Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CEREMONIES D'OUVERTURE - Page 4

  • Un concert de Julia Migenes en ouverture du 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    julia.jpgCette année le Festival a décidé d'innover en proposant un concert de Julia Migenes en ouverture du Festival.

    Cliquez sur lire la suite pour en savoir plus sur Julia Migenes (informations issues du dossier de presse du Festival).

    Site officiel de Julia Migenes: http://www.fr.julia-migenes.com/

    Lire la suite

  • Ouverture du 11ème Festival du Film Asiatique de Deauville

    2009_0311deauvilleasia10007.JPG
    Ci-dessus, l'entrée du CID à l'heure asiatique
    2009_0311deauvilleasia10009.JPG
    Ci-dessus, le maire de Deauville, Philippe Augier, déclare le 11ème Festival du Film Asiatique ouvert
    2009_0311deauvilleasia10014.JPG
    L'actrice- réalisatrice Nandita Das présente "Firaaq" au CID (ci-dessus et ci-dessous)
    2009_0311deauvilleasia10018.JPG
    2009_0311deauvilleasia10019.JPG
    Ci-dessous, vidéo, Nandita Das présente "Firaaq" au CID
    "Firaaq" de Nandita Das (Inde- Compétition- Film d'ouverture)

    Pitch: A la suite d'émeutes survenues entre les communautés hindoues et musulmanes, une femme au foyer hindoue trouve le salut de son âme en engageant un jeune orphelin musulman. Pendant ce temps, alors qu'un musicien musulman de renom refuse de comprendre le monde qui l'entoure, une femme qui s'était cachée avec son mari pendant les violences revient chez elle et découvre une maison ravagée…

     

    "Firaaq" en Urdu signifie à la fois quête et séparation. L'intrigue se déroule sur 24H, un mois après le massacre qui eut lieu en Inde, à Gujarat, en 2002 et raconte  donc le trajet de différents personnages: ceux qui regardent en silence, ceux qui subissent et ceux qui font subir. L'une cherche à surmonter sa culpabilité.  La loyauté de deux amies est mise à rude épreuve par la peur et la suspicion. Un groupe de jeunes hommes cherche à se venger. Un couple moderne hindou et musulman  mène un difficile combat entre l'obligation de dissimuler leur véritable identité, l'instinct de survie et le désir de s'affirmer. Un vieux musicien s'accroche à son idéalisme jusqu'à ce que l'évidence du conflit civil ébranle sa confiance. Un jeune garçon dont une partie de la famille a été tuée sous ses yeux, recherche son père.

     

    A travers ces personnages, avec beaucoup de subtilité, des plans d’une beauté simple et marquante, une violence montrée sans emphase, qui nous heurte et touche  davantage q’une violence constante et appuyée, parfois entrecoupée d’humour, Nandita Das  montre comment la violence influe sur les existences, comment certains trouvent la force de surmonter leurs peurs et de partir vers une vie meilleure.

     

    Pour cette ouverture, les organisateurs n’ont pas choisi un film à grand spectacle mais la première réalisation de l’actrice Nandita Das, qui figure également en compétition. Le grand spectacle ne fait pas toujours des films majeurs. Et un film modeste peut parfois vous porter beaucoup plus loin en vous parlant de tolérance, de conflits tristement universels et intemporels, mais aussi et surtout de l’espoir qui peut surgir.  A tout instant. Malgré tout. Les regards des trois protagonistes qui clôturent le film en disent plus long que de longs discours ou  des films aux budgets pharaoniques sur la quête de liberté, la nécessité de s’affirmer et une séparation douloureuse que porte le regard d’un enfant qui nous accompagne longtemps après le générique de fin.

     

    Un début de festival à l’image d’un monde en quête de tolérance et de liberté, une image que Nandita Das a subtilement su porter et dont nous verrons ces prochains jours si c’est aussi celle que souhaitent refléter les autres films en compétition dont je ne  manquerai pas de vous parler sur « In the mood for Deauville ».

    firaaq2.jpg

     

  • "Firaaq" de Nandita Das en ouverture du festival (demain soir, 20H)

    A partir de demain, vous pourrez suivre le 11ème Festival du Film Asiatique, en direct de Deauville, sur ce blog et sur "In the mood for cinema".

    Le festival débute demain soir, à 20H, au CID, avec, pour film d'ouverture un film qui figure également en compétition officielle. Ce film c'est "Firaaq" de Nandita Das. (Inde-2008-101 minutes)

    Vous pourrez en retrouver la critique sur "In the mood for Deauville" ainsi que le récit de la cérémonie d'ouverture.

    firaaq.jpg

    Synopsis: A la suite d'émeutes survenues entre les communautés hindoues et musulmanes, une femme au foyer hindoue trouve le salut de son âme en engageant un jeune orphelin musulman. Pendant ce temps, alors qu'un musicien musulman de renom refuse de comprendre le monde qui l'entoure, une femme qui s'était cachée avec son mari pendant les violences revient chez elle et découvre une maison ravagée…

    Lien permanent Catégories : CEREMONIES D'OUVERTURE 0 commentaire Imprimer Pin it!
  • La cérémonie d'ouverture en vidéo

     

     

     

    Voir la critique du film et les photographies ci-dessous...

    Lien permanent Catégories : CEREMONIES D'OUVERTURE 0 commentaire Imprimer Pin it!
  • Cérémonie et film d'ouverture: "Mamma mia!" de Phyllida Llloyd

    2008_0905am08ouverture0005.JPG
    2008_0905am08ouverture0003.JPG

    D’années en années la cérémonie d’ouverture se raccourcit et les discours se restreignent (au bout de 34 ans probablement les fondateurs du festival ont-ils épuisé leur stock de plaisanteries et de discours lyriques) pour cette année se cantonner à celui du maire de Deauville et la déclaration d’ouverture par celui-ci et l’Ambassadeur des Etats-Unis en France, et une simple photo de Sidney Pollack en guise d’hommage au cinéaste (grand) disparu cette année. La « cérémonie » a  d’ailleurs commencé avec une petite demi-heure de retard liée à l’attente de la présidente du jury Carole Bouquet (juste le temps pour la présentatrice Gennie Godula de  demander sur le tapis rouge à des invités embarrassés ou consternés le nom de leur chanson préférée d’Abba, voire de la chanter, ou de faire de Jean-Paul Rouve un nouveau membre du jury 2008).

    2008_0905am08ouverture0008.JPG
    Ci-dessus: le Maire de Deauville, Philippe Augier, et l'Ambassadeur des Etats-Unis, en France

    Pour cette ouverture les organisateurs ont eu la judicieuse idée de sélectionner « Mamma mia ! », l’adaptation par Phyllida Lloyd (metteur en scène d’opéra et de théâtre)  du spectacle musical éponyme que cette dernière a d’ailleurs dirigée, une comédie musicale vue par 30 millions de spectateurs dans le monde.

    2008_0905am08ouverture0016.JPG
    2008_0905am08ouverture0019.JPG
    Une partie de l'équipe du film de "Mamma mia!" avec deux ex-membres du groupe Abba

    mamma mia affiche.jpgD’emblée, ce qu’on remarque c’est le plaisir communicatif des interprètes au premier rang desquels Meryl Streep, une nouvelle fois étonnante et remarquable dans ce rôle qui nécessite autant des prouesses physiques que vocales (à 59 ans elle se montre aussi douée pour les unes que pour les autres).  Elle est aussi tourbillonnante, exubérante et fantasque que son rôle le nécessite prouvant aussi une nouvelle fois la diversité de son jeu. D’ailleurs tout tourbillonne dans ce film : la caméra virevolte, les chansons s’enchaînent à un rythme effréné, les décors et les costume se succèdent à une vitesse fulgurante, presque fascinante, ne nous laissant pas le temps de penser (ce film n’a d’ailleurs d’autre but que de divertir et évidemment pas de nous plonger dans des tergiversations métaphysiques mais il le revendique, ne prétend pas à être autre chose, ne se prenant pas plus au sérieux que ses interprètes  assumant autant la drôlerie que le romantisme, voire le ridicule, et c’est amplement réussi.) « Mamma mia ! » fait en effet magnifiquement danser les regrets, les espoirs, les amours passés, perdus et retrouvés et nous entraîne, hypnotisés presque, dans sa danse échevelée au rythme des chansons d’Abba. J’ai un temps imaginé que la salle du CID de lèverait et partirait elle aussi dans une danse endiablée tant la frénésie des danses et des images, de surcroît si bien mises en valeur par l’écran majestueux du CID, semblait traverser l’écran. Si le scénario est secondaire, il tient la route, et se laisse suivre sans déplaisir. Le côté inéluctablement artificiel et théâtral des comédies musicales n’empêche pas ici une impression de spontanéité et de fraîcheur salvatrices. Ce film, comme l’a défini Colin Firth exhale « une magie insidieuse » à laquelle contribuent en effet les décors helléniques idylliques mais aussi cette luminosité si singulière et ensorcelante que l’on trouve nulle part ailleurs qu’en Grèce, en l’occurrence à Kalokairi (en réalité les îles de Qhiathos et Skopelos ,  et à Damouhari  sur le continent mais aussi aux studios de Pinewood), une luminosité si particulière savamment mise en valeur par la photographie de Haris Zambarloukos. Les musiques délicieusement kitchs (pour preuve, Abba a gagné l’Eurovision en 1974)  du groupe suédois  qui a vendu près de 400 millions d’albums en 10 ans insufflent une joie de vivre aussi pétillante que des bulles de champagne, avec le même effet euphorisant, et même si l’intrigue se déroule dans les années 1990, cette musique, ces costumes et ces décors nous donnent l’impression d’être plongés dans les années 1970 dont tout le film est imprégné. Une comédie musicale positivement légère, festive, à l’énergie communicative que je recommande sans réserves aux adeptes du genre et à tous ceux qui auraient envie d’un bain de bonne humeur.

     La lumière se rallume dans la grande salle du CID alors que les airs entêtants et entraînants d’Abba nous poursuivent encore.  La majorité des spectateurs est déjà partie.  Il faudra attendre encore un peu pour que les spectateurs du CID se déchaînent sur les titres d’Abba mais c’est la aussi la magie insidieuse du cinéma et plus particulièrement de cette comédie musicale : nous avoir à nous aussi donné l’impression d’être entrés dans la danse, une danse qui nous procure elle aussi cette inestimable sensation qu’aujourd’hui est le premier jour du reste de notre vie, du moins le premier jour du reste d’un festival commencé en beauté qui, s’il s’annonce plus sombre, reflet des craintes et des interrogations d’une Amérique tourmentée, nous aura insufflé suffisamment d’énergie pour les supporter.

    A suivre  sur « In the mood for Deauville » : “Married life” et le récit de la conférence de presse de “Mamma mia”.

  • "Mamma mia!" de P.Lloyd avec Meryl Streep, Pierce Brosnan et Colin Firth en ouverture du 34ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    edito19.JPGCe sont deux habitués du Festival du Cinéma Américain de Deauville (Meryl Streep et Pierce Brosnan-photo ci-contre prise par www.inthemoodforcinema.com lors du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2005) qui feront l'ouverture de cette 34ème édition, le 5 septembre prochain. 

    Mamma mia! est l'adaptation de la comédie musicale homonyme écrite par Catherine Johnson basée sur les chansons du groupe ABBA. La première de Mamma Mia! eut lieu à Londres le 6 avril 1999. En 2007, le nombre de personne ayant vu le spectacle dépassait les 30 millions et elle a été présentée dans 170 villes en huit langues. 

    Ce film est actuellement en tête du box office en Grèce où il a été tourné...

    mamma mia affiche.jpg

    MAMMA MIA de Phyllida Lloyd avec Meryl Streep, Pierce Brosnan, Colin Firth - 1H50-

    Pitch: Donna, une mère célibataire, habite une île grecque au charme paradisiaque. Pour célébrer le mariage de sa fille Sophie, qu'elle a élevée seule, Donna a invité Rosie et Tanya, ses deux plus proches amies. Rosie et Tanya, formèrent jadis avec elle le trio Donna and the Dynamos. De son côté, Sophie a invité en secret les trois hommes qui partagèrent brièvement la vie de Donna vingt ans plus tôt. Parmi eux se trouve le père inconnu qu'elle espère bien voir à son bras le jour du mariage…

    Sortie en salles en France : le 10 septembre 2008

    meryl streep brosnan.jpg
    Bande annonce en Anglais sous-titré en Français, ci-dessous: