Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

IN THE MOOD FOR DEAUVILLE - Page 2

  • Partenariat Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 (en direct ici )

    Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018.png

    Le festival cinématographique qui est pour moi l'incontournable et qui est aussi le plus cher à mon cœur, le Festival du Cinéma Américain de Deauville, en 2018, aura lieu du 31 août au 9 septembre au CID de Deauville. Ce sera sa 44ème édition. Et vous pourrez bien entendu suivre cette édition en direct sur mes différents blogs, comme chaque année.

    Centre International de Deauville 12.JPG

    Centre International de Deauville 11.JPG

    Centre International de Deauville 10.JPG

    J'ai le plaisir de vous annoncer que le partenariat avec le CID grâce auquel chaque année je vous fais gagner ici pass et invitations pour le Festival du Cinéma Américain de Deauville sera renouvelé pour l'édition 2018 du festival. Rendez-vous dès le mois de juin pour découvrir ici le premier concours qui vous permettra de remporter vos pass et vos invitations pour le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018.

    En attendant de partager ici les premières annonces concernant cette édition, retrouvez :

    Mon compte rendu de l'édition 2017 du Festival du Cinéma Américain de Deauville :

     

  • Hôtel Les Cures Marines MGallery de Trouville : rénovations et nouvelle brasserie l'Ephémer

    Cures Marines de Trouville 41.JPG

    Voilà un (splendide) établissement dont je vous avais parlé avec enthousiasme dès son ouverture en avril 2015 à l’occasion de laquelle j’avais eu le plaisir d’y séjourner et de découvrir ainsi les lieux. J’en garde le souvenir d’un séjour relaxant dans un havre de paix et de luxe discret.

    Je vous ai  également souvent parlé ici des hôtels MGallery, des établissements dont j’affectionne tout particulièrement la singularité, la décoration soignée et chaleureuse, l’héritage historique, la personnalité et la personnalisation, le luxe, l’accueil, les structures à taille humaine et tous ces petits plus qui procurent un supplément d’âme à ces hôtels délicieusement différents.

    Retrouvez mon article détaillé avec mon avis sur l’établissement Les Cures Marines de Trouville suite à mon séjour en avril 2015 (dont sont extraites les 4 photos ci-dessous) en cliquant ici.

     

    En janvier 2018,  à l’hôtel MGallery L’échiquier Opéra, à Paris, un autre hôtel avec une véritable Histoire comme c’est souvent le cas avec MGallery était présentée l’offre « Inspired by her », judicieuse offre réalisée à partir des souhaits des femmes et pour des femmes. A cette occasion fut aussi annoncée la nouvelle égérie monde de MGallery, l’incarnation de l’élégance à la française, Inès de la Fressange, en sa présence.

    Retrouvez mon article détaillé au sujet cette soirée et de l’offre Inspired by her en cliquant ici, une offre que propose bien entendu l’établissement Les Cures Marines de Trouville.

    Depuis mon premier séjour en avril 2015, l’établissement MGallery by Sofitel de Trouville s’est construit une belle renommée…et son restaurant gastronomique le 1912 a même obtenu une étoile Michelin !

    Même si l’établissement, flambant neuf, n’a pas encore subi les outrages du temps, il était un peu victime de son succès puisque la salle de petit déjeuner ne pouvait pas accueillir autant de clients qu’il le fallait, puisque les cuisines n’étaient pas forcément assez fonctionnelles, de même que l’accès à la thalasso. Rien de bien grave mais de quoi rendre quelques rénovations nécessaires, permettant également de créer, à l’emplacement de l’ancien bar, une nouvelle brasserie intitulée l’Ephemer.

    Et il faut dire que c’est vraiment réussi ! Le lieu est toujours aussi lumineux et la décoration exhale vraiment un parfum d’ailleurs et de bien-être immédiat.

     

    À l’heure du déjeuner ou du Brunch à la Brasserie l’Ephémer ou au Tea-Time, vous pourrez ainsi  déguster les pâtisseries du nouveau Chef Pâtissier Sébastien Gamot qui a travaillé avec Alain Ducasse, Christophe Michalak, Yannick Alléno et Pierre Hermé, autant dire les meilleurs dans le domaine. Vous y trouverez essentiellement des classiques, parfois revisités. Ses desserts sont également servis au 1912, le restaurant étoilé de l’établissement où il travaille avec le chef Johan Thyriot.

    Après 3 semaines de fermeture en janvier, l’espace brasserie a ainsi été réorganisé avec la création d’une cuisine dédiée à cet espace et le déplacement du bar dans un cadre encore plus intime. Les travaux ont ainsi été réalisés par l’architecte à l’origine de l’aménagement du lieu, Jean-Philippe Nuel dont on retrouve le style d’une modernité chaleureuse. L’espace brasserie passe ainsi de 45 à 80 couverts et est ainsi doté désormais de deux espaces buffets pour les brunchs du dimanche midi et pour les buffets de fruits de mer chaque vendredi soir.

    L’accès à la Thalassothérapie et au Spa (au décor toujours aussi chaleureux, véritable invitation à l’évasion, à la relaxation et à la sérénité) a également été rendu plus fonctionnel. Vous y trouverez ainsi des produits de qualité dont les vernis Kure Bazaar que je vous ai souvent recommandés ici et que je porte moi-même car il s’agit d’un vernis « éco-trendy sans tests sur les animaux ».

    Vous y trouverez aussi la marque prestigieuse Kos Paris « née d’une passion pour les plantes rares, cultivées avec respect, qui ont fait la preuve de leur efficacité et du désir d’élaborer une ligne de cosmétiques naturels haut de gamme qui combine le pouvoir d’actifs issus du monde végétal, de textures riches et  le respect de l’environnement. Après de longues recherches et beaucoup de passion, nous avons formulé des soins cosmétiques dont beaucoup sont issus de l’agriculture biologique, sans conservateur, sans silicone, sans paraben, ni dérivés pétrochimiques et huile minérale dans une démarche de respect de l’environnement et de la peau. Aujourd’hui KOS PARIS signe un large choix de produits pour le corps et le visage aux parfums voluptueux, invitations à vivre des instants précieux dans l’intimité de sa salle de bain ou dans les spas de luxe en France ou aux 4 coins du monde» selon les termes de sa créatrice Sophie Allouche. Je vous recommande ainsi tout particulièrement l’huile de beauté anti-âge et éclat pour cheveux et corps que vous trouverez bien entendu sur place dans un très beau packaging aux couleurs de l’établissement.

    Ayant redécouvert les lieux car juste de passage à Deauville pour Normandes en tête et pour renouveler mon partenariat avec le CID (Centre International de Deauville) pour le prochain Festival du Cinéma Américain (je vous annonce ainsi en avant-première que des pass seront à nouveau à gagner pour le festival sur mes différents blogs), je n’ai pas eu le temps de tester la brasserie et le tea-time des Cures Marines de Trouville, ce que je ferai sans aucun doute lors de mon prochain passage tant ce que j’en ai vu m’a mise en appétit.

    Mon seul bémol lors de mon séjour en 2015 concernait les horaires d’ouverture de la piscine. Sachez également que celle-ci est désormais rendue plus accessible aux non curistes.

    Un immense merci au directeur commercial de l’établissement, Marc Scognamiglio (en photo ci-dessous), pour la visite personnalisée et pour son accueil enthousiaste, affable et chaleureux.

    Vous l’aurez compris, en trois ans, cet établissement s’est imposé comme un incontournable. L’endroit idéal pour se ressourcer en Normandie à 2 heures de Paris…!

    Cures Marines Trouville Hotel Thalasso & Spa – MGallery by Sofitel

    Boulevard de la Cahotte
    14360 – TROUVILLE SUR MER
    FRANCE

    Pour contacter l’hôtel:

    Tel: (+33)2/31144280
    Télécopie: (+33)2/31142561
    E-mail: H8232@accor.com

    Site internet de l’hôtel 

    Page Facebook de l’hôtel

    Retrouvez également Les Cures Marines de Trouville sur Instagram (@curesmarinestrouville) et sur twitter (@curesmarines).

    Retrouvez également cet article sur mes blogs Inthemoodforhotelsdeluxe.com et Inthemoodforluxe.com.

  • Restaurant - Brasserie Les Vapeurs à Trouville : mon avis

    Brasserie les vapeurs Trouville 4.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il y a des restaurants, brasseries ou parfois cafés dont la renommée est telle que, dès l’énoncé de leur nom, vous les associez à la localité dans laquelle ils se trouvent, à l’attractivité de laquelle ils contribuent d’ailleurs aussi. C’est le cas, par exemple, de Sénequier à Saint-Tropez.

    C’est aussi le cas des Vapeurs à Trouville. Pour moi les Vapeurs, c’est d’abord cette brasserie où, dès mes premiers festivals du cinéma américain de Deauville, j’entendais dire que Spielberg ou d’autres aux noms aussi prestigieux, à chacune de leur escale au festival, s’y faisaient emmener après une séance. C’est aussi le souvenir d’un mémorable déjeuner avec ma grand-mère, lors d’un de mes tout premiers festivals du cinéma américain de Deauville il y a une vingtaine d’années.

    Pour une raison que j’ignore, je n’y suis jamais retournée depuis. Peut-être parce que, parfois, je préfère ne pas toucher aux souvenirs de crainte de les ternir. Peut-être parce que j’ai mes habitudes de l’autre côté de la Touques.

    Toujours est-il que ce midi de mars 2018, de passage à Deauville (photo ci-dessus devant l’hôtel Barrière Le Normandy), notamment pour Normandes en tête mais aussi pour renouveler mon partenariat avec le CID pour le prochain Festival du Cinéma Américain (je vous l’annonce en avant-première, à nouveau, je vous ferai gagner des pass pour le festival sur In the mood for Deauville, In the mood for cinema et In the mood for film festivals) je l’ai franchie, la Touques, et j’ai même franchi le seuil des Vapeurs.

    L’accueil est affable. Le décor est délicieusement intemporel et me donne l’impression de remonter le temps. Au mur, des lithographies ou des affiches joyeusement absurdes, décalées. L’ambiance est celle de ces brasseries d’antan où le temps semble s’écouler avec plus de douceur et de légèreté et cela me procure l’impression d’être plongée dans cette atmosphère des brasseries que j’aime tant, celle qui me rappelle le film Garçon de Claude Sautet, comme si l’ombre d’Yves Montand, si vivante et facétieuse, planait là aussi.

    La carte est une autre agréable surprise : du fait maison, des produits dont la traçabilité est clairement indiquée, un approvisionnement seulement en poissons frais et sauvages, des viandes de bœuf certifiées de race Normande et d’origine Normande.

     

    En plat, j’ai choisi la Suggestion du Chef, les St-Jacques grillées beurre blanc, légères, onctueuses, délicieuses.

    Pour le dessert, le choix était cornélien devant toutes ces pâtisseries maison toutes plus tentantes les unes que les autres !

    J’avoue avoir longuement hésité entre les profiteroles et leur chocolat maison et la tarte Normande aux pommes servie chaude avec de la crème de Normandie avant d’opter pour le Paris Brest tandis que mon acolyte a choisi la tarte au citron. Des desserts gourmands et là aussi délicieux !

    Le restaurant Les Vapeurs propose tout ce qu’on attend d’une excellente brasserie, de la qualité dans les produits sélectionnés, de la variété, de la générosité dans l’atmosphère et dans l’assiette. En plus d’un excellent déjeuner, j’ai passé un moment savoureux hors du temps, comme une Madeleine de Proust… Je vous recommande donc vivement Les Vapeurs. Et c’est certain, désormais je m’aventurerai plus souvent de l’autre côté de la Touques et j’y retournerai !

    (Photos ci-dessous prises à Trouville, aux Cures Marines de Trouville ou depuis les Cures Marines de Trouville, je vous en parle bientôt à nouveau…)

    Retrouvez également cet article sur Inthemoodforcinema.com, Inthemoodforhotelsdeluxe.com, et Inthemoodforluxe.com.

  • Critique - THE RIDER de Chloé Zhao, Grand Prix du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017 en salles demain

    The Rider de Chloé Zhao.jpg

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    Demain en salles, ne manquez pas mon coup de cœur du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017 (dont vous pouvez retrouver le compte rendu ici et dont est extraite cette critique) qui a reçu le Grand Prix du festival.

    Brady, un jeune cow-boy, entraîneur de chevaux et étoile montante du rodéo, voit sa vie basculer après un tragique accident de rodéo. On lui annonce alors qu’il ne pourra plus jamais faire d’équitation. De retour chez lui, il est confronté au vide qu’est devenue sa vie : celle d’un cow-boy qui ne peut désormais ni faire de rodéo ni même monter à cheval. Pour reprendre son destin en mains, Brady se lance alors dans une quête identitaire en cherchant à comprendre ce que c’est vraiment qu’être un homme au cœur même de l’Amérique.    

    INTERPRÉTATION Brady Jandreau (Brady Blackburn), Tim Jandreau (Wayne Blackburn), Lilly Jandreau (Lilly Blackburn), Lane Scott (Lane Scott), Cat Clifford (Cat Clifford

    Brady vit ainsi avec une blessure à vif, physique et morale. Ainsi a-t-il vu ses rêves, son « American dream », se briser.  Brady Jandreau, qui joue son propre rôle aux côtés de sa famille et de ses amis est vraiment une jeune star du rodéo qui a vu sa vie basculer suite à un accident et cette véracité renforce bien sûr l’émotion qui émane de chacun des plans.

    Ici pas de super héros, pas de grandiloquence, pas de chevauchées fantastiques aux sanglots longs des violons, mais un homme à terre qui essaie de trouver la voie à emprunter pour se relever et continuer à avancer. Comme il le dit lui-même, là où un animal aurait été abattu lui est « obligé de vivre ». Meurtri mais combattif.  Les scènes d’une beauté et simplicité bouleversantes s’enchainent pour dresser le portrait d’un homme que la réalisatrice regarde avec beaucoup d’humilité et de bienveillance aussi éloignée soit-elle (à l'origine du moins) du Dakota du Sud où le film est tourné.

    Après s’être immergée durant quatre ans dans une réserve amérindienne du Dakota du Sud pour réaliser « Les chansons que mes frères m’ont apprises », la réalisatrice pose ainsi à nouveau sa caméra dans cet Etat, à nouveau dans la réserve indienne de Pine Ridge. Après s’être intéressée aux Indiens, elle se penche cette fois sur ces Cowboys d’une autre Amérique, sans éclat, sans flamboyance, sans rutilance, qui combattent pour survivre. Chloé Zhao  revisite ainsi le western faisant du décor un personnage à part entière. Sa caméra caresse et sublime les corps de ces cowboys qui « chevauchent la douleur », qui bravent la nature.

    A l’image du personnage de Katie dans « Katie says goodbye » (autre film en compétition du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017), Brady doit faire face à un avenir sans espoir, à un parent immature, et lui aussi incarne de nombreux contrastes à l’image de cette Amérique pétrie de contradictions. La violence de l’arène dans laquelle il évolue contraste avec la tendresse dont il fait preuve avec sa jeune sœur handicapée ou son ami victime d’un accident de rodéo (ces scènes ne sont jamais voyeuristes ou larmoyantes mais pleines de sensibilité). Les immenses plaines évocatrices de liberté contrastent avec la blessure et l’arène qui l’enferment. Et c’est en renonçant au rodéo que le cowboy va devenir un homme…

    Chloé Zhao réussit une œuvre  pleine de délicatesse et de subtilité sur un univers a priori rude et rugueux. Entre documentaire et drame intimiste, son film  dresse le portrait poignant d’un personnage qui apprend à renoncer dont la force vous accompagne bien après le générique de fin et qui vous donnera envie de continuer à avancer et rêver envers et contre tout.

    Le jury qui lui a attribué le grand prix a salué sa poésie et son humanité.

  • Résidence premium Presqu’Ile de la Touques – Deauville : photos avant l'ouverture au printemps 2018

    Residence premium presqu'île de la touques Deauville.jpg

    © Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs

    Alors que l'ouverture de cette splendide résidence tant attendue située sur la Presqu'île de la Touques est imminente, j'ai eu le plaisir de visiter deux appartements et de constater que la vue depuis la résidence est réellement à couper le souffle et que les espaces sont particulièrement chaleureux et agréables (même si le temps le jour de ma visite ne rend pas le meilleur des hommages au cadre idyllique !) .

    Retrouvez également l'article que j'avais consacré à la Résidence, ici. Très bientôt, je vous en parlerai à nouveau ici et sur Inthemoodforhotelsdeluxe.com.

    Résidence Premium presqu'île de la Touques Deauville.png

    Residence premium pierre et vacances Deauville 1.JPG

    Residence premium Pierre et vacances Deauville 2.JPG

    Residence premium pierre et vacances Deauville 3.JPG

    Residence Premium pierre et vacances Deauville 4.JPG

    Residence premium pierre et vacances Deauville 5.JPG

    Residence premium pierre et vacances Deauville 6.JPG

    REsidence premium pierre et vacances Deauville 8.JPG

    Residence premium pierre et vacances Deauville 9.JPG

    Residence premium pierre et vacances Deauville 10.JPG

    Residence premium pierre et vacances Deauville 15.JPG

    Ouverture printemps 2018 résidence presqu'île de la Touques.png

    Lien permanent Catégories : BONNES ADRESSES DEAUVILLAISES 0 commentaire Imprimer Pin it!
  • Concours - A gagner : 10 invitations pour 2 à Art Shopping au Centre International de Deauville

    En partenariat avec le Centre International de Deauville, j'ai le plaisir de vous faire gagner 10 invitations pour 2 à Art Shopping, le salon international de l'art contemporain.

    Cliquez sur l'affiche ci-dessous pour retrouver le concours (à lire en bas de l'article). Attention : fin du concours ce mercredi 28 mars à minuit !

    art shopping Deauville 2018.jpg

    Lien permanent Catégories : CONCOURS 0 commentaire Imprimer Pin it!