Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

IN THE MOOD FOR DEAUVILLE - Page 2

  • Conférence de presse du 43ème Festival du Cinéma Américain de Deauville le mardi 22 août 2017 à 11H

    affichedefinitiveDeauville2017.jpg

    La conférence de presse du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017 aura lieu le mardi 22 août à 11h, au CID. Vous pourrez bien sûr retrouver le programme détaillé ici après celle-ci.

  • Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017 : hommage à Darren Aronofsky et avant-première de "Mother !"

    affichemother.png

    Ce Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017 s'annonce décidément bien. Le festival vient en effet d'annoncer qu'un hommage serait rendu au cinéaste Darren Aronofsky en sa présence et que serait projeté en avant-première son dernier film "Mother !". A cette occasion, retrouvez la bande-annonce du film ci-dessous, et en attendant ma critique de "Mother !", retrouvez celle de "Black swan" ci-dessous. 

     

    En 2008, Darren Aronofsky reçoit le Lion d'or du Festival de Venise pour The Wrestler, le consacrant comme l'un des cinéastes majeurs de sa génération.  Liant une esthétique très forte à une maîtrise visuelle au service de son propre langage cinématographique, Darren Aronofsky accède au statut de cinéaste culte dès son premier long métrage, Pi, présenté en compétition au Festival de Deauville en 1998. Son second long métrage, Requiem for a Dream, est ovationné au Festival de Cannes, tout comme au Festival de Deauville en 2000. Le film, véritable descente aux enfers d'une jeunesse euphorique et dépendante, marque toute une génération par sa puissance émotionnelle. Dès lors, Darren Aronofsky n'a eu de cesse de construire une œuvre à la fois convulsive, hallucinée et habitée : en 2011, il met en scène un ballet entêtant et horrifique dans Black Swan, avant de réaliser une fresque biblique d'une tragique ampleur avec Noé (2014).

    Critique de BLACK SWAN

    swan4.jpg

    "Black swan" est un vrai choc cinématographique, un tourbillon fiévreux dont vous ne ressortirez pas indemnes.

    P1030018.JPG

    Nina (Natalie Portman) est ballerine au sein du très prestigieux New York City Ballet. Elle (dé)voue sa vie à la danse et partage son existence entre la danse et sa vie avec sa mère Erica (Barbara Hershey), une ancienne danseuse. Lorsque Thomas Leroy (Vincent Cassel), le directeur artistique de la troupe, décide de remplacer la danseuse étoile Beth Mcintyre (Winona Ryder) pour leur nouveau spectacle « Le Lac des cygnes », Nina se bat pour obtenir le rôle. Le choix de Thomas s’oriente vers Nina même si une autre danseuse, Lily, l’impressionne également beaucoup, Nina aussi sur qui elle exerce à la fois répulsion et fascination.  Pour « Le Lac des cygnes », il faut  une danseuse qui puisse jouer le Cygne blanc, symbole d’innocence et de grâce, et le Cygne noir, qui symbolise la ruse et la sensualité. Nina en plus de l’incarner EST le cygne blanc mais le cygne noir va peu à peu déteindre sur elle et révéler sa face la plus sombre.

    swan2.jpg

     « Black swan » n’est pas forcément un film d’emblée aimable (ce qui, pour moi, est une grande qualité quand les synopsis des films ressemblent trop souvent à des arguments marketing) : il se confond ainsi avec son sujet, exerçant tout d’abord sur le spectateur un mélange de répulsion et de fascination, entrelaçant le noir et le blanc, la lumière (de la scène ou de la beauté du spectacle, celle du jour étant quasiment absente) et l’obscurité, le vice et l’innocence mais le talent de cinéaste d’Aronofsky, rusé comme un cygne noir, et de son interprète principale, sont tels que vous êtes peu à peu happés, le souffle suspendu comme devant un pas de danse époustouflant.

    « Black swan » à l’image de l’histoire qu’il conte (le verbe conter n’est d’ailleurs pas ici innocent puisqu’il s’agit ici d’un conte, certes funèbre) est un film gigogne, double et même multiple. Jeu de miroirs entre le ballet que Thomas met en scène et le ballet cinématographique d’Aronofsky. Entre le rôle de Nina dans le lac des cygnes et son existence personnelle. Les personnages sont ainsi à la fois doubles et duals : Nina que sa quête de perfection aliène mais aussi sa mère qui la pousse et la jalouse tout à la fois ou encore Thomas pour qui, tel un Machiavel de l’art, la fin justifie les moyens.

     Aronofsky ne nous « conte » donc pas une seule histoire mais plusieurs histoires dont le but est une quête d’un idéal de beauté et de perfection. La quête de perfection obsessionnelle pour laquelle Nina se donne corps et âme et se consume jusqu’à l’apothéose qui, là encore, se confond avec le film qui s’achève sur un final déchirant de beauté violente et vertigineuse, saisissant d’émotion.

    black1.jpg

    Par une sorte de mise en abyme, le combat (qui rappelle celui de « The Wrestler ») de Nina est aussi celui du cinéaste qui nous embarque dans cette danse obscure et majestueuse, dans son art (cinématographique) qui dévore et illumine (certes de sa noirceur) l’écran comme la danse et son rôle dévorent Nina. L’art, du cinéma ou du ballet, qui nécessite l'un et l'autre des sacrifices. Le fond et la forme s’enlacent alors pour donner cette fin enivrante d’une force poignante à l’image du combat que se livrent la maîtrise et l’abandon, l’innocence et le vice.

    Quel talent fallait-il pour se montrer à la hauteur de la musique de Tchaïkovski (qui décidément inspire ces derniers temps les plus belles scènes du cinéma après « Des hommes et des dieux ») pour nous faire oublier que nous sommes au cinéma, dans une sorte de confusion fascinante entre les deux spectacles, entre le ballet cinématographique et celui dans lequel joue Nina. Confusion encore, cette fois d’une ironie cruelle, entre l'actrice Winona Ryder et son rôle de danseuse qui a fait son temps.  Tout comme, aussi, Nina confond sa réalité et la réalité, l’art sur scène et sur l’écran se confondent et brouillent brillamment nos repères. Cinéma et danse perdent leur identité pour en former une nouvelle. Tout comme aussi la musique de Clint Mansell se mêle à celle de Tchaïkovski pour forger une nouvelle identité musicale.

    La caméra à l’épaule nous propulse dans ce voyage intérieur au plus près de Nina et nous emporte dans son tourbillon. L’art va révéler une nouvelle Nina, la faire grandir, mais surtout réveiller ses (res)sentiments et transformer la petite fille vêtue de rose et de blanc en un vrai cygne noir incarné par une Natalie Portman absolument incroyable, successivement touchante et effrayante, innocente et sensuelle, qui réalise là non seulement une véritable prouesse physique (surtout sachant qu’elle a réalisé 90% des scènes dansées !) mais surtout la prouesse d’incarner deux personnes (au moins...) en une seule et qui mérite indéniablement un Oscar.

    black4.jpg

     Un film aux multiples reflets et d’une beauté folle, au propre comme au figuré, grâce à la virtuosité de la mise en scène et de l’interprétation et d’un jeu de miroirs et mise(s) en abyme. Une expérience sensorielle, une danse funèbre et lyrique, un conte obscur redoutablement grisant et fascinant, sensuel et oppressant dont la beauté hypnotique nous fait perdre (à nous aussi) un instant le contact avec la réalité pour atteindre la grâce et le vertige.

    Plus qu’un film, une expérience à voir et à vivre impérativement (et qui en cela m’a fait penser à un film certes a priori très différent mais similaire dans ses effets : « L’Enfer » d’Henri-Georges Clouzot) et à côté duquel le « Somewhere » de Sofia Coppola qui lui a ravi le lion d’or à Venise apparaît pourtant bien fade et consensuel...

  • Merci Deauville ! Sur le site officiel de la ville de Deauville...

    villedeauville1.png

    Un immense merci à la ville de Deauville pour cette publication sur son site officiel au sujet de ma rencontre dédicace à l' Hôtel Barrière Le Normandy Deauville en partenariat avec la Librairie de Deauville, Jusqu'aux lueurs de l'aube. Cette rencontre aura lieu le 3 septembre, pendant le Festival du Cinéma Américain. Quel plaisir d'être à l'honneur sur le site de ma ville de cœur et de dédicacer prochainement là où commença ma longue histoire avec les festivals de cinéma ! Pour retrouver l'article sur le site de la ville de Deauville, c'est ici. Retrouvez également la page Facebook de la rencontre, là.

    villedeauville2.png

  • LES SABLES DE L’AMARGOSA de Claire Vaye Watkins - Prix littéraire Lucien Barrière 2017

    sables4.jpg

    Los Angeles, dans un futur indéterminé. Après des décennies de surexploitation, la Californie n’est plus qu’un désert. La plupart des habitants ont été évacués, mais les derniers récalcitrants hantent encore les lieux. Regroupés en bandes, ils survivent en pillant la ville, dont ils sont désormais prisonniers puisque les États voisins ont fermé leurs frontières. Mais une immense dune de sable mouvante, qui broie tout sur son passage, menace de les anéantir. 
     
    Dans cet univers apocalyptique, Ray et Luz Dunn, réfugiés jusque-là dans le palace d’une starlette d’Hollywood, kidnappent une fillette de deux ans qui semble abandonnée aux mains d’un groupe de marginaux et décident de s’enfuir en prenant la direction de l’Est, où, selon une rumeur persistante, un sourcier visionnaire aurait fondé avec ses disciples une intrigante colonie…     Avec cette fable écologique autour du réchauffement climatique et de la raréfaction de l’eau, aussi émouvante qu’originale, Claire Vaye Watkins s’impose comme un auteur saisissant, et de sa plume envoûtante, elle donne vie à un univers singulier où réel et imaginaire s’entremêlent avec une virtuosité inouïe.

    Jeune surdouée des lettres américaines née en 1984, Claire Vaye Watkins est l’auteur d’un recueil de nouvelles (Nevada, Calmann-Lévy, 2012) qui lui a valu de nombreuses récompenses littéraires.
    Saluée par la National Book Foundation comme l’un des cinq auteurs de moins de 35 ans les plus talentueux, et par le magazine Granta comme l’un des meilleurs jeunes écrivains de la décennie, elle signe ici son premier roman, qui a fait sensation sur la scène littéraire américaine et a été élu « Meilleur livre de l’année » par de nombreux magazines et revues dont The Washington Post, The Los Angeles Times et Kirkus Reviews.   
     
     
    LES LAURÉATS PRÉCÉDENTS


    1976  LE FOU D’AMÉRIQUE Yves Berger 1977  Marc Ullmann 1978  LE MENDIANT ET LE VOLEUR Irvin Shaw 1979  BY MYSELF Lauren Bacall 1980  Maurice Bellonte 1981  LES JEUNES LIONS Irwin Shaw 1981 Georges Walter 1982  LES MÉMOIRES IMAGINAIRES DE MARILYN Norman Mailer 1983  CRÉATION Gore Vidal 1984  LE CINQUIÈME FILS Elie Wiesel 1985  FORTITUDE Larry Collins 1986  LA CLASSE Eric Segal 1987  Patricia Highsmith 1988  L’HERBE DE FER William Kennedy 1989  Budd Schulberg 1990  ŒUVRE William Styron 1991  LE GRAND ROUGE Samuel Fuller 1992  DICTIONNAIRE DU CINÉMA Jacques Lourcelles 1993  LE FEU DES ÉTOILES Sidney Sheldon 1994  MONSIEUR VERTIGO Paul Auster 1994 Barbara Taylor Bradford 1995  LES FILLES DE MARIA Jerome Charyn  1996  LE MONDE PERDU Michael Crichton  1997  PERSONNES DISPARUES Patricia MacDonald  1997 Erica Jong 1998  TU M’APPARTIENS Mary Higgins Clark  1999  EN GRAVISSANT LA MONTAGNE Kirk Douglas 2000  ET SI C’ÉTAIT VRAI Marc Levy  2001  BIG JANE Michael Cimino 2002  LE BAISER Danielle Steel 2003  RIEN NE VA PLUS Douglas Kennedy 2004  DE MARQUETTE À VERACRUZ Jim Harrison  2005  SANCTUARY V Budd Schulberg  2006  HENRI OU HENRY, LE ROMAN DE MON PÈRE Didier Decoin 2007  LA BELLE VIE Jay McInerney 2008  MARILYN ET JFK François Forestier
    2009  ET QUE LE VASTE MONDE POURSUIVE SA COURSE FOLLE Colum McCann 2010  BLONDE Joyce Carol Oates  2011  MINUIT DANS UNE VIE PARFAITE (Midnight in a Perfect Life) Michael Collins  2012  PAS SIDNEY POITIER (Not Sidney Poitier) Percival Everett 2013 CANADA Richard Ford 2014 LE FILS (The Son) Philipp Meyer 2015 TOUS NOS NOMS (All Our Names) Dinaw Mengestu 2016 DERNIERS FEUX SUR SUNSET (West of Sunset) Stewart O’Nan 
     

  • Prix d'Ornano-Valenti du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017

    jeunefemme.jpg

    Créé en 1991 par les compagnies membres de la Motion Picture Association (MPA) - association regroupant six studios de production et de distribution de films américains -, le Prix Michel d'Ornano - dédié à la mémoire de l'ancien ministre, maire de Deauville et cofondateur du Festival du Cinéma Américain - récompense un premier film français, dans le but d'aider à sa reconnaissance, sa promotion et son exportation. En 2015, le Prix est rebaptisé Prix d'Ornano-Valenti en hommage conjoint à Jack Valenti, initiateur du Prix, et à l'amitié qui unit en son temps les deux hommes et leurs familles, tous très attachés au Festival du Cinéma Américain de Deauville.

    Lors de la cérémonie du Palmarès du Festival du Cinéma Américain de Deauville, un jury international composé de journalistes anglo-saxons et présidé par Jean-Guillaume d'Ornano remettra officiellement le Prix d'Ornano-Valenti 2017 au film lauréat de cette année :

    JEUNE FEMME

    Réalisé par Léonor Serraille

    Résumé :

    Un chat sous le bras, des portes closes, rien dans les poches, voici Paula, de retour à Paris après une longue absence. Au fil des rencontres, la jeune femme est bien décidée à prendre un nouveau départ. Avec panache.

    Interprétation :

    Laetitia Dosch (Paula), Grégoire Monsaingeon (Joachim), Souleymane Seye Ndiyae (Ousmane), Nathalie Richard (la mère de Paula/Paula's mother)

    LES LAURÉATS PRÉCÉDENTS :
     
    1992 Claire Aziza, scénariste des AIGUILLEURS 1993 Hélène Woillot 1994 Marie-Hélène Saller 1995 Gilles Malençon, scénariste du BOUT DU FLEUVE 1996 Christophe Mordellet, scénariste de SILHOUETTES  & Éric Vernhes, scénariste du GRAND PROJET 1997 Gilles Malençon, scénariste de L’ÉLUE (The Winner) 1998  LOUISE (Take 2) de/by Siegfried 1999  LE BLEU DES VILLES (Hometown Blue) de/by Stéphane Brizé 2000  LE SECRET de/by Virginie Wagon  2001  LES JOLIES CHOSES (Pretty Things) de/by Gilles Paquet-Brenner 2002  FILLES PERDUES, CHEVEUX GRAS (Hypnotized and Hysterical Hairstylist Wanted) de/by Claude Duty 2003  DEPUIS QU’OTAR EST PARTI (Since Otar Left) de/by Julie Bertucelli 2004  BRODEUSES (A Common Thread) de/by Eléonore Faucher 2005  LA PETITE JÉRUSALEM (Little Jerusalem) de/by Karin Albou 2006  LA FAUTE À FIDEL (Blame It on Fidel) de/by Julie Gavras 2007  LA VIE D’ARTISTE de/by Marc Fitoussi 2008  JOHNNY MAD DOG de/by Jean-Stéphane Sauvaire 2009  QU’UN SEUL TIENNE ET LES AUTRES SUIVRONT (Silent Voices) de/by Léa Fehner 2010  ANGÈLE ET TONY (Angèle and Tony) de/by Alix Delaporte 2011  17 FILLES (17 Girls) de/by Delphine & Muriel Coulin 2012  RENGAINE (Hold Back) de/by Rachid Djaïdani 2013 LES GARÇONS ET GUILLAUME, À TABLE (Me, Myself and Mum)  de/by Guillaume Gallienne 2015 LES COWBOYS de/by Thomas Bidegain 2016 WILLY 1er (Willy the First) de/by Ludovic Boukherma, Zoran Boukherma, Marielle Gautier & Hugo P. Thomas

  • Les hommages du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017 à Laura Dern, Michelle Rodriguez et Jeff Goldblum

    affichedefinitiveDeauville2017.jpg

    Nous savions déjà que le 43ème Festival du Cinéma Américain de Deauville aurait lieu du 1er au 10 septembre, que ses jurys seraient présidés par Michel Hazanavicius et Emmanuelle Bercot.  Viennent d'être annoncés trois hommages qui illumineront la programmation du festival et notamment un hommage à une actrice que le festival avait révélé en 2000 et aujourd'hui mondialement connue, nous rappelant que si le festival de Deauville sait mettre à l'honneur les acteurs d'hier, il sait aussi révéler de nouveaux talents par le truchement de sa compétition depuis 1995. J'en profite également pour vous rappeler que je vous fais actuellement gagner vos pass pour le festival, ici, et prochainement des invitations pour la clôture.

    Le festival rendra hommage à LAURA DERN en sa présence.

    lauradern.jpg

     Voici le communiqué de presse du festival :"Muse lynchéenne par excellence, Laura Dern éclaire par son charisme empreint de mystère les œuvres du cinéaste : Blue Velvet en 1986, Sailor et Lula – Palme d'or au Festival de Cannes en 1990, Inland Empire en 2006, et très récemment la série Twin Peaks.

    Avec plus de soixante films à son actif, Laura Dern a illuminé les œuvres de réalisateurs tels qu'Arthur Hiller, Steven Spielberg, Peter Bogdanovich ou Robert Altman. Sublime dans Un monde parfait de Clint Eastwood, elle a récemment joué dans The Master de Paul Thomas Anderson, ou encore dans la série Big Little Lies. Elle sera prochainement à l'affiche de Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi. "

    Le festival rendra hommage à Jeff Goldblum en sa présence.

    jeffgoldblum.jpg


    Voici le communiqué de presse du festival à ce sujet : "Figure iconique des succès planétaires que furent La Mouche de David Cronenberg, Jurassic Park de Steven Spielberg, Independance Day de Roland Emmerich, ou Annie Hall de Woody Allen, Jeff Goldblum démarre sa carrière sous l'égide de réalisateurs tels que Robert Altman, Philip Kaufman, John Landis, ou encore Lawrence Kasdan, avec qui il fera deux de ses plus beaux films. Son élégance et sa photogénie accrochent le regard des metteurs en scène, qui ont su capter l'émotion de ses performances.

    Prochainement, il retrouvera le cinéaste Wes Anderson, en prêtant sa voix au film d'animation Isle of Dogs, et sera à l'affiche du nouveau volet de la saga Jurassic World.  "

    Le Festival rendra hommage à Michelle Rodriguez en sa  présence.

    rodriguez.jpg

    Voici le communiqué de presse du festival : "Révélée par le Festival de Deauville en 2000, Michelle Rodriguez crève l'écran dans son rôle de boxeuse dans Girlfight de Karyn Kusama. Sa performance, et la sincérité de son interprétation, contribuent grandement à l'attribution du Grand Prix, décerné cette année-là au film de Karyn Kusama.  Le film et son actrice incarnent toute une génération en quête d'émancipation, et en deviennent le symbole. Michelle Rodriguez n'aura de cesse de se tourner vers des rôles de femmes indépendantes et fortes, véritables héroïnes de cinéma : dans Fast and Furious de Rob Cohen, S.W.A.T de Clark Johnson, Resident Evil de Paul W.S. Anderson et Avatar de James Cameron.

    Prochainement, elle sera à l'affiche de Widows, le nouveau film du réalisateur oscarisé Steve McQueen. "