Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

IN THE MOOD FOR DEAUVILLE - Page 5

  • Deux nouveaux restaurants étoilés au Guide Michelin 2017 à Deauville et Trouville

    1912.png

    Félicitations au Restaurant Maximin Hellio​ de Deauville et au Restaurant Le 1912​ des Cures Marines Trouville MGallery by Sofitel​ (mon avis sur l'hôtel suite à mon séjour lors de l'ouverture, ici: https://inthemoodforhotelsdeluxe.com/2015/04/26/mon-avis-sur-les-cures-marines-de-trouville-hotel-thalasso-et-spa-mgallery-collection/  ), tous deux étoilés au Guide Michelin 2017, cette semaine !

  • Critique de BORN TO BE BLUE de Robert Budreau en salles cette semaine (première du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2016)

    L’envoûtant et magnétique « Born to be blue », premier long-métrage de Robert Budreau sur la tragique histoire du trompettiste de jazz Chet Baker, depuis son comeback dans les années 70 jusqu’à sa disparition brutale, était présenté en avant-première au dernier Festival du Cinéma Américain de Deauville puis au Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule.

    borntobeblue

    Ethan Hawke et Robert Budreau, le réalisateur de ce biopic (qu’il serait d’ailleurs réducteur et même inexact de qualifier ainsi) ont en commun une véritable passion pour le trompettiste et chanteur de jazz Chet Baker. L’acteur américain avait en effet déjà travaillé sur le scénario d’une journée dans la vie de Chet Baker, le James Dean du jazz, un film qui qui n’a jamais été tourné. Le film alterne les temporalités, la couleur, souvent magnétique et crépusculaire, et le noir et blanc nostalgique, la fiction dans la fiction (Chet Baker devait tourner un film sur sa vie) et la fiction qui raconte la vie de Chet Baker. Une structure dichotomique à l’image de cet être écartelé entre sa passion viscérale et ses démons. Un être multiple qu’un flashback fait passer d’une cellule d’une prison italienne à ses débuts devant Miles Davis et Dizzy Gillespie à une scène du film dans le film (s’inspirant du projet du producteur Dino de Laurentiis de 1966) dans laquelle Baker, qui joue son propre rôle, prend de l’héroïne pour la première fois, incité par une admiratrice.

    Au-delà du portrait du grand artiste, « Born to Be Blue » est un film sur les affres de la création, sur les revers du succès et de la vie d’artiste, sur la versatilité du destin. Le portrait d’un homme, seul blanc trompettiste de l’époque, qui place l’amour de son art, vital, au-dessus de tout et prêt à tous les sacrifices et douleurs pour effectuer son retour, épaulé seulement par sa compagne Jane quand même son propre père ne croit plus en lui. Le titre se réfère d’ailleurs à une chanson que lui jouait son père. Ethan Hawke, à fleur de peau, EST Chet Baker et porte ce rôle, cette personnalité aussi séduisante que fragile, sur ses épaules et lorsque, lors d’une ultime chance,  cet écorché vif chante « My Funny Valentine » devant des professionnels, c’est poignant et nous retenons notre souffle à sa voix brisée. Ce film judicieusement construit et mis en abyme, enfiévré de la musique, de l’amour et des excès qui portaient et détruisaient l’artiste est une enivrante et bouleversante mélodie du malheur et finalement le plus beau des hommages que l’on pouvait consacrer à l’artiste, et aux artistes qui se consument pour leur art. Un film nimbé d’une mélancolie envoûtante et foudroyante de beauté…comme un air de jazz joué par Chet Baker. Comme les derniers soupirs d’un artiste. Les plus intenses et émouvants.

  • Mon avis sur La Villa Gabrielle à Deauville (restaurant)

    Retrouvez également cet article sur mon site "In the mood for hôtels de luxe".

    Deauville.img_0104

    Je n’avais pas encore pris le temps de vous parler de ce nouvel établissement deauvillais  (ouvert le 8 avril 2016) que j’avais testé en y déjeunant lors du dernier Festival du Cinéma Américain de Deauville (mon compte rendu du festival, ici), un établissement qui s’est fait attendre les travaux s’étant éternisés, et les lieux (auparavant une agence immobilière) étant restés inoccupés depuis 2013.

    img_0402

    img_0091

    img_0090

    Il faut dire que l’emplacement est idéal avec une belle terrasse face aux jardins de l’hôtel Normandy Barrière, en plein centre de Deauville.

    img_0051

    La terrasse me narguait depuis un moment, j’ai donc décidé de faire une infidélité à La Cantine de Deauville (qui est aussi MA cantine) pour tester cette nouvelle adresse et sa jolie terrasse. Si je n’avais pas testé les lieux lors de mes précédents séjours deauvillais, c’est principalement en raison d’un article dans la presse particulièrement négatif suite à l’ouverture (mais  à un point tel  que je soupçonne son auteur d’avoir été de mauvaise foi). Et le mieux est toujours de se faire son propre avis en testant les lieux, ce que je fis donc ce beau jour de septembre, entre deux séances du festival.

    Le restaurant se nomme « Villa Gabrielle » en hommage à Gabrielle Coco Chanel, qui a ouvert sa première boutique de mode à Deauville en 1913.

    img_0088

     

    Première constatation, si la personne à l’entrée ne daigne pas répondre à mon bonjour, se contentant de se tenir devant le restaurant pour scruter les clients et les passants, l’air lointain, mon serveur se révèle en revanche souriant et aimable. Pour ne pas être en retard à ma projection et pour comparer avec le remarquable menu de La Cantine, je décide d’opter pour le menu à 20 euros avec l’escalope de saumon et le moelleux au chocolat.

    Il faut savoir que le chef Martial Préaudot 46 ans, ancien chef a débuté en cuisine à l’âge de 15 ans. Il est passé notamment dans les cuisines de Ducasse et du Ritz à Paris.  Il a également fait ses classes « chez un traiteur haut de gamme » et il a travaillé à Lapérouse avant d’arriver il y a 16 ans dans les cuisines privées de Christian Dior.

    img_0103

    Cela commence plutôt bien, avec un délicieux amuse-bouche, un atout pour un menu comme celui-ci. A ce prix, il est rare d’en avoir. Premier bon point.

    img_0089

    Le plat est à la fois léger et copieux, plutôt bon, même s’il manquait un peu de goût (d’assaisonnement ?).

    img_0092

    Quant au fondant au chocolat, sans être exceptionnel, il était également plutôt bon, avec une présentation sans fioritures.

    img_0093img_0094

    A peine ai-je dit que je ne voulais pas de café que l’addition m’était amenée sans avoir été demandée et sans que l’on m’ait demandé ce que j’avais pensé de mon déjeuner. Un peu expéditif.

    img_0095

    Avant de partir, un petit tour à l’intérieur pour découvrir le beau décor de l’établissement. Une vraie réussite… Et l’impression que Coco Chanel va débarquer à tout moment dans ce décor très « couture ».

    img_0098img_0101img_0099img_0097

     

    En conclusions, l’emplacement est idéal, le décor charmant, et les plats relativement bons. Ce ne fut donc pas la catastrophe annoncée par l’article précédemment évoqué, et même une agréable surprise. L’accueil gagnerait à être plus chaleureux et personnalisé.   Sans doute y retournerai-je pour me faire un second avis lors de mon prochain séjour deauvillais et je vous en reparlerai à l’occasion ici. Il n’y a néanmoins pas photo avec son voisin d’en face, La Cantine de Deauville (mon avis, ici) qui, pour un prix inférieur, (16, 90 € pour un plat et un dessert ou une entrée et un plat ou 21, 90€ pour un menu complet) vous propose un menu pantagruélique et de meilleure qualité, d’un niveau gastronomique, le sourire et l’accueil personnalisé en prime.

    La Villa Gabrielle,
    85, rue Eugène Colas,
    14800 Deauville, France.

    +(33)2.31.98.71.86

    Site internet: http://www.lavillagabrielle-deauville.com/

    Facebook:https://www.facebook.com/lavillagabrielle

    Instagram: @la_villa_gabrielle

  • Dates du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017 à suivre en direct ici

    deauville 2017.jpg

  • Festival du Film de Cabourg 2017: affiche et dates

    cabourg2017.jpg

    Découvrez la très belle affiche du Festival du Film de Cabourg 2017 tirée, comme chaque année, d'un film de l'édition précédente, en l'espèce de "Tanna", mon coup de cœur de cette édition 2016 (qui a d'ailleurs reçu le prix du scénario au Festival Cinéma & Musique de Film de La Baule 2016), un film dans lequel la justesse des interprètes est sidérante. Les images sont d’une beauté à couper le souffle. La musique procure un souffle épique à l’ensemble. L’histoire, celle d’un amour impossible, est tragique et bouleversante. Hymne à la liberté, à la nature, ce film aux accents de Roméo et Juliette, plus qu’un coup de cœur est un coup au cœur.

    Un festival que j'affectionne tout particulièrement depuis ma participation à son jury des courts-métrages en 2002, deux nouvelles de mon recueil sur les festivals de cinéma "Les illusions parallèles" se déroulent d'ailleurs dans son cadre. 

    Retrouvez également mon compte rendu du Festival du Film de Cabourg 2016, ici.

    Rendez-vous du 14 au 18 juin pour suivre ici le  Festival du Film de Cabourg 2017.

  • Mon avis sur La Cantine de Deauville : la meilleure brasserie de Deauville (et pas seulement !)

    cantine12

    Retrouvez également cet article sur mon blog sur le luxe "In the mood for hôtels de luxe".

    Je vous ai maintes fois parlé de ce restaurant, La Cantine de Deauville, à chaque fois placée en tête de mes articles sur mes bonnes adresses Deauvillaises. J’ai aujourd’hui souhaité y consacrer un article entier car au gré des mes nombreuses pérégrinations aux quatre coins de la France, je n’ai jamais encore trouvé de brasserie avec un tel rapport qualité / prix mais aussi avec une telle inventivité dans le menu du jour, sans cesse renouvelé. Si comme moi, vous êtes des inconditionnels de Deauville, ou simplement de passage alors, croyez-moi, la Cantine est LA brasserie où il faut aller pour vous régaler et pour passer un excellent moment.

    deauvillef.png

    « La Cantine » a ouvert il y a quatre ans en lieu et place du café « Up and down », un café que les habitués de Deauville connaissaient bien, et les festivaliers aussi. J’y ai ainsi de mémorables souvenirs, notamment l’année de ma participation au jury de cinéphiles du Festival du Cinéma Américain, en 2000, lors duquel le café était privatisé. Depuis, l’établissement a gardé les mêmes propriétaires mais a été entièrement transformé pour ressembler désormais à un magnifique loft New-yorkais.

    cantine13cantine14img_9568img_9569

    L’emplacement est idéal, dans la rue principale, rue Eugène Colas, à deux pas du CID (l’idéal pour les festivals, lors du Festival du Cinéma Américain, notamment), de l’Hippodrome, des planches, et en face des brasseries Le Drakkar et chez Miocque que La Cantine surpasse largement en rapport qualité / prix.

    img_0554

    « La Cantine » est  ainsi devenue la mienne depuis ce mois de septembre 2014 où j’y ai déjeuné pour la première fois. J’ignore pourquoi je n’y suis pas allée plus tôt, pensant sans doute qu’il s’agirait d’un énième endroit à la mode, comme il en fleurit tant, où tout serait axé sur le décor (moderne et chic, tel un loft new yorkais comme je vous le disais précédemment) au détriment du contenu de l’assiette et de la qualité des produits. La surprise fut d’autant plus agréable. Et, depuis, j’y déjeune et dîne presque tous les jours à chaque festival ou chaque séjour à Deauville. Il faut dire, que, entre la carte, diversifiée (avec des produits frais, j’insiste, une grande variété de mets à la carte étant habituellement suspicieuse, ce qui n’est pas le cas ici) et les menus qui, en semaine, changent tous les jours, vous n’avez que l’embarras du choix et les papilles les plus difficiles sauront être satisfaites, aussi bien celles des gourmets que celles des gourmands (et de ceux qui sont les deux). Vous pouvez donc parfaitement y aller tous les jours sans jamais manger la même chose.

    cantine70

    La carte est donc  constituée de produits frais à des prix plus que raisonnables, a fortiori pour Deauville, et qui défie même toute concurrence au regard des plats copieux et de la qualité des produits servis.  La carte des vins est également particulièrement garnie, et là aussi de qualité, avec des propositions inscrites à la craie aux murs.

    L’amabilité est aussi constamment au rendez-vous, des serveurs à la direction avec un accueil  chaleureux, affable sans être flagorneur, avec une mention spéciale pour Yanic, un des deux propriétaires des lieux, que les habitués connaissent bien et qui a toujours un mot aimable pour ses clients qui se sentent presque comme à la maison. Il n’est pas pour rien dans le succès, retentissant, de l’établissement (souvent complet, n’hésitez pas à réserver en périodes de vacances, d’évènements,  de festivals ou pour les week-ends).

    cantine77

    J’ai testé une grande partie des plats à la carte ainsi répartis: entrées, salades, poissons, burgers, viandes, fromages, desserts.

    Vous pourrez également opter pour:

    – la formule classique midi ( Plat du jour + café 13.9€  / Entrée + plat ou Plat + dessert 16.9€  /Entrée + plat + dessert 21.9€),

    -la formule « Cantine à la carte », le midi également (Entrée du midi 8.5€  /Plat du midi 13.5€  /Dessert du midi 7.5€),

    – le menu « Comptine » pour les moins de 10 ans (Steak haché ou Blanc de poulet ou Poisson du Chef/ Crème glacée ou Sorbet (2 boules) ou Tranche de Pain Perdu pour 10 €,

    –  le menu à 27 euros,

    – le menu à 33 euros.

    Aucun plat ne m’a déçue (et mon nombre de repas là-bas doit allègrement dépasser la  trentaine, comme en témoignent mes nombreuses photos des plats prises au fil des ans, vous en retrouverez aussi pas mal sur mon compte Instagram @sandra_meziere) mais je vous recommande tout particulièrement:

    – le fish and chips (17, 90 euros seulement), pour lequel l’adjectif pantagruélique semble avoir été inventé, accompagné de pain et de salade,

    cantine11

    -les burgers (aussi copieux que goûteux), et notamment un burger végétarien,

    cantine10

    – les salades là aussi pantagruéliques,

    img_6011img_0004img_0003

     -les entrecôtes, fondantes et succulentes,

    img_0454

    -le pavé de cabillaud meunière, raffiné, léger et délicieux,

    img_0040

    -la poêlée de filet de poulet sauce Normande, copieuse et gourmande,

    img_6010

    -les profiteroles géantes qui le sont réellement -framboise chocolat blanc- (je n’ai plus de photo des profiteroles, mais un régal, croyez-moi sur parole),

    -le cœur coulant au chocolat (un des meilleurs qu’il me soit arrivé de déguster),

    img_9570

    -la tarte tatin, exceptionnelle, avec sa crème d’Isigny qui l’est tout autant,

    img_6012

    -les glaces artisanales, exquises, là aussi,

    -les cafés gourmands (l’image parle d’elle-même…),

    img_0005

    Vous pourrez aussi opter pour un menu, notamment celui à 27 euros qui vaut largement son prix ou encore la formule du midi à 16, 90 euros. En voici, ci-dessous, un exemple en photos, et ne croyez pas que j’ai choisi un jour en particulier parce que ce menu aurait été ce jour-là exceptionnellement appétissant. C’est celui de ce midi (chaque jour, la page Facebook du restaurant est mise à jour avec le menu du jour, à retrouver ici), mais c’est réellement tous les jours ainsi : aussi beau que bon. Le chef possède un réel talent et n’aurait rien à envier à  ceux de certains restaurants gastronomiques. Les desserts, en particulier, sont sans cesse renouvelés et toujours inventifs…et aussi appétissants que le macaron citron d’aujourd’hui. Avez-vous souvent vu un menu à 21, 90 aussi appétissant et copieux ? Pas moi en tout cas.

    cantine1cantine4cantine3cantine2

    Allez-y de ma part ! Vraiment. Je vous recommande La Cantine de Deauville, sans la moindre réserve. Vous ne le regretterez pas, que vous y alliez pour un déjeuner en famille, entre amis, romantique (vous pourrez profiter de l’étage, plus intimiste), ou d’affaire. Vous y passerez assurément un excellent moment.

    Pour en savoir plus, découvrez le site internet du restaurant également présent sur Facebook.

    Un  restaurant comme il en existe très et trop rarement, pas seulement à Deauville. LA brasserie de Deauville. Et ma brasserie fétiche tous lieux confondus.

    Et pour ceux qui ne sauraient pas où aller le 31 décembre 2016, peut-être ce menu vous tentera-t-il ?

     

    MENU DE LA SAINT SYLVESTRE

    71€ par personne

    (Boissons non comprises)

    ∗Entrée Au Choix∗

    *Pressé De Foie Gras De Canard Et Fruits Secs,

    Chutney De Coing À La Vanille, Brioche Maison*

    *Nage Safranée De Homard Et Langoustines*

    *Carpaccio De St Jacques Aux Fruits De La Passion*

    ∗Plat Au Choix∗

    *Suprême De Chapon Fermier, Crème D’ Isigny

    Et Risotto De Potimarron*

    *Tronçon De Turbot, Coquillages En Marinière,

    Beurre Blanc Au Champagne*

    *Pavé De Biche Aux Fruits Rouges Et Noirs,

    Gratin Aux Cèpes*

    ∗Trio de Fromages Normands Et Son Mesclun∗

    *Livarot, Pont-L’évêque, Camembert *

    ∗Dessert Au Choix∗

    *Macaron Framboise–Litchi, Sorbet Champagne*

    *Croquant Mandarine, Insert À La Crème De Marron*

             Brasserie La Cantine de Deauville – Coordonnées: