Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

IN THE MOOD FOR DEAUVILLE - Page 5

  • Critique de IN DUBIOUS BATTLE de JAMES FRANCO (et conférence de presse du film)

    4241

    dubious

    « In dubious battle » de James Franco (à qui le festival rendait hommage cette année et qui a donné une passionnante conférence de presse) raconte aussi un combat humaniste contre l’injustice.

    42108

    4238

    En Californie, dans la vallée de Salinas plantée de vergers, neuf cents ouvriers migrants se soulèvent « en un combat douteux » contre les propriétaires terriens. Tirant sa force de chacun des individus qui le composent, le groupe a pour meneur un certain Jim Nolan dont l’idéalisme tragique conduit les grévistes à avoir désormais le courage de « ne plus jamais se soumettre, de ne plus jamais céder ».

    « En un combat douteux » (« In Dubious Battle »), est une nouvelle adaptation littéraire pour James Franco (adepte du genre et amoureux fou de la littérature) une adaptation d’un roman de John Steinbeck paru en 1936, autant dire un véritable défi même si les romans de Steinbeck ont souvent donné lieu à des chefs d’œuvre (« Les raisins de la colère » de John Ford, « A l’Est d’Eden » d’Elia Kazan), la richesse et la complexité de son œuvre rendent son adaptation particulièrement périlleuse et ardue. Pour gravir cette montagne, James Franco (lui-même au casting) s’est entouré d’acteurs de premier plan : Robert Duvall, Ed Harris, Bryan Cranston, Sam Shepard…  Le film nous immerge à ses côtés dans ce combat. Sans concessions aux facilités hollywoodiennes, porté par les mots captivants et admirables de Steinbeck le film de Franco interroge les limites que doit franchir un combat aussi juste soit-il, interroge les mensonges qu’il faut proférer pour que l’humanité soit victorieuse, les sacrifices, compromis et compromissions qu’il faut accomplir pour qu’aboutisse un combat au risque même, pour  parvenir à ses fins aussi nobles soient-elles, de bafouer les principes défendus. La musique, l’interprétation, la photographie sombre et crépusculaire, les mots savoureux contribuent à faire de ce film un long et fascinant poème désenchanté si bien que les mots de Steinbeck semblent prendre forme sous nos yeux tant chaque plan en possède la richesse, la force, la profondeur, la fièvre. Un magnifique hommage au livre dont il est l’adaptation et à ces combattants sacrifiés.

  • Critique de HISTOIRE DE L'AMOUR de Radu Mihaileanu

    4269

     history

    Je termine, à dessein, par  l’histoire d’amour de cette 42ème édition, réalisée par un des membres du jury du festival, Radu Mihaileanu, un film immodestement appelé « L’Histoire de l’Amour » New York, de nos jours, Léo, un vieux juif polonais immigré, espiègle et drôle, vit dans le souvenir de « la femme la plus aimée au monde », le grand amour de sa vie. A l’autre bout de la ville, Alma, dans la fougue d’une adolescence pleine de passion, découvre l’amour pour la première fois. Rien ne semble lier Leo à Alma. Et pourtant… De la Pologne des années 30 à Central Park aujourd’hui, le manuscrit d’un livre, « L’Histoire de l’Amour », va voyager à travers le temps et les continents pour unir leurs destinées.

    Avant la projection, le cinéaste a prévenu les festivaliers : « J’espère que vous avez fait une bonne sieste car le début du film est difficile ». Il a eu bien tort de sous-estimer la limpidité de son travail (et l’état d’éveil du spectateur) car si la structure du film est labyrinthique son écriture brillante (un modèle de scénario) la rend aisément compréhensible.  Cette adaptation du roman desont à l’origine de ce projet d’adaptation auquel le cinéaste a adhéré avec enthousiasme.

    « Il me semble qu’aujourd’hui la plus grave et profonde crise que l’humanité traverse – qui engendre toutes les autres – est l’incapacité d’aimer l’autre. Nous vivons une époque où l’amour de soi triomphe sur le projet de vie d’avoir la joie et la satisfaction de faire du bien à l’autre, de croire en l’autre. Parfois l’amour semble désuet, dégradant, ringard, « conservateur ». J’ai adoré défendre ces dinosaures utopistes qui se battent pour le sentiment amoureux, pour l’amour qui aide à survivre à tout », a-t-il ainsi déclaré. Si le film peut sembler au début désuet, voire suranné, la force du propos, de la mise en scène, de l’interprétation, de l’Histoire nous emportent rapidement dans leur tourbillon d’émotions et dans cette histoire romanesque comme il en existe désormais si peu. La complexité de la narration au lieu de perdre le spectateur et de dissoudre son émotion et son attention ne contribuent qu’à l’accroître pour le bouleverser au dénouement lorsque toutes les pièces du puzzle se reconstituent. Avec ce film, Radu Mihaileanu milite d’une autre manière, pour la croyance dans le romanesque de l’existence, dans la capacité de l’amour à transcender la mort et les épreuves de la vie, et à réunir les êtres. La musique d’Armand Amar avec lequel le cinéaste travaille depuis « Va, vis et deviens » en 2005 exacerbe encore le souffle romantique du film entre  la clarinette, le violon et les cuivres qui nous fendent le cœur. Un film universel. Un conte d’une sensibilité rare qui est une déclaration d’amour aux pouvoirs des mots et de l’écrit qui transcendent la mort. (Je vous en parlerai plus longuement et comme il se doit lors de sa sortie en salles le 9 novembre 2016). Alors laissez-vous embarquer et terminons comme nous avons commencé : « once upon a time »…

  • Critique de CAPTAIN FANTASTIC de Matt Ross

    « Captain Fantastic » de Matt Ross qui, contrairement, à ce que son titre pourrait laisser entendre n’est pas non plus un film de super héros,  confronte également des enfants à des réalités d’adultes.

    captain2.jpg

    Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-Unis, vivant isolé de la société, un père dévoué a consacré sa vie toute entière à l’éducation de ses six jeunes enfants pour qu’ils deviennent des adultes hors du commun.
    Quand le destin les frappe, ils sont contraints d’abandonner le paradis que leur père avait créé pour eux. La découverte du monde extérieur va l’obliger à remettre en question ses méthodes d’éducation et tout ce qu’il avait choisi d’apprendre à ses enfants qui portent les prénoms iconoclastes à l’image de leur éducation : Bodevan, Nai, Rellian, Zaja, Kielyr et Vespyr.

    Là où  « Brooklyn village » confrontait deux réalités mais aussi l’utopie des enfants à la réalité des adultes, évitant aussi tout manichéisme, « Captain Fantastic » confronte l’utopie d’un adulte aux règles sociales et à la réalité du monde, celui de la consommation loin  de la forêt protectrice, sorte d’Eden coupé du monde, où  la famille vit. Le film de Matt Ross a fait souffler un vent d’utopie et d’intelligence salutaires sur cette compétition parfois bien pessimiste.

    Primé au dernier Festival de Cannes 2016 dans la section Un Certain Regard pour sa mise en scène, le film de Matt Ross aurait aussi pu l’être pour sa photographie (signée Stéphane Fontaine). Au lieu d’imposer un point de vue péremptoire sur l’éducation, à travers cette histoire et ses personnages à l’intelligence jubilatoire, Matt Ross questionne le mode d’éducation, montrant des enfants érudits (qui lisent Rousseau, Marx et Nabokov en opposition à leurs cousins, totalement incultes, d’ailleurs peut-être trop, moins de manichéisme en l’espèce aurait été moins efficace certes) et particulièrement résistants à l’effort, aptes à réfléchir mieux que la plupart des adultes mais en décalage avec le monde réel soudain bipolaire (ou du moins dichotomique) comme leur mère ( dont l’absence si présente éclaire le film d’une aura plus sombre) et les enfants de leur âge (ce qui donne lieu à des scènes irrésistibles). Le film est  un parcours initiatique autant pour les enfants que pour le Captain Fantastic dont l’adjectif fantastique désigne davantage sa capacité à se remettre en question que des pouvoirs extraordinaires dont il serait doté même si la fin peut aussi s’apparenter à un renoncement pour celui qui, en guise de père Noël, célèbre le linguiste, philosophe et anarchiste Noam Chomsky (Noël étant remplacé par le Noam Chomsky’s day) en offrant des armes blanches à ses enfants. Des dialogues savoureux (le film est finalement une ode à la communication), une BO jubilatoire, un Viggo Mortensen plus charismatique que jamais et éperdu d’amour pour ses enfants, font de ce « Captain Fantastic » un personnage aussi attachant que le fut une certaine « little Miss Sunshine » primée à Deauville il y a quelques années.

  • Critique de BROOKLYN VILLAGE d'Ira Sachs

    brooklyn2

    Mon coup de cœur de cette 42ème édition s’intitule « Brooklyn village » et a été réalisé par le cinéphile Ira Sach. Il sortira en France le 21 septembre 2016.

    Une famille de Manhattan y hérite d’une maison à Brooklyn, dont le rez-de-chaussée est occupé par la boutique de Leonor, une couturière latino-américaine. Les relations sont d’abord très cordiales entre les deux familles, notamment grâce à l’insouciante amitié qui se noue entre Tony et Jake, les enfants des deux foyers qui ont le même âge. Mais le loyer de la boutique (fixé par un arrangement amical par le grand-père de Jake, son père venant d’en hériter à la mort de celui-ci) s’avère bien inférieur aux besoins des nouveaux arrivants. Les discussions d’adultes vont bientôt perturber la complicité entre voisins.

    Alors que beaucoup de films cette année réglaient ou exorcisaient les conflits par la violence ou l’excès, Ira Sachs fait ici preuve d’une rare bienveillance envers ses personnages qui y  gagnent en profondeur, en intérêt, en crédibilité, en émotion. La seule violence est une grève de la parole que les deux enfants mettent en place pour protester contre les décisions d’adultes qu’ils réprouvent. Plutôt que d’opposer la pauvre couturière authentique aux voraces propriétaires qui ne cherchent qu’à s’enrichir et plutôt que de stigmatiser les seconds, Ira Sachs porte un regard plein d’humanité, de compréhension et d’indulgence sur chaque partie, les propriétaires ne vivant que sur un seul salaire, le père étant un comédien de théâtre désargenté.

    En vo le film s’intitule Little Men, et s’il désigne les enfants, ces « petits hommes » peuvent aussi désigner les adultes, tels qu’ils sont dans le regard de leurs enfants, ou tels que chaque adulte reste finalement à jamais, portant simplement le masque de l’adulte mais demeurant aussi perdu, écartelé, et parfois démuni devant les difficultés de l’existence. Sans doute s’agit-il des deux.

    Ajoutez à cela Theo Taplitz et Michael Barbieri, deux jeunes comédiens exceptionnels (magnifique scène ou l’un des deux s’exerce à la comédie pendant laquelle on retient son souffle) et vous obtiendrez un film pudique, délicat, sensible avec des personnages humains, pas des super-héros mais des êtres faillibles et attachants écrits avec une extrême délicatesse, nuancés comme la vie.

  • Critique de SING STREET de John Carney

    singstreet

     « Sing street » de John Carney, a également enthousiasmé les festivaliers qui l’ont couronné, comme « Captain Fantastic », d’une standing ovation.

    « Sing street »  sortira en salles le 26 octobre 2016, et nous dépeint aussi des adolescents qui prennent leur envol, cette fois par le biais de la musique. Dublin, années 80. La pop, le rock, le métal, la new wave passent en boucle sur les lecteurs K7, vibrent dans les écouteurs des walkmans et le rendez-vous hebdomadaire devant  « Top of the Pops » est incontournable.


    Conor, un lycéen dont les parents sont au bord du divorce, est obligé à contrecœur de rejoindre les bancs de l’école publique dont les règles d’éducation diffèrent de celles de l’école privée qu’il avait l’habitude de fréquenter.
    Il se retrouve au milieu d’élèves turbulents qui le malmènent et de professeurs exigeants qui lui font rapidement comprendre qu’en tant que petit nouveau, il va devoir filer doux. Afin de s’échapper de cet univers violent, il n’a qu’un objectif : impressionner la plus jolie fille du quartier, la mystérieuse Raphina. Il décide alors de monter un groupe et de se lancer dans la musique, univers dans lequel il ne connait rien ni personne, à part les vinyles de sa chambre d’adolescent. Afin de la conquérir,  il lui propose de jouer dans son futur clip.

    Après les ensorcelants « Once » en 2007 et « New York Melody » en 2014, John Carney s’oriente à nouveau vers le style qui lui sied le mieux : le film musical. « Je ne voulais pas tourner un film musical sans raison valable. Je voulais raconter un épisode de ma vie suffisamment intéressant pour que j’aie envie d’en parler. Et je souhaitais que cette histoire soit sincère et personnelle » a spécifié le cinéaste. Ferdia Walsh-Peel qui incarne le protagoniste impressionne par sa maitrise et sa justesse dans ce qui est son premier rôle. « Sing street » est indéniablement le feel good movie par excellence, le genre de film qui vous donne envie d’empoigner la vie, votre destin, et qui vous insuffle une bouffée d’optimisme vous faisant quitter la salle avec plein de  nouvelles résolutions et en fredonnant. Mais ce n’est pas uniquement cela. En toile de fond, l’Irlande des années 80 et ses problèmes sociaux (divorce encore interdit contraignant les parents qui ne s’aiment plus à vivre ensemble) et économiques donnent de l’épaisseur au film même si ses personnages secondaires en manquent justement parfois. Le mode de filmage (à l’épaule) contribue aussi à l’énergie communicative qui se dégage du film. La romance entre Conor et Raphina certes convenue suscite indéniablement l’émotion, Plus intéressant est le personnage du frère, mentor  passé à côté de sa vocation. Evidemment la bande originale et les références musicales sont remarquables et achèvent de nous séduire.

  • Le Siège Renault vous invite au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2016 !

    renault3.jpg 

    renaultdeauville5.png

    Demain débutera le 42ème Festival du Cinéma Américain de Deauville, un rendez-vous pour moi immuable auquel je serai fidèle pour la 23ème année consécutive et que j’attends toujours avec autant d’impatience, 23 ans après avoir éprouvé un véritable coup de foudre pour cet événement cinématographique, pour la ville qui l’accueille (au point d’y consacrer un blog entier) et plus largement pour les festivals de cinéma. Jamais je n’aurais imaginé alors que venir à Deauville et aller par hasard au festival ( bon j’avoue, un faux hasard, ma passion pour le cinéma remontant à ma plus tendre enfance) changerait ma vie, que je ne cesserais jamais plus d’y retourner et d’y assister de l’ouverture à la clôture pendant tant d’années sans jamais déroger à ce rituel, que je ferais tant d’autres festivals aux quatre coins de la France, que j’y vivrais tant de moments forts et singuliers, que je participerais à tant de jurys, que je changerais de voie et que je vivrais un jour au rythme de ma passion pour le cinéma comme c’est le cas aujourd’hui. Tout cela grâce au Festival du Cinéma Américain de Deauville! Qui sait ? Cette venue à Deauville changera peut-être aussi le cours de l’existence des gagnants de ce concours organisé par Renault comme ces concours d'écriture qui m'ont amenée à intégrer tant de jurys de festivals de cinéma, y compris d'ailleurs un jury de cinéphiles au Festival de Deauville (en 2000) ou un jury, à Dinard (en 1999), en compagnie  notamment de la marraine de l'opération dont je vais vous parler aujourd'hui.

    renault4.png

    Bref, ma fidélité au festival est indéniable. C’est aussi un lien de fidélité qui unit Renault et le septième art, mais aussi Renault et les festivals de cinéma, la marque au losange étant partenaire des plus grands évènements cinématographiques dans le monde, le Festival de Cannes  et le Festival du Cinéma Américain de Deauville bien sûr (depuis...17 ans!) mais aussi la Mostra de Venise, le Festival du Film de Cabourg, le Festival de l’Alpe d’Huez, de Marrakech et beaucoup d’autres festivals, sans oublier la Cérémonie des César. Lors de certains de ces événements, j'ai d'ailleurs moi-même eu le plaisir d'être conduite sur les tapis rouges par leurs plus belles berlines et d'en apprécier le confort et le silence.

    RenaultDeauville1.png

     

    Le Siège Renault propose un programme entièrement destiné aux passionnés, permettant de vivre des expériences uniques autour des plus grands évènements Cinéma dont Renault est partenaire. Place d'exception, accès aux coulisses, rencontre avec des personnalités, soirée VIP : Le Siège Renault (dont je vous invite à découvrir le site qui vous mettra des étoiles plein les yeux, ici) vous réserve des moments inoubliables au cœur de la passion Cinéma.

    RenaultDeauville2.png

    Avant de vous en dire plus sur les modalités de ma participation à cette belle opération mise en place par Renault et sur cette collaboration entre Renault et le Festival du Cinéma Américain de Deauville, je tenais à vous présenter les liens étroits qui unissent la marque au losange et le cinéma.

    RenaultDeauville3.png

    ©Amaury Brac - Renault

    Renault est ainsi un partenaire historique du cinéma et le terme « historique » n’est pas usurpé puisque depuis les origines du cinéma, des milliers de véhicules Renault tournent dans des films et escortent les acteurs et actrices sur les plateaux de tournage et les tapis rouges. Ce lien viscéral est aussi lié à une proximité géographique puisque les studios des frères Lumière, installés à Billancourt entre 1885 et 1898, se situaient à côté des usines Renault et inspirèrent ainsi Louis Renault, un des premiers à voir dans le cinéma un nouveau moyen de communication.

     

    renault2.jpg

     

    Le Siège Renault vous prépare ainsi une immersion exceptionnelle et une expérience hors du commun, lors du weekend d’ouverture (les 03 et 04 septembre) au cœur du Festival du Cinéma Américain de Deauville en compagnie des deux parrains de l'opération. Deux figures du Cinéma Français, Michèle Laroque (avec laquelle vous pourrez notamment fouler le tapis rouge de Deauville) et Claude Lelouch, celui qui a immortalisé Deauville dans son chef-d’œuvre « Un homme et une femme » (dont on célèbre cette année les 50 ans, je vous avais ainsi parlé de cet évènement dans mon compte rendu du Festival de Cannes 2016), une histoire intemporelle, universelle avec un ton très personnel et poétique. La plus simple du monde et la plus difficile à raconter. Celle de la rencontre d'un homme et une femme, de la rencontre de deux solitudes blessées qui prouve que les plus belles histoires sont les plus simples et que la marque du talent est de les rendre singulières et extraordinaires… Je m'arrête là et vous invite à lire ma critique complète ici et je vous recommande au passage le dernier film du cinéaste, le magnifique UN + UNE dont vous pouvez retrouver ma critique en cliquant ici.

    Deauville20161.jpg

    Et moi, dans cette histoire, me direz-vous ? J’aurai le plaisir, en partenariat avec Renault, de présenter le festival aux gagnants, de partager avec eux ma passion viscérale pour ce Festival de Deauville. J’imagine que, comme moi, la toute première fois, ils auront le cœur battant en foulant le tapis rouge avec les planches à l'horizon, sous l'incroyable et mélancolique lumière deauvillaise et sous celle des spots, mais surtout en découvrant le splendide écrin qu’est la salle du CID où se déroulent les projections (à vrai dire, après avoir parcouru de nombreux festivals de cinéma, elle reste pour moi la plus impressionnante avec un son réellement exceptionnel). Je serai ravie de les accueillir. Je vous raconterai bien sûr cette rencontre à l'occasion de laquelle j’aurai aussi le plaisir d’offrir aux gagnants mon recueil de 16 nouvelles sur les festivals de cinéma "Les illusions parallèles" publié le 22 août dernier (et d'ailleurs disponible à la librairie de Deauville "Jusqu'aux lueurs de l'aube") qui comprend deux nouvelles sur ...le Festival du Cinéma Américain de Deauville!

    RenaultDeauville4.png

     ©Amaury Brac - Renault

    Ce Jeu était accessible sur le site Internet lesiege.renault.fr et sur les réseaux sociaux de la marque que je vous invite à suivre pour vous tenir au courant et pour suivre ses prochains évènements mais aussi les trépidantes pérégrinations des gagnants pendant le festival :

    TWITTER: https://twitter.com/renault_fr

    FACEBOOK: https://www.facebook.com/renaultfrance

    INSTAGRAM: https://www.instagram.com/renault_france/

    Pour en savoir plus sur le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2016, retrouvez mon article sur le programme complet, ici.

    renault5.png