Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PREMIERES (Festival du Cinéma Américain ) - Page 5

  • Le programme des Premières du 36ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    Outre les films en compétition dont je vous ai déjà parlé mais que je vous détaillerai prochainement, ce sont avant tout les Premières et les hommages qui font la renommée du Festival du Cinéma Américain de Deauville. Je vous parlerai demain des hommages de cette édition 2010. En attendant voici la liste des premières annoncées. D'autres viendront prochainement complèter cette liste. Vous pourrez bien entendu les retrouver ici.

    3 BACKYARDS De Eric Mendelsohn

    Avec Embeth Davidtz, Edie Falco, Elias Koteas, Rachel Resheff, Wesley Broulik, Kathryn Erbe, Danai Gurira

    backyards.jpg

    Pitch: L’histoire de trois habitants d’une même ville de banlieue lors d’une belle journée d’automne. Un homme d’affaires dont le mariage bat de l’aile, erre dans sa ville natale en attendant de prendre un vol retardé. Une petite fille dérobe les bijoux de sa mère et se retrouve confrontée de manière imprévue au monde des adultes. Une femme au foyer bien intentionnée propose de raccompagner en voiture sa voisine mais leur voyage les conduit vers des territoires insoupçonnés.

    DESPICABLE ME (Moi, moche et méchant) de Pierre Coffin et Chris Renaud - Film d’animation en 3D

    Voix française: Gad Elmaleh

    moimoche.jpg

    Pitch: Dans un agréable quartier de banlieue, une maison noire avec une pelouse en décomposition. Une vaste planque est dissimulée sous cette maison, à l'insu des voisins. Entouré par une petite armée de sous-fifres, nous découvrons Gru, qui prépare le plus grand cambriolage de toute l'histoire. Il va voler la lune !

    Sortie en salles: le 6 octobre 2010

    EVERY DAY De Richard Levine

    everyday.jpg

    Avec Liev Schreiber, Helen Hunt, Brian Dennehy, Carla Gugino, Eddie Izzard, Ezra Miller

    Pitch: Ned, marié, père et scénariste de télévision frustré, est en pleine crise de la quarantaine lorsque son beau-père Ernie emménage à la maison. Le mauvais caractère de ce dernier, l’agitation de sa femme Jeannie qui doit s’occuper de son père, les efforts à faire pour élever un fils en pleine adolescence et enfin la pression professionnelle, rendent Ned vulnérable face aux avances de sa très séduisante collègue Robin.

    EXIT THROUGH THE GIFT SHOP de Banksy

    exit.jpgBanksy est un artiste graffeur britannique de réputation mondiale. Il est connu entre autres pour ses oeuvres sur le mur qui sépare la Palestine et Israël et pour ses installations décalées dans les grands musées. Son premier film raconte l’histoire de Thierry Guetta, un français excentrique qui se reconverti en documentariste en suivant les traces des maîtres du Street Art.

    Sortie en salles: le 22 décembre 2010

     

     

    GET LOW De Aaron Schneider

    Avec Robert Duvall, Sissy Spacek, Bill Murray, Lucas Black, Gerald McRaney, Bill Cobbs, Scott Cooper

    getlow.jpg

    Tennessee, années 1930. Felix Breazale est un vieil ermite sur lequel circulent les pires rumeurs : on dit qu’il est un tueur, ou encore un sorcier. Mais un jour il arrive en ville et se rend aux Pompes Funèbres de Frank Quinn : il a l’intention d’organiser son propre enterrement. A cette occasion, il révèlera à tous pourquoi, quarante ans auparavant, il a décidé de fuir la société.

    KABOOM de Gregg Araki

    Avec Thomas Dekker, Haley Bennett, Chris Zylka, Roxane Mesquida, Juno Temple, Andy Fischer-Price

    Kaboom.jpg

    Smith mène une vie tranquille sur le campus - il traîne avec sa meilleure amie, l’insolente Stella, couche avec la belle London, tout en désirant Thor, son sublime colocataire, un surfeur un peu simplet jusqu’à une nuit terrifiante où tout va basculer.

    Sortie en salles: le 6 octobre 2010

     

    LOVE AND OTHER IMPOSSIBLE PURSUITS De Don Roos

    Avec Natalie Portman, Scott Cohen, Charlie Tahan, Lauren Ambrose, Lisa Kudrow, Michael Cristofer

    Pitch: Le jour où Emilia Greenleaf entame une liaison avec son séduisant collègue Jack Woolf, elle ne se doute pas que cela la mènera au mariage, à tomber enceinte et au défi de nouer des liens avec son beau-fils de cinq ans, le très sensible William.

    MEET MONICA VELOURS de Keith Bearden

    Avec Kim Cattrall, Dustin Ingram, Brian Dennehy, Keith David, Jee Young Han, Daniel Yelsky

    Pitch: Pour Tobe, un adolescent pas comme les autres, Monica Velour, une actrice de films érotiques célèbre dans les années 80, est l’incarnation de la féminité absolue. Le jour où il apprend que son idole est en tête d’affiche d’un club de striptease perdu au fin fond de l’Indiana, il prend la route dans l’espoir de la rencontrer.

    THE COMPANY MEN de John Wells

    Avec Tommy Lee Jones, Ben Affleck, Chris Cooper, Maria Bello, Rosemary DeWitt, Kevin Costner, Craig T. Nelson

    company.jpg

    Bobby est l’incarnation même du rêve américain : il a un très bon travail, une merveilleuse famille et une Porsche toute neuve dans son garage. Mais lorsque la société qui l’emploie réduit ses effectifs, Bobby se retrouve au chômage, tout comme ses collègues Phil et Gene. Les trois hommes sont alors confrontés à une profonde remise en cause de leur vie d’hommes, de maris et de pères de famille.

    THE DEBT (La Dette) Première mondiale De John Madden

    dette.jpgAvec Helen Mirren, Sam Worthington, Ciarán Hinds, Marton Csokas, Tom Wilkinson...

    Pitch: Rachel Singer, ancien agent du Mossad, a pris part dans le passé à une mission secrète destinée à capturer et faire juger un criminel de guerre nazi - le Chirurgien de Birkenau. Trente ans plus tard, un homme fait son apparition, prétendant être ce médecin. Pour découvrir la vérité, Rachel doit retourner en Europe de l’Est, hantée par le souvenir de la mission et celui de ses deux coéquipiers. Elle n’a pas d’autre choix que de revivre le traumatisme de ces événements et de payer sa dette…

    Sortie en salles: le 29 décembre 2010

    THE IMPERIALISTS ARE STILL ALIVE ! de Zeina Durra

    Avec Elodie Bouchez, José Maria de Tavira, Karim Saleh, Karolina Muller, Marianna Kulukundis, Rita Ackerman, Pierluca Arancio

    Pitch: Asya est une artiste plasticienne qui travaille dans le Manhattan de l’après 11 septembre et mène la vie des gens branchés tout en suivant l’actualité sur la situation au Moyen Orient. Elle apprend que son ami d’enfance a disparu, victime d’un prétendu enlèvement orchestré par la CIA. La même nuit, elle rencontre Javier, un séduisant étudiant mexicain qui juge ses théories du complot totalement paranoïaques. Mais les apparences sont trompeuses dans le monde d’Asya.

    THE KIDS ARE ALL RIGHT (Tout va bien! The Kids Are All Right) de Lisa Cholodenko

    avec Annette Bening, Julianne Moore, Mark Ruffalo, Mia Wasikowska, Josh Hutcherson

    kids.jpg

    Pitch: Maintenant qu'elle a l'âge légal d'accéder à son dossier à la banque de sperme, Joni décide avec son frère de retrouver le donneur dont ils sont tous deux issus. Ce dernier est rapidement séduit par les deux adolescents qui frappent à sa porte. Ils l'invitent alors à dîner pour la présentation aux parents : deux mamans qui vivent ensemble depuis vingt ans.

    Sortie en salles: le 6 octobre 2010

    THE RUNAWAYS (Les Runaways) de Floria Sigismondi

    avec Kristen Stewart, Dakota Fanning, Michael Shannon, Stella Maeve, Scout Taylor-Compton, Alia Shawkat, Riley Keough

    runaways.jpg

    Los Angeles, 1975. Joan Jett et Cherie Currie, deux adolescentes rebelles, se rencontrent et deviennent les figures emblématiques de ce qui se révélera être le plus célèbre des groupes de glam rock féminin, les Runaways. Sous l’influence de leur imprésario, l’excentrique Kim Fowley, le groupe va vite s’imposer et déchaîner les foules. Au-delà d’une trajectoire unique, voici l’histoire vraie de jeunes filles qui en se cherchant, vont toucher leurs rêves et changer la musique pour toujours…

    Sortie en salles: le 15 septembre 2010

     

    TWELVE De Joel Schumacher

    twelve.jpg

    Avec Chace Crawford, Billy Magnusen, Emily Meade, Rory Culkin, Emma Roberts, Chanel Farrel, Zoé Kravitz, Curtis « 50 Cent » Jackson, Ellen Barkin, Kiefer Sutherland

    Pitch: Des adolescents riches et désabusés, des fêtes sans joie, des parents absents, un peu de dope pour le grand frisson et parmi eux, Mike White, jeune dealer qui vient de quitter l’école privée de l'Upper East Side à New York. Mike White ne fume pas, ne boit pas, ne va pas dans les fêtes, sauf pour vendre sa nouvelle drogue, le Twelve. Tout bascule le jour où son cousin Charlie est assassiné.

     

    Sortie en salles: le 8 septembre 2010

    YOU WILL MEET A TALL DARK STRANGER (Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu) de Woody Allen (cliquez ici pour lire ma critique et voir l'ouverture du Festival Paris Cinéma 2010 en présence de Woody Allen)

    Avec Antonio Banderas, Josh Brolin, Anthony Hopkins, Gemma Jones, Freida Pinto, Lucy Punch, Naomi Watts

    youwill2.jpg

    Pitch: Tout commence une nuit, lorsqu’Alfie se réveille, paniqué à l'idée qu'il ne lui reste plus que quelques précieuses années à vivre. Cédant à l'appel du démon de midi, il met abruptement fin à quarante années de mariage en abandonnant sa femme Helena. Après une tentative de suicide et une analyse vite arrêtée, celle-ci trouve un réconfort inattendu auprès d'une voyante, Cristal, qui lui prédit une histoire d'amour avec un « grand inconnu tout de noir vêtu »…

    Sortie en salles: le 6 octobre 2010

    Suivez également les autres blogs in the mood : In the mood for cinema, In the mood for Deauville, In the mood for luxe, In the mood for Cannes et leurs comptes twitter : http://twitter.com/moodforcinema , http://twitter.com/moodfdeauville , http://twitter.com/moodforluxe , http://twitter.com/moodforcannes

  • Meryl Streep, Meryl Streep...et Meryl Streep

    Avant-première de "Julie et Julia" de Nora Ephron

    2009_0905deauville2009ouvertu0061.JPG
    2009_0905deauville2009ouvertu0070.JPG

     

     

    Après une première journée de festival maussade, la belle effervescence festivalière est revenue hier avec l’arrivée de Meryl Streep et le retour d’une météo aussi radieuse que cette dernière dans le film pour lequel est  revenue à Deauville cette année (elle était déjà venue pour « Le Diable s’habille en Prada »), « Julie et Julia », cette fois accompagnée de Stanley Tucci (également son partenaire dans « Le Diable s’habille en Prada), Amy Adams , Chris Messina et la réalisatrice Nora Ephron. Ce film est d’ailleurs avant tout (seulement ?) un formidable numéro d’acteurs qui nous ferait presque oublier ses faiblesses scénaristiques et son sujet plutôt mince.

     

    Synopsis : Julia Child est la femme qui a changé la façon de cuisiner de l’Amérique (enfin du moins étaient-ce ce à quoi elle aspirait :- )) mais en 1948 elle n’est encore qu’une Américaine anonyme vivant en France. Le travail de son mari les a amenés à s’installer à Paris, et Julia cherche activement une occupation. C’est alors qu’elle se prend de passion pour la cuisine française… Cinquante ans plus tard, Julie Powell a l’impression d’être dans une impasse. Elle va avoir 30 ans et pendant que ses amis connaissent bonheur et succès elle végète dans son travail. Julie se lance alors un défi complètement fou (pour elle) : elle se donne exactement 365 jours pour cuisiner les 524 recettes du livre de Julia Child, deux femmes qui, bien que séparées dans le temps, traversent toutes deux une pass difficile, jusqu’à ce qu’elles découvrent qu’avec de justes proportions de passion, de courage- et les bons ingrédients !-  tout devient possible…

     

    Les destins de ces deux femmes « nourries «  par leurs passion, à plusieurs décennies d’écarts, vont donc être reliés par leur passion commune, la vie de Julia étant vue à travers le regard bienveillant que Julie portait sur elle. Meryl Streep. Meryl Streep. Et Meryl Streep. Voilà la seule mais suffisante raison de voir ce film qui, malgré sa tentative de l’ancrer dans le 21ème siècle avec l’idée du blog (qui n’est finalement pas ce qu’il y a de plus cinématograhique, et que nous ne voyons d’ailleurs jamais. Remarque : Julie existe elle aussi vraiment et devenu si populaire comme Julia Child elle aussi a pu publier son propre livre) a un côté vraiment désuet. Etonnant aussi qu’un film sur la cuisine soit visuellement si peu appétissant… Mais voilà, il y a Meryl Streep. Meryl Streep qui décidément peut tout interpréter avec le même incommensurable talent, des femmes romantiques comme dans le magnifique « Out of Africa », aux épouses dévorées par un sublime,  tardif, fugace et intemporel amour comme dans « Sur la route de Madison »   (Cliquez ici pour lire ma critique de « Sur la route de Madison ») à cette Julia à l’apparence improbable,  grande (dans tous les sens du terme, elle faisait 1,88m) personnalité  populaire américaine, avec sa joie de vivre communicative, sa démarche dégingandée, sa voix haut perchée . Après deux oscars et 15 nominations, Meryl Streep continue encore à nous étonner et pourrait bien de nouveau être en lice pour la prestigieuse statuette… tant elle insuffle à ce film, par son talent et son énergie,  une bonne humeur communicative et nous montre à quel point il n’y a pas d’âge pour réaliser ses rêves…

     

    Conférence de presse:

    2009_0905deauville2009ouvertu0031.JPG
    2009_0905deauville2009ouvertu0038.JPG
    2009_0905deauville2009ouvertu0039.JPG
    2009_0905deauville2009ouvertu0041.JPG
    2009_0905deauville2009ouvertu0042.JPG
    2009_0905deauville2009ouvertu0044.JPG
    2009_0905deauville2009ouvertu0050.JPG
    2009_0905deauville2009ouvertu0048.JPG
    Photos: inthemoodfordeauville.com

     

    En attendant de me replonger dans les miens et de profiter de cette nouvelle journée deauvillaise qui s’annonce elle aussi radieuse, voici quelques extraits de la conférence de presse, malheureusement sans grand intérêt (je vous passe le passage ou chacun donnait sa recette contre le décalage horaire…). Meryl Streep dit ainsi que ce qui l’a avant tout amusée c’est d’interpréter quelqu’un avec une telle joie de vivre et que pour elle c’est toujours une responsabilité d’interpréter un personnage qui a vécu surtout quand il s’agit d’une femme comme Julia qui fait partie du patrimoine national et qui est un personnage très aimé et emblématique. Pour cette dernière, tous les personnages ont une vie intérieure et intéressante car tout le monde a une vie privée et une vie secrète. Nora Ephron a raconté que le livre de Julia était son livre de chevet et qu’il était le guide de survie de n’importe quel citoyen en ville aux Etats-Unis.

     

    Sortie en salles : le 16 septembre 2009

     

     

     

  • "Wonderful world" de Josh Goldin et "Entre nos" de Paola Mendoza et Gloria LaMorte également en avant-première à Deauville

    deauvilleaffiche2009.jpgDeux nouvelles avant-premières viennent complèter la liste de celles que je vous annonçais ce matin et la semaine dernière:

    "Entre Nos" de Paola Mendoza et Gloria La Morte avec Paola Mendoza, Andres Munar, Anthony Chisholm

    Synopsis: Mariana a élevé ses deux enfants en Colombie avant de partir à New York pour rejoindre leur père qui était parti travailler aux Etats-Unis des années auparavant. Un soir, il leur annonce qu'il va s'installer à Miami... mais sans eux. Sans personne pour l'aider dans cette ville qui lui est étrangère et maîtrisant mal l'anglais, Mariana va devoir trouver un moyen de subvenir aux besoins de sa famille, émotionnellement comme financièrement.


    Wonderful World de Josh Goldin avec Matthew Broderick, Sanaa Lathan, Jodelle Ferland, Jesse Tyler Ferguson

    Synopsis: Ben Singer, l'homme le plus négatif du monde, refuse de croire que le moindre miracle soit possible. Lorsque son colocataire tombe malade, Ben est contraint d'héberger Khadi, sa sœur sénégalaise. Cet improbable ménage à deux va devenir quelque chose d'autre et la nature habituellement autodestructrice de Ben va bientôt faire place à l'inspiration...

  • Les nouveaux films en avant-première du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2009

    6 films viennent complèter la liste des 11 Premières que vous pouvez retrouver en cliquant ici. Voici les 3 premiers:

    "The Informant" de Steven Soderbergh avec Matt Damon, Scott Bakula, Joel McHale...

    informant.jpg

     

    Synopsis: L'histoire vraie d'une "taupe" du FBI infiltrée au coeur d'un célèbre scandale industriel qui vit la société japonaise Archer Daniels Midland, spécialisée dans l'Agro-alimentaire, frauder et engranger des dizaines de millions de dollars de profits illégaux...

    Sortie en salles: le 30 septembre 2009 

    "Me and Orson Welles" de Richard Linklater avec Zac Efron, Claire Danes, Christian Mc Kay...

    Synopsis: EN 1937, Orson Welles offre un rôle dans sa prochaine production à un étudiant croisé dans une rue de New-York. La vie du jeune homme va en être bouleversé...

    "District 9" de Neill Blomkamp avec Sharlto Copley, David James, Jason Cope...

    (Actuellement en tête du box-office aux Etats-Unis)

    district9.jpg

    Synopsis: Il y a vingt-huit ans, des extraterrestres entrèrent en contact avec la Terre...
    Ces visiteurs d'au-delà des étoiles étaient des réfugiés et furent installés dans le District 9, en Afrique du Sud, pendant que les nations du monde se querellaient pour savoir quoi en faire...
    Depuis, la gestion de la situation a été transférée au MNU (Multi-National United), une société privée qui n'a pas grand-chose à faire du sort de ces créatures, mais qui fera d'énormes bénéfices si elle arrive à faire fonctionner leur extraordinaire armement. Jusqu'à présent, toutes les tentatives ont échoué : pour que les armes marchent, il faut de l'ADN extraterrestre.
    La tension entre extraterrestres et humains atteint son maximum lorsque le MNU commence à évacuer les non-humains du District 9 vers un nouveau camp, en envoyant des agents de terrain s'occuper de leur transfert. L'un de ces agents, Wikus van der Merwe, contracte un virus extraterrestre qui se met à modifier son ADN. Wikus est à présent l'homme le plus recherché de la planète, celui qui vaut plus qu'une fortune : il est la clé qui permettra de percer le secret de la technologie alien.
    Repoussé, isolé, sans aide ni amis, il ne lui reste qu'un seul endroit où se cacher : le District 9...

     

     

    Sortie en salles: le 16 septembre 2009

  • Les Premières du 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    500.jpgOutre "500 jours ensemble" de Marc Webb dont vous pouvez d'ores et déjà lire ma critique en cliquant ici, seront projetés en avant-première de ce 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville:

    BLACK DYNAMITE de Scott Sanders

    blackdy.jpg

    avec Michael Jai White, Arsenio Hall, Tommy Davidson, John Salley, Salli Richardson Whitfield

    Black Dynamite, le type le plus redoutable et le plus cool de toute la ville, est un ancien commando de la CIA qui fait régner l’ordre dans les rues, un 44 Magnum dans une main et un nunchaku dans l'autre. Il est aussi le cheri des dames avec son style trop classe. Lorsque son frère Jimmy est mystérieusement assassiné, la CIA demande à Black Dynamite de reprendre du service.

    CITY ISLAND de Raymond de Felitta

    city island.jpg

    avec Andy Garcia, Julianna Margulies, Steven Strait, Emily Mortimer, Alan Arkin

    La famille Rizzo habite sur une île peu connue du Bronx qui ressemble a toutes les villes de la Nouvelle-Angleterre, à la fois pittoresque et endormie. Mais les Rizzo ne correspondent pas à cette image de carte postale et, comme presque dans toutes les familles dysfonctionnelles, ils sauvent les apparences en cachant leurs petits secrets…

    GAMER (Ultimate Game) de Mark Neveldine & Brian Taylor

    gamer.jpg

    avec Gerard Butler, Michael C. Hall, Efren Ramirez, Zoe Bell, John Leguizamo, Milo Ventimiglia, Alison Lohman, Amber Valletta

    Dans un futur proche envahi par les nouvelles technologies, le jeu vidéo a évolué vers une forme terrifiante. Le milliardaire Ken Castle a créé un divertissement tres controversé : ≪ Tueurs ≫ est un jeu vidéo d’un nouveau genre, dans lequel de vrais condamnés à mort, guidés à distance par des joueurs en ligne, s’entretuent lors de combats diffusés sur les écrans du monde entier. La star de ce jeu, Kable, remporte la victoire chaque semaine, téléguidé par Simon, un ado fan de réalités virtuelles. Mais Kable ne s’appartient pas : arraché à sa famille, emprisonné et forcé à combattre contre sa volonté, ce gladiateur des temps modernes doit survivre assez longtemps pour s’échapper du jeu et regagner sa liberté.

    Sortie en salles en France: 9 septembre 2009

    JULIE & JULIA de Nora Ephron

    julie.jpg

    avec Meryl Streep, Amy Adams, Stanley Tucci, Mary Lynn Rajskub, Jane Lynch

    D'apres deux histoires vraies, Julie & Julia entrelace les vies de deux femmes qui, bien que separées par le temps et l'espace, partagent le même desarroi… jusqu'a ce qu'elles découvrent qu'avec la bonne combinaison de passion, de courage et de beurre, tout est possible.

    LIKE DANDELION DUST de Jon Gunn

    avec Mira Sorvino, Barry Pepper, Kate Levering, Maxwell Perry Cotton (Joey Campbell), Cole Hauser

    Jack et Molly Campbell mènent une vie heureuse avec Joey, leur fils adoptif de six ans. Un jour, ils apprennent que le père biologique de Joey vient d’être libéré de prison et souhaite démarrer une nouvelle vie en compagnie de sa femme et de son fils…

    PERSONNAL EFFECTS 1er film de David Hollander

    personnal effects.jpg

    avec Michelle Pfeiffer, Ashton Kutcher, Spencer Hudson, Kathy Bates

    Walter, 24 ans, revient dans sa ville natale apres le meurtre de sa soeur jumelle afin de soutenir moralement sa mère et sa nièce. Lors d’une séance de thérapie avec sa mère, il fait la connaissance de Linda, une veuve de 42 ans dont le mari alcoolique a été tué. Une profonde amitié va naître…

    TAKING WOODSTOCK (Hotel Woodstock) de Ang Lee

    woodstock.jpg

    avec Demetri Martin, Dan Fogler, Henry Goodman, Jonathan Groff, Eugene Levy, Jeffrey Dean Morgan, Imelda Staunton, Emile Hirsch, Liev Schreiber, Paul Dano

    1969. Elliot Tiber, décorateur d’intérieur a Greenwich Village, traverse une mauvaise passe et doit retourner vivre chez ses parents, dans le nord de l’Etat de New York, où il tente de reprendre en mains la gestion de leur motel délabré. Il apprend qu’une bourgade voisine refuse finalement d’accueillir un festival de musique hippie. Voyant là une opportunité inespérée, Elliott appelle les producteurs…

    THE OPEN ROAD de Michael Meredith

    the open road.jpg

    avec Jeff Bridges, Justin Timberlake, Kate Mara, Harry Dean Stanton, Lyle Lovett, Mary Steenburgen

    Katherine va bientot subir une opération du coeur qui pourrait lui être fatale et persuade son fils Carlton de faire venir son père, une ancienne gloire du baseball avec qui elle a été marié. Connaissant la propension de son pere à decevoir les siens, Carlton part à sa recherche accompagné de Lucy, une de ses amies, afin d’avoir un soutien moral…

    THE PRIVATE LIVES OF PIPPA LEE (Pippa Lee) de Rebecca Miller

    pippa lee.jpg

    Avec Robin Wright Penn, Blake Lively, Keanu Reeves, Julianne Moore, Alan Arkin, Winona Ryder, Maria Bello, Monica Bellucci

    Pippa Lee semble être une femme comblée par la vie. Mais elle réalise brusquement que cette vie a priori si stable commence à s’effriter. Lassée par les sempiternels réveils banlieusards et par le persistant vrombissement des tondeuses à gazon, elle en vient à se demander comment elle en est arrivée là…

    Sortie en salles en France: le 4 novembre 2009

    THE PROPOSAL (La proposition) de Anne Fletcher

    proposition.jpg

    avec Sandra Bullock, Ryan Reynolds, Betty White, Craig T. Nelson, Malin Akerman, Mary Steenburgen, Oscar Nunez

    Lorsque Margaret, une tres puissante éditrice, est menacée d’être expulsée vers son pays natal, le Canada, elle imagine une solution d’urgence et déclare qu’elle est fiancée à son assistant, le malheureux Andrew, qu’elle exploite et maltraite depuis des années. Celui-ci accepte de participer à la supercherie, mais à ses conditions…

    Sortie en salles en France: 23 septembre 2009

  • Première de "L'échange" de Clint Eastwood en présence de John Malkovich : critique d'un film politique et manichéen

    2008_0913samedi0020.JPG
    John Malkovich, hier soir au CID, présentant "L'échange"
    clint.jpg
    Photo ci-dessus, Clint Eastwood lors du 61ème Festival de Cannes (photo "In the mood for Cannes")
     Ce film projeté en Première à Deauville avait été projeté en compétition du 61ème Festival de Cannes. Vous pouvez retrouver ma critique écrite lors de ce 61ème Festival de Cannes ci-dessous et également sur "In the mood for Cannes", mon blog consacré à ce 61ème Festival de Cannes.
    302762421.jpg
    Ci-dessus, Angelina Jolie dans "L'échange"
     L'évènement d'hier c'était la projection de "L'échange" de Clint Eastwood. Les échos étaient tels que même en séance du lendemain dans la salle du 60ème, sorte de séance de rattrapage qui permet de voir les films le lendemain des projections dans le Grand Théâtre Lumière, la salle était comble 1 heure 30 avant le début de la projection, certains ayant déjà évoqué une potentielle palme d'or pour Clint Eastwood.

    C'est avec fébrilité que j'entrai donc dans la salle, m'apprêtant à vivre une expérience cinématographique aussi intense que "Sur la route de Madison" (mon préféré de Clint Eastwood cinéaste mais aussi acteur, voir ma critique de "Sur la route de Madison" en cliquant ici).

    Le synopsis était en effet particulièrement attractif et propice à un suspense eastwoodien. Clint  Eastwood revenait ainsi hier sur la Croisette de nouveau avec un film noir 5 ans après y avoir présenté "Mystic River" dans lequel jouait un certain Sean Penn...

    Synopsis: Los Angeles, 1928 : un samedi matin, dans une banlieue ouvrière, Christine  (Angelina Jolie) dit au revoir à son fils Walter et part au travail. Quand elle rentre à la maison, Walter a disparu. Une recherche effrénée s’ensuit et, quelques mois plus tard, un garçon de neuf ans affirmant être Walter lui est restitué. Désorientée par l’avalanche de policiers et de reporters et par ses propres émotions, Christine ramène le garçon à la maison. Mais au fond de son coeur elle sait qu’il n’est pas son fils.

    Il en va des films comme des personnes: il y en a que l'on aimerait savoir détester ou par lesquels on aimerait savoir être envoûté. J'aurais aimé porter (et être portée par) un enthousiasme inconditionnel pour ce film d'un des maîtres du cinéma américain, malheureusement j'en suis ressortie avec une impression très mitigée.

     Inspiré de faits réels le scénario a été écrit par Joe Michael Straczynski et nous plonge dans l'angoisse puis le combat de cette mère dont le fils était la raison de vivre et dont le retrouver est la raison de se battre. C'est d'abord un portrait de femme meurtrie, courageuse, déterminée, portée par la foi et un espoir irrationnel qu'Angelina Jolie incarne avec beaucoup de talent, de sensibilité, avec l'aura des stars hollywoodiennes des années 40 et 50, un cinéma auquel Clint Eastwood rend d'ailleurs ouvertement hommage, notamment en nimbant la photographie, magnifique, d'une lumière subtilement surannée.

    Vous vous demanderez alors probablement pourquoi ce film dont l'action débute en 1928 et qui traite d'une réalité lointaine est pressenti pour recevoir la palme d'or alors que Sean Penn a précisé qu'il faudrait que le lauréat ait "conscience du monde dans lequel il vit", tout simplement parce que, et c'est là le grand intérêt du film, en nous parlant des injustices hier, Clint Eastwood nous parle de celles d'aujourd'hui. A quelques détails près, le sujet est finalement effroyablement actuel et le combat de Christine a une résonance intemporelle et universelle, de même que la corruption, le poids de la religion dans la société ou encore le rôle de la presse .

    Au risque de susciter de nombreuses réactions de désapprobation, ce qui m'a avant tout gênée c'est ce qui m'avait gênée dans la fin du scénario de "Million dollar baby": son caractère outrancièrement mélodramatique et davantage encore ici, ce à quoi se prête le style, en l'occurrence celui du film noir: le manichéisme. Ainsi Angelina Jolie incarne une femme qui ne fléchit ni ne doute jamais, le capitaine Jones incarne la corruption sourde des autorités, prêtes à tout pour voiler la vérité, imposer la leur, (même interner une femme saine d'esprit, tenter de lui faire croire et de faire croire à tous qu'un enfant qui lui est étranger est le sien) et donner l'image d'une police exemplaire. La vérité face au mensonge. La justice du combat d'une femme pour retrouver son fils face à l'injustice d'institutions corrompues. L'identification devrait être immédiate et pourtant ce manichéisme a fait que je suis toujours restée à distance, certes constamment là, mais à distance.

     Par ailleurs, si le sujet n'avait été tiré d'un fait réel, j'aurais  eu du mal à adhérer à cette histoire de tueur en série  bourreau d'enfants(dont un instant j'ai imaginé qu'il serait manipulé par la police, créant de nouvelles ramifications dans cette histoire finalement un peu trop limpide à l'image de sa réalisation d'un classicisme certes impeccablement maîtrisé) .

     Clint Eastwood reste un raconteur d'histoire exemplaire, sachant magnifier ses histoires et ses acteurs par une réalisation fluide mais à force de trop vouloir magnifier, à force de vouloir lui aussi, avec beaucoup de conviction, nous imposer sa vérité, il en oublie d'en donner le sentiment ave tout ce qu'elle recèle d'ambivalence.  Certaines scènes demeurent particulièrement réussies comme celle qui nous glace le sang, de la confession de l'enfant ou celle dans laquelle un psychiatre tente de convaincre et se convaincre de la folie de Christine. Nous retrouvons alors ici l'ambivalence qui fait défaut au reste du film, chacune de ses paroles ayant un double sens, chaque rictus, chaque regard, chaque mot pouvant témoigner de sa folie. Une démonstration implacable du caractère alors subjectif de la vérité.

    Clint Eastwood toujours reparti bredouille de la compétition cannoise (à l'exception d'un prix d'interprétation pour Forest Whitaker  dans "Bird") n'a rien obtenu à nouveau pour "L'échange", il  a en revanche été récompensé par le jury présidé par Sean Penn d'un prix pour l'ensemble de sa carrière.

    1164140673.jpg
    PHOTOLOREALECHANGE.jpg
    Ci-dessus, la montée des marches de Clint Eatswood et Angelina Jolie pour "L'échange" au 61ème Festival de Cannes-Photo L'Oréal Cannes-
    A suivre sur "In the mood for Deauville": l'hommage à Ed Harris et la conférence de presse de Ed Harris et Viggo Mortensen, le bilan de la compétition officielle (Mes favoris demeurent "American Son"," Ballast" dont vous pourrez bientôt retrouver mes critiques et "Gardens of the night" mon favori pour le grand prix ou le prix du jury, je n'ai néanmoins pas vu "The visitor" pressenti par de nombreux festivaliers comme film lauréat et dont le sujet, politique et d'actualité, est un de ceux susceptibles de remporter l'adhésion du jury et un grand prix), la conférence de presse de Juliette Binoche, la critique du magnifique western de Ed Harris, mon bilan du festival, le palmarès, de nombreuses vidéos et photos...probablement à mon retour de Deauville mercredi de la semaine prochaine...
    2008_0913samedi0008.JPG
    Ed Harris en conférence de presse, photo "In the mood for Deauville"
    2008_0913samedi0012.JPG
    Viggo Mortensen en conférence de presse, photo "In the mood for Deauville"
    2008_0913samedi0051.JPG
    L'hommage de Jean-Jacques Annaud à Ed Harris
    2008_0912vendredi0005.JPG
    Juliette Binoche lors de la conférence de presse de "Coup de foudre à Rhode Island", photo "In the mood for Deauville"