Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Kristen Stewart, Deauville Talent Award 2019 - Critiques de SILS MARIA d'Olivier Assayas et CAFE SOCIETY de Woody Allen

    KRISTEN STEWART recevra un DEAUVILLE TALENT AWARD 2019 dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2019. Une soirée hommage aura lieu le vendredi 13 septembre, suivie de la première française de "Seberg" de Benedict Andrews. Je serai bien sûr en direct pour vous faire vivre ces évènements. Une édition qui s'annonce décidément prestigieuse. A cette occasion, je vous propose deux critiques de films avec Kristen Stewart.

     CRITIQUE de SILS MARIA d'OLIVIER ASSAYAS

    sils2.png

    Synopsis: À dix-huit ans, Maria Enders a connu le succès au théâtre en incarnant Sigrid, jeune fille ambitieuse et au charme trouble qui conduit au suicide une femme plus mûre, Helena. Vingt ans plus tard on lui propose de reprendre cette pièce, mais cette fois de l'autre côté du miroir, dans le rôle d'Helena…

     

     Le serpent de Maloja est un étirement en bande de nuages bas observé en automne. Il s'allonge de Sils Maria à Silvaplana allant jusqu’à St Moritz et laisse encore aujourd'hui les spécialistes perplexes de lorsque  les vents de l'Engadine, des vents de nuit à courant descendant, s'observent en plein jour. Ce serpent métaphorise le film : sinueux, fascinant, trouble, troublant.

    Le cinéma n'est bien sûr pas avare de films sur le cinéma, celui-ci présente d'ailleurs des similitudes avec l'un de ses illustres prédécesseurs, "Eve" de Joseph L. Mankiewicz. Le deuil dès les premières minutes place le film sous une couleur sombre. Le début du déclin pour cette actrice pourtant encore dans la force de l'âge?

    Le film s'oriente ensuite sur  les rapports troubles et troublants  entre Maria et Valentine, à la fois répétitrice, assistante, (amie?), entre envie, jalousie et altruisme.

    Puis, c'est le passé qui ressurgit, un rôle emblématique dans la carrière d'une actrice, marquée par celui-ci, qui se confond avec celui-ci.

    Chaque scène est alors empreinte de gravité, de profondeur, de multiples sens, et le jeu même de la comédienne se prête à de multiples interprétations, la frontière entre la pièce et la réalité étant constamment et de plus en plus floue. Le film en devient aussi palpitant que ludique et, un peu à l'image de sa prestation magistrale dans "Copie conforme", Juliette Binoche joue de telle façon qu'elle brouille nos repères. Les scènes dans la montagne où tout semble alors pouvoir survenir sont d'une tension rare. 

    Un grand film  très ancré dans son époque, sa violence médiatique, un film sur l'étanchéité des frontières entre l'art et la vie, et l'implacable violence du temps qui passe. Un film au charme vénéneux, un jeu de miroirs et de reflets mélancolique, envoûtant et brillant au propre comme au figuré. Et réellement fascinant. Ou quand la vie devient un art... Et une révélation: Kristen Stewart, d'une justesse remarquable.

    Critique de CAFE SOCIETY de Woody Allen

    cafe society.jpg

    Quelle judicieuse idée du Festival de Cannes l’an 2016 que d’avoir à nouveau sélectionné comme film d’ouverture un long-métrage de Woody Allen (après « Hollywood ending » en 2002 et « Minuit à Paris » en 2011), promesse toujours de tendre ironie, de causticité mélancolique mais aussi en l’occurrence de villes baignées de lumière. Comme un écho à l’affiche de la 69ème édition du festival, incandescente, solaire, ouvrant sur de nouveaux horizons (image tirée du « Mépris » de Godard) et sur cette ascension solitaire, teintée de langueur et de mélancolie comme une parabole de celle des 24 marches les plus célèbres au monde. Un film d’ouverture comme une mise en abyme puisque le plus grand festival de cinéma au monde s’ouvrait sur un film qui mettait en scène le monde du cinéma…

    Ce nouveau film de Woody Allen nous emmène ainsi à New York, dans les années 30. Entre des parents conflictuels et un frère gangster (qualifié de « colérique » alors qu’il a une fâcheuse tendance à régler les problèmes par le meurtre ou l’art de l’euphémisme acerbe signé Woody Allen), Bobby Dorfman (Jesse Eisenberg) a le sentiment d'étouffer.  Il décide donc de tenter sa chance à Hollywood où son oncle Phil (Steve Carell), puissant agent de stars, après l’avoir fait patienter trois semaines, trouve finalement le temps de le recevoir et de l'engager comme coursier. À Hollywood, Bobby tombe immédiatement sous le charme de la secrétaire de Phil, Vonnie, (Kristen Stewart) à qui ce dernier à donner pour mission de lui faire découvrir la ville. Malheureusement, Vonnie n'est pas libre et lui dit être éprise d’un mystérieux journaliste. Il doit alors se contenter de son amitié et de promenades dans la ville.  Jusqu'au jour où elle lui annonce que son petit ami vient de rompre. Soudain, l'horizon semble s'éclaircir pour Bobby mais nous sommes dans un film de Woody Allen et l’ironie tragique de l’existence finit toujours par s’en mêler…

    Un film de Woody Allen comporte des incontournables, ce qui rend ses films singuliers et jubilatoires. La virtuosité de ses scènes d’ouverture qui vous embarquent en quelques mots, notes et images, vous immergent d’emblée dans un univers et brossent des personnages avec une habileté époustouflante : ici les années 30 dans une somptueuse villa et dans le faste tonitruant d’Hollywood, le tout porté par une musique jazzy et la voix off de Woody Allen.  Des dialogues cinglants et réjouissants qui suscitent un rire teinté de désenchantement : il excelle ici à nouveau dans l’exercice. Des personnages qui sont comme les doubles du cinéaste : Jesse Eisenberg en l’occurrence qui emprunte son phrasé, sa démarche, sa gestuelle sans le singer, avec une maestria indéniable.  Des personnages brillamment dessinés : quelle belle galerie de portraits à nouveau avec parfois des personnages caractérisés d’une réplique. Le jazz dont la tristesse sous-jacente à ses notes joyeuses fait écho à la joie trompeuse des personnages. Des pensées sur la vie, l’amour, la mort. Une mise en scène élégante sublimée ici par la photographie du chef opérateur triplement oscarisé Vittorio Storaro (pour « Apocalypse now », « Reds », « Le dernier empereur ») qui travaille pour la première fois avec Woody Allen, et pour la première fois en numérique.

    Ajoutez à cela la grâce et l’intelligence de jeu de Kristen Stewart, éblouissante, dont le regard un instant s’évade et se voile de mélancolie, des seconds rôles excellents et excellemment écrits, la voix de Woody Allen narrateur, une écriture d’une précision redoutable et vous obtiendrez un film au charme nostalgique et ravageur.

    La caméra virtuose de Woody Allen tournoie à l’image de cette société virevoltante dont les excès et les lumières étourdissent et masquent la vérité et les désillusions.  Tous ces noms célèbres cités et égrenés le sont comme un masque sur la vanité de l’existence.  Woody Allen fait dire à un de ses personnages «  Il sait donner au drame une touche de légèreté » alors pour le paraphraser disons qu’ici Woody Allen sait donner à la légèreté une touche de drame. Si drame et comédie s’enlacent et se confondent, le film est par ailleurs construit comme une brillante dichotomie (que symbolise très bien une scène de conversation entre Bobby et Phil, chacun assis sous une colonne, l’espace scindé en deux) : la vérité et le cinéma, New York et Hollywood etc.  Quelle vitalité, lucidité, modernité dans le 47ème film de cet octogénaire !

    Plus qu’une chronique acide sur Hollywood que le film aurait seulement et simplement pu être (Hollywood qualifiée ici tout de même de « milieu barbant, hostile, féroce » et dont Woody Allen n’épargne pas le vain orgueil et la superficialité), c’est surtout un nouvel hommage à la beauté incendiaire de New York empreint d'une féroce nostalgie mais aussi  un hymne aux amours impossibles qui auréolent l’existence d’une lumineuse mélancolie. « L’amour est une émotion et les émotions ne sont pas rationnelles. On tombe amoureux et on perd le contrôle ».  « Le côté poignant de la vie : accepter qu’elle n’ait pas de sens et même se réjouir qu’elle n’ait pas de sens. » Le film se passe dans les années 30. 1939, qui sait ? Et ce réveillon de la nouvelle année par lequel il s’achève est peut-être annonciateur d’un autre crépuscule, celui d’une autre paix bien fragile que cette Café Society qui se noie dans une joie partiellement factice essaie peut-être d’occulter.

    Une scène vaudevillesque digne de Lubitsch et une autre romantique à Central Park valent  à elles seules le voyage. Mais aussi tant de quelques réjouissantes citations parmi lesquelles :

    «  La vie est une comédie écrite par un auteur sadique. »

    « Vis chaque jour comme le dernier, un jour ça le sera. »

     « Tu es trop idiot pour comprendre ce que la mort implique .»

    « C’est bête que les Juifs ne proposent pas de vie après la mort, ils auraient plus de clients. »

    « L’amour sans retour fait plus de victimes que la tuberculose. »

    Le film précédent de Woody Allen qui avait ouvert le festival de Cannes, « Minuit à Paris » était une déclaration d’amour à Paris, au pouvoir de l’illusion, de l’imagination,  à la magie de la ville lumière et surtout à celle du cinéma qui nous permet de croire à tout, même qu’il est possible au passé et au présent de se rencontrer et de s’étreindre, le cinéma  évasion salutaire  «  dans une époque bruyante et compliquée ». Ce film-ci est plus empreint de pessimisme, de renoncement mais c’est notre cœur qu’il étreint, une fois de plus… Le film idéal pour une ouverture du Festival de Cannes avec New York et Hollywood nimbées de lueurs crépusculaires d’une beauté hypnotique, élégamment cruelles.  A l’image des projecteurs et des flashs aveuglants sur les marches du Festival de Cannes.

    « Dreams are dreams » entend-on dans « Café Society » comme une rengaine aux accents de regret. A l’image de ce plan de Bobby dos à la « scène », d’une mélancolie et d’une lucidité bouleversantes et redoutables. Comme un homme face à l’écran. Celui du cinéma qu’est devenue sa vie. Une « Rose pourpre du Caire » dans laquelle rêve et réalité seraient condamnés à rester à leur place. Comme un écho à la sublime affiche du film « Café Society » sur laquelle une larme dorée coule sur un visage excessivement maquillé tel un masque. Celui de la société que ce café d’apparats et d’apparences métaphorise.  Un « café society » qui vous laissera longtemps avec le souvenir de deux âmes seules au milieu de tous, d’un regard lointain et d’un regard songeur qui, par-delà l’espace, se rejoignent. Deux regards douloureusement beaux. Bouleversants. Comme un amour impossible, aux accents d’éternité. Un inestimable et furtif instant qui, derrière la légèreté feinte, laisse apparaître ce qu’est ce film savoureux : un petit bijou de subtilité dont la force et l’émotion vous saisissent à l’ultime seconde. Lorsque le masque, enfin, tombe.

  • Concours - Gagnez vos pass pour le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2019

    Festival du Cinéma Américain de Deauville 2019.jpg

    Comme chaque année, et pour la 10ème année consécutive, en partenariat avec le CID (Centre International de Deauville, salle dans laquelle se déroule le Festival du Cinéma Américain), j’ai le plaisir de mettre en jeu 36 pass (valeur unitaire : 35 euros) pour cette 45ème édition du festival.

    Le concours est en bas de cette page pour ceux qui n’auraient pas envie de lire la présentation qui précède (dans laquelle, cependant, pourraient se trouver quelques réponses aux questions du concours…).

    cinéma,concours,deauville,festival du cinéma américain,chanel,in the mood for cinema,in the mood for deauville,catherine deneuve,anna mouglalis

    cinéma,concours,deauville,festival du cinéma américain,chanel,in the mood for cinema,in the mood for deauville,catherine deneuve,anna mouglalis

    Comme chaque année également, et même à plus forte raison cette année, j’attends avec impatience cette édition (ma 27ème ou 28ème, à vrai dire je ne sais plus trop bien, en revanche s’il y a bien une chose sur laquelle je n’ai aucun doute, c’est que ma passion pour ce festival est toujours aussi vivace !). A plus forte raison cette année écrivais-je car cette édition s’annonce particulièrement prestigieuse puisque :

    -Catherine Deneuve, qui se fait rare, présidera le jury. Elle succède ainsi dans ce rôle à une autre actrice de grand talent, Sandrine Kiberlain. Voilà qui place cette édition 2019 du Festival du Cinéma Américain sous le signe de l'élégance, du prestige, du glamour, et du talent donc. Tant de chefs-d’œuvre figurent dans sa filmographie qu'il me serait impossible de choisir entre ceux-ci parmi lesquels "Les parapluies de Cherbourg", "Le Dernier Métro", "Le choix des armes", "Hôtel des Amériques", "Les Demoiselles de Rochefort", Belle de jour", "Fort Saganne", "Drôle d'endroit pour une rencontre", "Un conte de noël", "Indochine", "Elle s'en va"... Dans l’article à lire, ici, je vous propose plusieurs critiques de films avec cette dernière et notamment celle du film "Les yeux de ma mère" de Thierry Klifa avec, en bonus, mon récit du déjeuner presse avec l'équipe du film (dont Catherine Deneuve) lors de sa sortie.

    cinéma,concours,deauville,festival du cinéma américain,chanel,in the mood for cinema,in the mood for deauville,catherine deneuve,anna mouglalis

    -Chanel sera partenaire du festival pour la première fois cette année. Il n'y a rien de surprenant néanmoins à ce que Chanel soit partenaire de ce festival, les liens entre Chanel et Deauville mais aussi Chanel et le cinéma étant particulièrement étroits. C'est en effet à Deauville que Gabrielle Chanel ouvrit sa première boutique en 1913 (sous l'hôtel Normandy où figure d'ailleurs une plaque en sa mémoire). Et, l'an passé, un parfum nommé Paris-Deauville a été mis en vente par la marque, vente associée à une très élégante campagne de communication orchestrée par Chanel. Retrouvez mon article à ce sujet, ici.

    cinéma,concours,deauville,festival du cinéma américain,chanel,in the mood for cinema,in the mood for deauville,catherine deneuve,anna mouglalis

    -Anna Mouglalis sera présidente du jury Révélation. Notons également que Anna Mouglalis est l'ambassadrice de la maison Chanel depuis de nombreuses années. Elle avait d’ailleurs interprété Coco Chanel dans Coco Chanel & Igor Stravinsky de Jan Kounen. 

    cinéma,concours,deauville,festival du cinéma américain,chanel,in the mood for cinema,in the mood for deauville,catherine deneuve,anna mouglalis

    Pour l’heure, tels sont les seuls éléments connus au sujet de cette programmation 2019 que je ne manquerai pas de vous détailler ici. Cette édition aura cette année lieu une semaine plus tard, du 6 au 15 septembre. La conférence de presse d’annonce de sélection aura lieu le 22 août. Le programme sera néanmoins annoncé dans ses grandes lignes tout au long du mois d’août.

    Si vous hésitez encore à venir, retrouvez mon compte rendu de l’édition 2018, ici, et mon article bilan dans le magazine Normandie Prestige 2019 ou encore mes articles quotidiens publiés l’an passé pendant le festival dans le quotidien Paris-Normandie. Dans ces différents articles, vous trouverez quelques réponses aux questions ci-dessous.

    KRISTEN STEWART recevra un DEAUVILLE TALENT AWARD 2019 dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2019. Une soirée hommage aura lieu le vendredi 13 septembre, suivie de la première française de "Seberg" de Benedict Andrews. Une édition qui s'annonce décidément prestigieuse.

    cinéma,concours,deauville,festival du cinéma américain,chanel,in the mood for cinema,in the mood for deauville,catherine deneuve,anna mouglalis

    "Soucieux de rassembler tous les publics et de célébrer les 10 ans de Deauville Saison, la section consacrée aux séries, le Festival du cinéma américain de Deauville offrira sur grand écran un « marathon » de plus de 70 heures de l’intégralité des 8 saisons de la série Game of Thrones. Les 73 épisodes de la série multi récompensée seront diffusés à raison d’une saison par jour du samedi 7 au samedi 14 septembre 2019. Entrée libre dans la limite des places disponibles, au Cinéma Morny.
    Du 7 au 14 septembre 2019.

    cinéma,concours,deauville,festival du cinéma américain,chanel,in the mood for cinema,in the mood for deauville,catherine deneuve,anna mouglalis

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : CONCOURS 0 commentaire Imprimer Pin it!
  • Chanel, partenaire de la 45ème édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville

    Paris Deauville Chanel.jpg

    Copyright Maison Chanel

    Après l'annonce du nom de Catherine Deneuve comme présidente du jury de cette 45ème édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville (et d'Anna Mouglalis comme présidente du jury Révélation), la réjouissante annonce de Chanel comme partenaire officiel du festival pour la première fois corrobore l'idée selon laquelle cette édition 2019 sera particulièrement prestigieuse, après une édition 2018 déjà très réussie (dont vous pouvez retrouver mon compte rendu détaillé, ici, et mon article bilan dans le magazine Normandie Prestige 2019). Bien entendu, je vous ferai vivre cette édition en direct ici, sur Inthemoodforcinema.com et Inthemoodforhotelsdeluxe.com et je vous ferai également gagner vos pass pour le festival dès demain, en partenariat avec le CID.

    Il n'y a rien de surprenant néanmoins à ce que Chanel soit partenaire de ce festival, les liens entre Chanel et Deauville mais aussi Chanel et le cinéma étant particulièrement étroits.

    Paris Deauville Chanel 2.jpg

     

    C'est en effet à Deauville que Gabrielle Chanel ouvrit sa première boutique en 1913 (sous l'hôtel Normandy où figure d'ailleurs une plaque en sa mémoire).

     

    Coco Chanel à Deauville.jpg

    Et, l'an passé, un parfum nommé Paris-Deauville a été mis en vente par la marque, vente associée à une très élégante campagne de communication orchestrée par Chanel.

    Ainsi peut-on lire cette description de ce parfum sur le site officiel de la ville de Deauville :

    "Cette collection inspirée par trois lieux chers à Gabrielle Chanel (Deauville, Biarritz et Venise) a été imaginée par le parfumeur Olivier Polge en collaboration avec le laboratoire de Création et de Développement des Parfums Chanel. Elle a été lancée à Deauville du 4 au 8 juin 2018. La Maison Chanel avait pour ce lancement mondial investi la Villa Les Frémonts à Trouville-sur-mer et la plage de Deauville. Dans ces deux lieux, des décors inspirés par l’univers de Gabrielle Chanel avaient été totalement créés.

    Gabrielle Chanel.jpg

    Les Eaux de Chanel se composent de trois eaux de toilette (Paris-Deauville, Paris-Biarritz et Paris-Venise) qui ont pour territoire commun la fraîcheur des agrumes, mais chacune avec une interprétation qui lui est propre. Cette collection singulière évoque le train dans lequel on rêvait de monter à la dernière seconde et cette destination qu’il suffit de prononcer pour sentir l’ailleurs sur sa peau. Les Eaux de Chanel plonge dans un inconnu familier avec un fraîcheur sensorielle, immédiate et rémanente qui donne envie de prendre le large. Paris-Deauville offre une immersion dans un vert amer et mordant. Une couleur qui saisit et oxygène le corps. On sent d’abord l’énergie vivifiante de l’écorce d’orange, du petit-grain et de la feuille de basilic, si aromatique. L’essence de rose et les notes jasminées se redressent de leur port de tête impeccable, assumant fièrement le cœur floral de la composition. Puis résonne le caractère tranché, vintage et chypré du patchouli."

    Chanel Paris Deauville.jpg

    Chanel Festival du Cinéma Américain de Deauville 1.png

    Notons également que Anna Mouglalis est « ambassadrice et muse de la maison Chanel depuis de nombreuses années ». Elle avait d’ailleurs interprété Coco Chanel dans Coco Chanel & Igor Stravinsky de Jan Kounen.  Audrey Tautou avait aussi incarné ce rôle.

    Audrey Tautou dans "Coco avant Chanel" d'Anne Fontaine dont vous pouvez retrouver ma critique, ci-dessous, à la fin de cet article :
     
    Tautou.jpg
    tautou2.jpg
     
    Audrey Tautou jouait également dans le magnifique spot "Train de nuit" réalisé par Jean-Pierre Jeunet.
     
    traindenuit1.jpg
     
    Quelques images du film de clôture du 62ème Festival de Cannes: "Coco Chanel et Igor Stravinsky" de Jan Kounen, avec Anna Mouglalis :
     
    cocochanel2.jpg
    cocochanel3.jpg
    cocochanel4.jpg
     
    CRITIQUE de COCO AVANT CHANEL d'ANNE FONTAINE
    coco2.jpg

    Alors le film de Jan Kounen « Coco Chanel et Igor Stravinsky » clôturait le 62ème Festival de Cannes, c’est la même année qu'Anne Fontaine s'intéressa à Chanel, ou plutôt à Coco, l’enfant placée dans un orphelinat avec sa sœur Adrienne (Marie Gillain), puis à la chanteuse sans voix et sans voie qui s’époumone et cherche un bon parti dans un bar interlope où se mêle une foule bigarrée et où elle rencontrera Etienne Balsan (Benoît Poelvorde), puis à la couturière dans l’arrière-boutique d’un tailleur de province, puis à l’anticonformiste, déjà,  dans le château de Balsan…

    La bonne idée est d’avoir choisi un moment précis et déterminant de sa vie, nous épargnant le classique biopic avec maquillage outrancier et ridicule de rigueur, et d’avoir choisi cette période qui éclaire sa personnalité, son parcours, toute une époque aussi, celle où les femmes étaient encore corsetées et avides de liberté(s)...

     A la fois fière et arriviste, forte et fragile, émouvante et agaçante, frondeuse et menteuse, svelte et cassante, androgyne et symbole de féminité, comme son titre l’indique, le grand intérêt du film est de nous faire découvrir Coco avant qu’elle devienne Melle Chanel, avant qu’elle se fasse un nom, son obsession :  qu’on se batte pour dîner à sa table, elle que Balsan faisait, dans un premier temps, dîner dans l’arrière-cuisine avec les domestiques. Elle s’humanise en tombant amoureuse de Boy Capel ( Alessandro Nivola, assez transparent pourtant) mais elle y perd aussi de son mordant, et le film avec elle...

    Audrey Tautou prête ses traits androgynes, sa fragilité apparente, sa détermination inébranlable, son allure et son élégance à ce fabuleux destin, cette Coco, fière et rebelle, éprise de liberté et terriblement vivante.

    Si la mise en scène reflète l’élégance de son personnage principal, dommage que Coco ne lui ait pas aussi insufflé sa liberté, son anticonformisme et sa modernité. Anne Fontaine nous avait habitués à des mises en scène fiévreuses, voire charnelles, mettant habilement en lumière passions destructrices et dévastatrices, d’où probablement ma déception devant cette réalisation académique même si, l’espace d’un instant, une caméra qui glisse avec sensualité sur les étoffes et caresse amoureusement le noir et blanc, nous rappelle la langueur envoûtante dont son  cinéma sait faire preuve.

    Le scénario qui a l’élégante simplicité de son personnage principal a été coécrit par Anne Fontaine avec Camille Fontaine et Christopher Hampton (notamment scénariste de « Chéri » et des « Liaisons dangereuses »,) et la musique a été composée par le très demandé Alexandre Desplat apportant au film une touche de lyrisme.

    Quant à Benoît Poelvoorde dont Anne Fontaine avait déjà révélé une autre facette dans l’excellent « Entre ses mains », il excelle à nouveau parvenant à être tour à tour odieux, touchant, désinvolte,  pathétique  et Emmanuelle Devos en courtisane est assez réjouissante.

    Reste ce plan final où Coco devenue Chanel regarde son passé défiler en même temps que ses mannequins, un regard dans lequel se reflète une jubilation mélancolique, le regard d’une actrice qui a intelligemment su se départir du mimétisme pour incarner un personnage, faire oublier l’original tout en lui rendant hommage, et dont la forte personnalité laisse une empreinte dans son sillage, le film s’effaçant devant celle-ci, devant Chanel et celle qui l’incarne admirablement. Rien que pour cela, ce parfum entêtant d'une forte personnalité, je vous recommande ce film.

  • Offre Escapade Festival au resort Barrière Deauville pour le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2019

    hotel royal Barrière Deauville festival du cinéma américain 2019.jpg

    En attendant de vous faire suivre le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2019 en direct sur mes blogs Inthemoodforcinema.com et Inthemoodfordeauville.com, du 6 au 15 septembre 2019, et en attendant de vous faire gagner vos pass pour la 45ème édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville qui s’annonce d’ores et déjà prestigieuse (nous savons pour le moment que Catherine Deneuve présidera le jury du festival, -mon article à ce sujet, ici – qu’Anna Mouglalis présidera le jury Révélation et que Chanel sera partenaire de cette édition), je vous présente l’offre Escapade des hôtels Barrière, comme chaque année partenaires du Festival du Cinéma Américain de Deauville. De même que pour le Festival de Cannes 2019, les hôtels Barrière sont ainsi au cœur de l’évènement. Si vous hésitez encore à opter pour ce séjour, je vous invite à lire mon compte rendu du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 ici et les deux articles suivants :

    Hôtel Barrière Le Royal de Deauville : séjour de rêve pour le Festival du Cinéma Américain 2017

    Le Jardin Les Neiges de l’hôtel Barrière Le Normandy Deauville : un nouvel an de rêve

    Voici ce en quoi consiste l’Offre Escapade :

    « L’ « Escapade Festival » invite curieux et passionnés de cinéma à vivre un séjour pétillant au milieu des stars et du scintillant. Disponible dans les trois hôtels du Resort Barrière Deauville : Le Normandy, Le Royal et L’Hôtel du Golf, cette offre invite les clients à dormir dans le plus somptueux des décors de cinéma pour s’éveiller avec un petit déjeuner gourmet, de profiter d’un soin au Spa Diane Barrière pour débuter une journée au rythme des émotions du septième art. Grâce au « Pass VIP accès aux projections », les clients des hôtels Barrière ont accès à toutes les séances (hors séances « étoile ») données au Centre International de Deauville, au Cinéma du Casino Barrière Deauville et au Cinéma Le Morny.

    Avec le « Pass VIP soirée », les hôtes accèdent au festival par le Tapis Rouge, ont une place réservée pour la séance du soir. Un cocktail à base de champagne est offert avant la séance. L’ « Escapade Festival », un véritable moment d’émotion de cinéma au cœur de la plus cinéphile des destinations.

    Informations pratiques :

    Offre « Escapade Festival » valable pour des séjours du 6 au 14 septembre 2019, selon disponibilités de l’offre et conditions de l’offre. Elle comprend la nuit en chambre double, les petits déjeuners buffet au restaurant de l’Hôtel, un soin Signature par personne aux Spas Diane Barrière et le Pass Etoile.
    La réservation du séjour doit être faite au moins 3 jours avant la date de votre arrivée pendant le Festival du Cinéma Américain de Deauville. Au-delà de ce délai, les réservations ne seront plus possibles.

    L’accès VIP Festival comprend :

    Les PASS VIP : Accueil tapis rouge suivi d’un cocktail champagne servi au C.I.D. Projection d’un film en avant-première en places réservées dans le grand auditorium Michel d’Ornano.

    Catalogue officiel inclus.

    Les PASS Journée : Accès à la projection de plus de 10 films sur les 3 lieux de projection, hors séance « étoile ».

    Vote pour le prix du Public de la Ville de Deauville.

    Prix : À partir de 479€ la nuit

    www.hotelsbarriere.com