114.jpg

    Les compositions des jurys de ce 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville viennent d’être annoncées, avec des jurés aux professions éclectiques, un (bienheureux) éclectisme que l'on retrouve dans la sélection deauvillaise. Nous savions déjà que le jury palmarès serait présidé par Olivier Assayas et que le jury Révélation serait présidé par Samuel Benchetrit.

    OLIVIER ASSAYAS sera entouré de :

    -la comédienne Nathalie Baye

    -la réalisatrice et scénariste Claire Denis

    -l’auteur, compositeur, interprète et membre du groupe AIR Nicolas Godin

    -la comédienne Chiara Mastroianni

    - le chorégraphe, directeur artistique du Ballet Preljocaj et réalisateur Angelin Preliocaj

    -l’écrivain Jean Rolin

    -Le comédien Bruno Todeschini

     Samuel Benchetrit, quant à lui, sera entouré de :

    -la comédienne Leila Hatami

    -la comédienne Sabrina Ouazani

    -la comédienne Elisa Sednaoui

    -le comédien, auteur, compositeur et interprète Benjamin Siksou

    Le Jury remettra, lors de la cérémonie du Palmarès le samedi 10 septembre 2011, le Grand Prix et le Prix du Jury.

     Le Jury Révélation récompense, lors de cette même cérémonie du Palmarès, un film de la Compétition pour ses qualités novatrices, en lui remettant le prix de la Révélation Cartier.

    Lauréats et jurys des années précédentes (source : dossier de presse du Festival)

    1995 LE JURY Andreï Konchalovsky (Président), Anouk Aimée (Vice-Présidente), Yvan Attal, René Bonell, Elie Chouraqui, Valérie Kapriski, Michael Lonsdale, Mathilda May, Claudie Ossard et Steven Zaillian LE PALMARES Grand Prix CA TOURNE A MANHATTAN (Living in Oblivion) de Tom DiCillo Prix du Jury (ex-aequo) DENISE AU TELEPHONE (Denise Calls Up) de Hal Salwen LES FRERES MCMULLEN (The Brothers McMullen) d’Edward Burns

    1996 LE JURY Charlotte Rampling (Présidente), Sabine Azéma, René Cleitman, Dominique Farrugia, Charlotte Gainsbourg, Chiara Mastroianni, Laura Morante, Ornella Muti, Melvil Poupaud et Alain Rocca LE PALMARES Grand Prix EN ROUTE VERS MANHATTAN (The Daytrippers) de Greg Mottola Prix du Jury (ex-aequo) BIENVENUE DANS L’AGE INGRAT (Welcome to the Dollhouse) de Todd Solondz BOUND des frères Wachowski

    1997 LE JURY Sophie Marceau (Présidente), Elodie Bouchez, Philippe Carcassonne, Etienne Chatiliez, Alain Finkielkraut, John Hurt, Michèle Laroque, Inès Sastre, Nathalie Quintane et Lambert Wilson LE PALMARES Grand Prix SUNDAY de Jonathan Nossiter Prix du Jury (ex-aequo) EN COMPAGNIE DES HOMMES (In the Company of Men) de Neil LaBute ULEE’S GOLD de Victor Nunez

    1998 LE JURY Jean-Paul Rappeneau (Président), Michèle Halberstadt, Sandrine Kiberlain, Virginie Ledoyen, Russell Banks, Maurice Bernart, Alessandro Gassman, Ewan McGregor, Liam Neeson, Eric Serra et Christian Vincent LE PALMARES Grand Prix NEXT STOP WONDERLAND de Brad Anderson Prix du Jury HIGH ART de Lisa Cholodenko

    1999 LE JURY Régis Wargnier (Président), Marie Gillain, Marie-France Pisier, Elsa Zylberstein, Jean-Hugues Anglade, Humbert Balsan, Richard Berry, Gabriel Byrne, Jean-Pierre Dionnet et Michel Houellebecq LE PALMARES Grand Prix DANS LA PEAU DE JOHN MALKOVICH (Being John Malkovich) de Spike Jonze Prix du Jury (ex-aequo) LES FRERES FALLS (Twin Falls Idaho) de Michael et Mark Polish GUINEVERE d’Audrey Wells Prix de la Critique Internationale DANS LA PEAU DE JOHN MALKOVICH (Being John Malkovich) de Spike Jonze

    2000 LE JURY Neil Jordan (Président), Clotilde Courau, Danièle Thompson, Marie Trintignant, Guillaume Canet, Tchéky Karyo, Philippe Labro, Samuel Le Bihan, François Ozon et Vincent Perez LE PALMARES Grand Prix GIRLFIGHT de Karyn Kusama Prix du Jury (ex-aequo) LES INITIES (Boiler Room) de Ben Younger MEMENTO de Christopher Nolan Prix de la Critique Internationale MEMENTO de Christopher Nolan

    2001 LE JURY Jean-Jacques Annaud (Président), Sandrine Bonnaire, Marion Cotillard, Arielle Dombasle, Gérard Darmon, Jean-Pierre Jeunet, Darius Khondji, Benoît Poelvoorde et Gabriel Yared LE PALMARES Grand Prix HEDWIG AND THE ANGRY INCH de John Cameron Mitchell Prix du Jury GHOST WORLD de Terry Zwigoff Prix de la Critique Internationale HEDWIG AND THE ANGRY INCH de John Cameron Mitchell

    2002 LE JURY Pierre Lescure (Président), Chantal Akerman, Amira Casar, Irène Jacob, Julie Gayet, Richard Anconina, Jean-Marc Barr, Charles Berling, Cédric Kahn et Bruno Wolkowitch LE PALMARES Grand Prix LONG WAY HOME de Peter Sollett Prix du Jury (ex-aequo) L.I.E. (Long Island Expressway) de Michael Cuesta PHOTO OBSESSION (One Hour Photo) de Mark Romanek Prix de la Critique Internationale THE SAFETY OF OBJECTS de Rose Troche

    2003 LE JURY Roman Polanski (Président), Claudia Cardinale, Ludivine Sagnier, Pawel Edelman, Jacques Fieschi, Sir Ben Kingsley, Zbigniew Presner, Fernando Trueba et Tom Tykwer LE PALMARES Grand Prix WHAT ALICE FOUND de A. Dean Bell Prix du Jury THIRTEEN de Catherine Hardwicke Prix de la Critique Internationale AMERICAN SPLENDOR de Shari Springer Berman et Robert Pulcini

    2004 LE JURY Claude Lelouch (Président), Anouk Aimée, Marie-Josée Croze, Danièle Heymann, Diane Kurys, Jeanne Labrune, Lio, Claudie Ossard, Bettina Rheims et Mathilde Seigner LE PALMARES Grand Prix MARIA, PLEINE DE GRACE (Maria Full of Grace) de Joshua Marston Prix du Jury THE WOODSMAN de Nicole Kassell Prix de la Critique Internationale MARIA, PLEINE DE GRACE (Maria Full of Grace) de Joshua Marston Prix du Scénario FINAL CUT (The Final Cut) d’Omar Naim

    2005 LE JURY Alain Corneau (Président), Dominique Blanc, Romane Bohringer, Rachida Brakni, Brigitte Roüan, Enki Bilal, Christophe, Dominik Moll et Melvil Poupaud LE PALMARES Grand Prix COLLISION (Crash) de Paul Haggis Prix du Jury (ex-aequo) KEANE de Lodge Kerrigan GIRLS IN AMERICA (On the Outs) de Lori Silverbush et Michael Skolnik Prix de la Critique Internationale KEANE de Lodge Kerrigan Prix du Scénario TRANSAMERICA de Duncan Tucker

    2006 LE JURY Nicole Garcia (Présidente), Amira Casar, Emmanuelle Castro, Marthe Keller, Maurice Barthélémy, Guillaume Canet, Julien Clerc, Antoine de Caunes et Philippe Djian LE JURY REVELATION Christophe Honoré (Président), Lou Doillon, Audrey Marnay, Emilie Simon, Olivier Py et Gilles Taurand LE PALMARES Grand Prix LITTLE MISS SUNSHINE de Jonathan Dayton et Valérie Faris Prix du Jury HALF NELSON de Ryan Fleck Prix de la Révélation Cartier HALF NELSON de Ryan Fleck Prix de la Critique Internationale SHERRY BABY de Laurie Collyer Prix du Scénario SHERRY BABY de Laurie Collyer

    2007 LE JURY André Téchiné (Président), Odile Barski, Emilie Deleuze, Anouk Grinberg, Marie-France Pisier, Yasmina Reza, Xavier Beauvois, Nicolas Cazalé et CharlElie Couture LE JURY REVELATION Gaël Morel (Président), Clotilde Hesme, Olivia Magnani, Mélanie Thierry et Florian Zeller LE PALMARES Grand Prix THE DEAD GIRL de Karen Moncrieff Prix du Jury NEVER FOREVER de Gina Kim Prix de la Révélation Cartier ROCKET SCIENCE de Jeffrey Blitz Prix de la Critique Internationale GRACE IS GONE de James C. Strouse

    2008 LE JURY Carole Bouquet (Présidente), Ronit Elkabetz, Diane Fleri, Leonor Silveira, Edouard Baer, François Damiens, Pierre Jolivet, Cédric Kahn, Cristian Mungiu et Dean Tavoularis LE JURY REVELATION Zoe Cassavetes (Présidente), Léa Drucker, Ara Starck, Diastème et Jalil Lespert LE PALMARES Grand Prix THE VISITOR de Tom McCarthy Prix du Jury BALLAST de Lance Hammer Prix de la Révélation Cartier BALLAST de Lance Hammer Prix de la Critique Internationale GARDENS OF THE NIGHT de Damian Harris

    2009 LE JURY Jean-Pierre Jeunet (Président), Hiam Abbass, Emilie Dequenne, Deborah François, Sandrine Kiberlain, Géraldine Pailhas, Dany Boon, Jean-Loup Dabadie, Patrice Leconte et Bruno Podalydès LE JURY REVELATION Maïwenn (Présidente), Romane Bohringer, Aïssa Maïga, Louise Monot, Nicolas Fargues et Raphaël LE PALMARES Grand Prix THE MESSENGER d’Oren Moverman Prix du Jury (ex-aequo) PRECIOUS de Lee Daniels SIN NOMBRE de Cary Joji Fukunaga Prix de la Révélation Cartier HUMPDAY de Lynn Shelton Prix de la Critique Internationale THE MESSENGER d’Oren Moverman

    2010 LE JURY Emmanuelle Béart (Présidente), Jeanne Balibar, Lucas Belvaux, Faouzi Bensaïdi, Christine Citti, Fabrice du Welz, Nilda Fernandez, Tony Gatlif, Denis Lavant et Abderrahmane Sissako LE JURY REVELATION Manuel Pradal (Président), Jonathan Lambert, Emma Luchini, Roxane Mesquida et Sébastien Thiery LE PALMARES Grand Prix MOTHER AND CHILD de Rodrigo García Prix du Jury (ex-aequo) WINTER’S BONE de Debra Granik THE MYTH OF THE AMERICAN SLEEPOVER de David Robert Mitchell Prix de la Révélation Cartier JEWISH CONNECTION (Holy Rollers) de Kevin Asch Prix de la Critique Internationale BURIED de Rodrigo Cortés

     Suivez également inthemoodfordeauville.com sur Facebook (http://www.inthemoodfordeauville.com ) et sur twitter (http://twitter.com/moodfdeauville ).

    Lien permanent Catégories : JURYS 0 commentaire Imprimer Pin it!