Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

festival du cinéma américain - Page 6

  • Les "Nuits Américaines" du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2009

    nuitsbis.jpgCela vient d'être confirmé sur le site officiel du Festival du Cinéma Américain de Deauville (rubrique "informations pratiques"): l'excellente initiative des "Nuits Américaines" sera bien renouvelée cette année.

     Il s'agit de classiques du cinéma américain projetés pendant 10 jours, de 22H à 10H, au cinéma Le Morny.

    Séances accessibles pour tous sur achat d'un badge de 10€ ou pour 1€ supplémentaire sur tout badge Festival acheté (et sans supplément pour les badges presse et professionnel).

    Je ne connais pas encore le programme des Nuits Américaines de ce 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville et je le mettrai bien entendu en ligne sur inthemoodfordeauville.com dès que ce sera le cas.

  • Restaurants, hôtels...: les adresses d'inthemoodfordeauville.com à Deauville

    Pour patienter en attendant la suite du programme de cette 35ème édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville, outre toutes les informations pratiques que vous pourrez trouver dans la rubrique précitée de ce blog, je vous propose ci-dessous quelques  adresses hôtelières et gastronomiques pour profiter au mieux de ce festival.

    HÔTELS ET RESIDENCES HÔTELIERES

    2008_0903J-2Am20080017.JPG

    Loin devant figurent les hôtels du Groupe Barrière avec une préférence pour le Normandy et le Royal situés en plein centre de Deauville (le Groupe possède un troisième hôtel, l'hôtel du Golf- 4 étoiles- situé à l'extérieur de Deauville, moins pratique pour les festivaliers mais très agréable pour les golfeurs).

    Je vous recommande :

    face 31.jpg

    -L'hôtel Royal  (4 étoiles luxe, pour l'instant, puisque le Royal et le Normandy aspirent à obtenir 5 étoiles avec la nouvelle classification) pour : sa situation (en plein centre de Deauville), sa piscine extérieure très agréable (transats payants néanmoins), son restaurant étoilé  "L'Etrier", son cadre réellement "royal", son bar très prisé des stars américaines pendant le festival (les acteurs américains sont en général logés à l'hôtel Royal alors que les membres du jury sont au Normandy), pour son service irréprochable . Cet hôtel est membre des Leading Hotels of The World.

    -L'hôtel Normandy ( 4 étoiles luxe), mon préféré pour: sa situation (en plein centre, le plus proche du CID, avec un souterrain qui mène directement au casino qui lui-même possède un souterrain qui mène directement au CID,  accès au souterrain uniquement avec votre carte de l'hôtel), pour son spa, parce que c'est un lieu mythique empreint d'une douce et belle mélancolie, pour son bar très cosy, pour son restaurant "La Belle Epoque" et ses soufflés à se damner, pour ses petits déjeuners impériaux, pour son brunch du dimanche (toujours ou presque complet, réservez longtemps à l'avance), pour ses "afternoon tea", pour sa nouvelle terrasse côté mer, pour son service là aussi irréprochable et comme on en retrouve rarement, même à l'étranger.

    Attention: en période de festival, les tarifs passent en saison évènementielle (plus élevés qu'en haute saison et sur demande).

    Si le groupe Barrière est prépondérant à Deauville comme nous le verrons aussi avec les restaurants ci-dessous, les adresses hôtelières ne manquent pas avec de nombreuses nouvelles adresses ces dernières années, avec notamment:

    -La Closerie hôtel et résidence(4 étoiles) : très cher pour les services proposés, pour des chambres parfois tès petites, un endroit très impersonnel, et un personnel pas toujours très aimable pour un lieu de surcroît plus éloigné des salles de projections. Possède une piscine intérieure.

    -La Villa Gardénia: à la fois hôtel (3 étoiles) et résidence (4 étoiles): beaux appartements, certains avec vue sur mer, mais les services laissent aussi parfois à désirer et les prix deviennent assez exorbitants pour les prestations proposées. Le plus proche du CID avec Le Royal et le Normandy.  Possède une piscine intérieure.

    Deux nouveaux hôtels se sont également ouverts ces deux dernières années: "l'Almorial" (un 3 étoiles situé avenue de la République, là aussi assez cher pour un 3 étoiles) et "81 l'hôtel", (également un 3 étoiles) grande maison bourgeoise à la décoration soignée, située à proximité de l'hippodrome.

    Côté institutions deauvillaises, 3 étoiles, vous trouverez également l"hôtel "Le Trophée", également un peu cher pour les services proposés et pour des chambres aux aménagements surannés et rudimentaires malgré la balnéothérapie un peu vieillissante de certaines que ne parvient pas tout à fait à faire oublier la gentillesse de l'accueil. L'hôtel possède une petite piscine extérieure et se situe en plein centre face au Normandy.

    Pour être en plein centre et pour un moindre coût, vous avez également l'hôtel "Hélios", les aménagements sont plutôt spartiates et démodés, et les petits déjeuners là aussi rudimentaires, mais le personnel est aimable et l'hôtel très bien situé. L'hôtel possède aussi une très petite piscine extérieure.

    Je ne vous citerai pas tous les hôtels dont vous pourrez trouver la liste, les adresses et les descriptions en cliquant ici avec notamment des hôtels de chaîne comme un Mercure (le Yacht Club) et un Ibis aux portes de Trouville,  mais encore à Deauville, et également une résidence Maeva en plein centre de Deauville.

    Conclusion: si vous avez les moyens, préférez les hôtels du Groupe Barrière, certes très chers en période de festival, mais avec un prix justifié par les prestations proposées contrairement à la majorité es 3 étoiles de Deauville qui pratiquent des prix que ne justifient ni l'accueil, ni les prestations, tout juste (et pas toujours) l'emplacement.

    Vous trouverez également de nombreux adresses à Trouville, ici: vous n'aurez que la Touques à traverser pour vous rendre à Deauville et profiter du festival.

    RESTAURANTS

    face 30.jpg

    Là non, plus les restaurants ne manquent pas, la majorité d'entre eux appartenant également au Groupe Lucien Barrière.

    Je vous recommande évidemment "L'Etrier" (restaurant étoilé du Royal), "La Belle Epoque" (restaurant du Normandy) mais aussi "Le Ciro's" (restaurant de poissons situé sur les Planches, attention aux jours et heures d'ouverture). Le Groupe Barrière possède également "Le Brummel" , restaurant  du Casino avec une très agréable cuisine et aussi agréable terrasse en été ainsi que le "Bar de la mer" et le "Bar du soleil", situés sur les planches, très agréables l'été,... mais presque toujours bondés en période de festivals (vous pouvez également y prendre seulement  le petit-déjeuner, seulement un verre ou un dessert, ces deux restaurant sont fermés le soir).

    En dehors du Groupe Barrière, vous trouverez de nombreux restaurants Avenue de la République : l'incontournable brasserie Miocque, antre des habitués de Deauville autant pour sa cuisine (de qualité avec un bon rapport qualité prix) que son ambiance, une institution deauvillaise que je vous recommande. Côté brasserie, jouxtant Miocque, vous avez "Le Drakkar", moins cher et moins bon mais avec une ambiance sympathique. L'hôtel "Le Trophée" possède également son restaurant "La Flambée", une cuisine chère pour la qualité et le choix proposés et un service un peu démodé. Lieu méconnu où à une époque défilaient tous les invités américains du Festival (j'y ai ainsi croisé un certain Harrison Ford d'ailleurs invité cette année, et tant d'autres...), un peu tombé en désuétude depuis.

    Côté pizzeria, je vous recommande "Barbara" (juste face au Normandy) là aussi souvent bondé en période festivalière, avec un large choix et un bon rapport qualité prix.

    Pour les amateurs de crêpes ou les plus petits budgets, vous avez la crêperie du Plaza, rue Mirabeau.

    Enfin, rendez-vous place Morny (équivalent deauvillais de la place Saint-Germain et de la place Victor Hugo à Paris... avec bien souvent les mêmes aux terrasses dans l'un et l'autre endroit, à Deauville et à Paris) pour un salon de thé et pour le célèbre café de Paris.

    Pour d'autres restaurants à Deauville et pour les adresses de tous ceux précités, cliquez ici. Et à Trouville vous avez les incontournables "Vapeurs"("cantine d'un certain Spielberg) et "Les 4 chats".

    2009_0315deauvilleasiacloture0003.JPG

    BARS ET DISCOTHEQUES

    Côté bars, je vous recommande "le Brok café", pour son atmosphère intimiste, sa musique salsa et bien sûr les bars du Royal et du Normandy ainsi que le très agréable nouveau bar du casino, nouvelle adresse à la mode, le  Sofa bar, avec une vue plongeante sur Deauville depuis la terrasse (DJs le week end).

    Pour les discothèques, ce sera bien sûr l'indénôtrable "Regine's" (sous le casino, également lieu incontournable des invités du festival) ou les Planches (néanmoins à Blonville, à 4 kilomètres de Deauville).

    Pour d'autres adresses de bars et discothèques, cliquez ici.

    Ce n'est là qu'une sélection subjective, vous trouverez bien d'autres adresses d'hôtels, de restaurants, bars et discothèques à Deauville sur le site internet de l'office de tourisme de Deauville.

  • Le résumé du programme et mes premiers conseils pour vous immerger "in the mood for Deauville"

    deauville20092.jpg

    deauvilleaffiche2009.jpgCette année le Festival du Cinéma Américain de Deauville célèbrera sa 35ème édition, inthemoodforcinema.com (et  évidemment inthemoodfordeauville.com) sera évidemment présent, et cela pour la 16ème année consécutive (enfin ... j'y serai pour la 16ème année et pour la 6ème pour ce blog). Après avoir expérimenté à peu près tous les badges du festival (et même jury en 2000), pour la 7ème année consécutive, c'est en tant que presse que je serai accréditée afin de pouvoir réaliser un compte rendu exhaustif de ce festival et, comme chaque année, vous le relater de l'ouverture à la clôture, des avant-premières aux conférences de presse, des hommages aux films en compétition, de la remise du prix Michel d'Ornano à celle du prix littéraire...

    LES JURYS

    jeunet.jpg

    Jean-Pierre Jeunet au Salon du Cinéma 2009 (©Inthemoodforcinema.com )

    Le Festival aura lieu cette année du 4 au 13 septembre (inthemoodforcinema.com sera présent du 3 au 14), son jury Palmarès sera présidé par le cinéaste Jean-Pierre Jeunet (cliquez ici pour lire mon récit de sa Master class sur "Micmacs à Tire-Larigot" qui sortira le 28 octobre prochain en salles) qui sera accompagné de : Hiam Abbas ( Comédienne, réalisatrice et scénariste), Emilie Dequenne  (Comédienne), Sandrine Kiberlain  (Comédienne et chanteuse), Géraldine Pailhas  ( Comédienne), Dany Boon  (Comédien, scénariste et réalisateur), Jean-loup Dabadie (Ecrivain, scénariste, Membre de l’Académie française),  Patrice Leconte  (Réalisateur, scénariste et comédien).

    Ce jury décernera le Grand Prix et le Prix du Jury.

    Le jury Révélation Cartier, qui récompense un film pour ses qualités novatrices, sera présidé par la réalisatrice, scénariste et comédienne Maïwenn. Elle sera accompagnée de: Romane Bohringer  (Comédienne), Déborah François (Comédienne), Aïssa Maïga (Comédienne),  Nicolas Fargues  (Ecrivain), Raphaël (Chanteur et comédien).

    LES HOMMAGES ET L'INVITE D'HONNEUR

    indiania2.jpg

    Comme chaque année le Festival rendra hommage à des personnalités du cinéma américain, cette année: au comédien, producteur et réalisateur Andy Garcia; au réalisateur et producteur Robert Aldrich (en partenariat avec la Cinémathèque Française, six de ses films seront projetés à Deauville à cette occasion); à la comédienne Robin Wright Penn;  aux réalisateurs, scénaristes et producteurs David Zucker, Jim Abrahams, Jerry Zucker.

    L'invité d'honneur du Festival sera cette année le comédien Harrison Ford dont le Festival a déjà projeté un grand nombre de films.

    PRIX MICHEL D'ORNANO

    qu'un seul.jpg

    Le Prix Mochel d'Ornano sera attribué à "Qu'un seul tienne et les autres suivront" de Léa Fehner, le dimanche 13 septembre.

    PRIX LITTERAIRE

    colum.jpg

    Comme chaque année, le jury composé de Frédéric Beigbeder, Gilles-Martin Chauffier, André Halimi, Jean-Claude Lamy, Eric Neuhoff et Gonzague Saint-Bris a attribué le prix littéraire (rendez-vous dans la rubrique "prix littéraire" du blog inthemoodfordeauville.com pour connaître les lauréats des années passées) qui sera décerné au lauréat le jeudi 11 septembre à: Colum McCann pour son livre "Et que le vaste monde poursuive sa course folle" (Editions Belfond).

    COMPETITION

    personnal effects.jpg

     La compétition, que je ne manque jamais, nous promet comme chaque année de belles surprises avec, au programme,  cette année (et notamment 4 premiers films): Cold Souls  de Sophie Barthes,  Harrison, Montgomery  de Daniel Davila,  Humpday de Lynn Shelton, Personal Effects  de Rick Moody,  Precious de Lee Daniels,  Sin Nombre  de Cary Fukunaga,   The Good Heart  de Dagur Kari,  The Killing Room  de Jonathan Liebesman,  The Messenger d’ Oren Moverman,   The World's Greatest Dad  de Bobcat Goldthwait.

    PREMIERES

    julie.jpg

    Les Films en Première, dont un certain nombre sont projetés le soir (séances accessibles sur cartes d'accès au CID et sur badge 30 minutes après au casino): 500 jours ensemble  de Marc Webb (dont vous pouvez d’ores et déjà lire ma critique en cliquant ici),  Black Dynamite  de Scott Sanders,  City Island  de Raymond de Felitta,  Hôtel Woodstock d’Ang Lee (qui figurait en compétition du 62ème Festival de Cannes),   Julie et Julia de Nora Ephron (avec et en présence de Meryl Streep),   La Proposition  d’Anne Fletcher,  Like Dandelion Dust  de Jon Gunn,   Pippa Lee  de Rebecca Miller,   The Open Road  de Michael Meredith,  Ultimate Game  de Mark Neveldine et  Brian Taylor.

    DOCS DE L'ONCLE SAM

    food.jpg

    En quelques années, depuis sa création en 2003,  la section "Docs de l'Oncle Sam" a réussi à s'imposer comme un temps fort du festival avec, cette année, comme documentaires américains au programme:  Boy Interrupted  de Dana Perry,  Food, Inc. de Robert Kenner,  It Might Get Loud  de Davis Guggenheim,  Nightmares in Red , White & Blue : the Evolution of the American Horror Film  d’Andrew Monument,  The Cove  de Louie Psihoyos,   The September Issue  de R.J. Cutler,  When you're strange de Tom DiCillo.  

    CEREMONIE D'OUVERTURE DU FESTIVAL

    julia.jpg

    Cette année le Festival a décidé d'innover en proposant un concert de Julia Migenes en ouverture du Festival.

    INVITES ATTENDUS

     Les invités attendus cette année, outre les membres des deux jurys précités, l'invité d'honneur Harrison Ford et les personnalités auxquelles il sera rendu hommage également précitées: Sandra Bullock, Jeff Bridges, Ang Lee, Michelle Pfeiffer, Meryl Streep, Amy Adams, Stanley Tucci, Gerard Butler, Robin Williams ...

    INFORMATIONS PRATIQUES ET CONSEILS POUR PROFITER AU MIEUX DU FESTIVAL

    farelly cartier 002bis.jpg
    (©Inthemoodforcinema.com )

     Deauville est un festival relativement accessible même si, depuis 3 ans, les séances du soir au CID se font uniquement sur cartes d'accès  (disponibles dans la limite des places sur les terrasses du festival pour les détenteurs de pass permanents, se présenter une heure ou deux avant pour les avant-premières les plus attendues, mais il peut arriver exceptionnellement qu'il n'y en ait pas) mais toujours sur badge au casino.

    Pour les films en compétition et les avant-premières de la journée, l'entrée se fait sur badge, quel qu'il soit. Concernant les premiers, les séances sont rarement complètes.

    blogde20.jpgblogphoto10.jpgblogde16.jpg
    Ed Harris, George Clooney, Morgan Freeman en conférences de presse du Festival du Cinéma Américain de Deauville

    (©Inthemoodforcinema.com )

    Quel que soit votre badge, sachez que les badges presse sont prioritaires aux conférences de presse mais que les autres pass peuvent entrer en cas de places libres (souvent le cas pour les films en compétition, moins lorsqu 'il y a des "têtes d'affiche", conférences pour lesquelles toute la presse ne peut parfois pas entrer.) Si vous avez un pass presse, les conférences sont très accessibles, il ne m'est jamais arrivé d'être refoulée même pour  des conférences très prisées comme celles de Brad Pitt et George Clooney il y a deux ans. 

    Le pass permanent coûte 150 euros et le pass journalier 30 euros (son coût a baissé par rapport aux années précèdentes), néanmoins si vous restez plus de 3 jours, je vous conseille plutôt d'investir dans le pass permanent avec lequel vous serez prioritaires pour le retrait des cartes d'accès pour les Premières du soir sur les terrasses du festival.

    Sachez encore que la salle du CID compte 1500 places, celle du casino 700 et celle du Morny 271 (et 99 pour les Nuits Américaines).

     Pour tous les détails concernant les informations pratiques rendez-vous ici.

    SOIREE ANNIVERSAIRE DU FESTIVAL?

    blogde49.jpg
    Lucas et Coppola (©Inthemoodforcinema.com )

    Pour l'instant, rien n'est signalé concernant une éventuelle soirée de célèbration de ce 35ème anniversaire du festival (comme cela avait été le cas pour les 25 ans - avec l'invitation de 25 stars américaines et non des moindres: Lauren Bacall, Kirk Douglas, Cyd Charisse, Geena Rowlands...; ou pour les 25 ans avec la présence de Lucas, Coppola et Spielberg).

    LES NUITS AMERICAINES?

    nuits.jpg

    Par ailleurs, nous ne savons pas si l'excellente initiative des Nuits Américaines créées en 2007 ( des classiques du 7ème art américain projetés 24H24) sera reconduite cette année, le programme ne nous a en tout pas été communiqué pour le moment.

    LIENS INTERNET

    blogde23.jpg

    (©Inthemoodforcinema.com )

    Vous pourrez suivre ce 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville en direct sur son site officiel, sur In the mood for Deauville (sur lequel vous trouverez également de nombreux liens vers des sites et blogs évoquant le festival) et sur In the mood for cinema, sur mon compte twitter, et sur les pages Facebook consacrées à celui-ci que j'ai créées: le groupe des "Inconditionnels du Festival du Cinéma Américain de Deauville", la page de l'Evènement  et la Fan Page du Festival du Cinéma Américain de Deauville.

    Il ne s'agit là que d'un résumé du programme que vous pourrez trouver détaillé sur mon blog entièrement consacré au Festival du Cinéma Américain de Deauville, "In the mood for Deauville" sur lequel vous trouverez également de nombreuses archives sur les éditions précédentes du Festival de Deauville.

     Ce programme pourra être ultérieurement complété, toutes les informations complémentaires seront publiées sur inthemoodforcinema.com et détaillées sur inthemoodfordeauville.com  et bien sûr sur le site officiel du Festival du Cinéma Américain de Deauville. 

  • Les Docs de l'Oncle Sam du 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    september.jpg

    Depuis quelques années le Festival, dans la catégorie "Les Docs de l'Oncle Sam" nous proposent des documentaires qui ont souvent connu un certain retentissement et sont souvent de qualité..., je vous les recommande donc.

    BOY INTERRUPTED de Dana Perry

    Dans la nuit du 2 octobre 2005 a New York, Evan Scott Perry, un des fils de la réalisatrice, se donne la mort en sautant par la fenetre de sa chambre. Il avait quinze ans. Le film retrace sa vie et sa lutte contre des troubles bipolaires - une forme de dépression - à travers les témoignages de ses proches et les films tournés par ses parents depuis le jour de sa naissance.

    FOOD, INC de Robert Kenner

    food.jpg

    Que savons-nous des aliments que nous mangeons tous les jours ? Ce documentaire lève le voile sur les méthodes de production irresponsables de l’industrie alimentaire. Afin de maintenir des profits conséquents, les industriels ne se contentent pas de compromettre le gagne-pain de nombreux agriculteurs et d’ouvriers agricoles mais ils mettent aussi en danger la santé des consommateurs.

    IT MIGHT GET LOUD de Davis Guggenheim

    itmight.jpg

    Trois guitaristes virtuoses de trois générations différentes ont marqué de façon décisive la musique rock : Jimmy Page (Led Zeppelin), The Edge (U2) et Jack White (White Stripes). Ils se rencontrent pour la première fois et racontent leur révolte musicale et leurs histoires personnelles, partagent leurs influences, s’échangent des chansons et jouent ensemble.

    NIGHTMARES IN RED, WHITE & BLUE: THE EVOLUTION OF THE AMERICAN HORROR FILM de Andrew Monument 1er film

    Des auteurs légendaires tels John Carpenter, George A. Romero et Joe Dante développent l’idée que les films d’horreur sont le reflet de leur temps et de leur lieu de création. Ces témoins privilégiés montrent comment les films de monstres classiques ont exploité les peurs de l’après guerre et comment les films d’horreur modernes plus violents sont issus de la contreculture americaine.

    THE COVE 1er film de Louie Psihoyos

    cove.jpg

    Louie Psihoyos et une équipe d'activistes, cinéastes et plongeurs ont decidé de mener l’enquête sur un secret que les habitants de la crique de Taiji au Japon s’efforcent de garder avec véhémence : celui d’une pêche sanglante organisée, le massacre et la torture de 23 000 dauphins en l’espace de 6 mois chaque annee.

    THE SEPTEMBER ISSUE de R.J. Cutler

    Célèbrissime rédactrice en chef de l’édition americaine du magazine Vogue, Anna Wintour est l’une des icônes les plus puissantes et les plus fascinantes du monde de la mode. Jusqu’à present, elle n’avait jamais autorise quiconque a s’immiscer dans les arcanes de la création de son magazine. Elle a fait une exception pour R.J. Cutler qui a suivi la fabrication du numero de septembre de Vogue.

    WHEN YOU’RE STRANGE de Tom DiCillo

    when.jpg

    A l’origine, il y a "Les portes de la perception", le livre d’Aldous Huxley sur son expérience de la mescaline et d’autres drogues hallucinogènes. La citation de William Blake, qui lui a fourni le titre de ce livre, inspira également Jim Morrison et Ray Manzarek pour le nom du groupe - The Doors - qu’ils fonderent en 1965 a Venice Beach avec John Densmore et Robby Krieger. Ils allaient devenir l’un des groupes les plus importants et les plus influents du rock americain.

  • Informations pratiques complémentaires: salles et accréditations

    Vous pouvez d'ores et déjà trouver de très nombreuses informations pratiques concernant Deauville et son Festival du Cinéma Américain dans la rubrique "informations pratiques" du blog. En voici quelques autres pour les complèter (Source: dossier de presse du festival).

    A noter: la baisse du prix du pass journalier passé à 30 euros.

    2008_0906am08joue10001.JPG

    Horaires d’ouverture des banques d’accréditation:

    Ouverture générale le vendredi 4 septembre a 11h. Tous les jours, ouverture 30 minutes avant le premier film projeté, fermeture 30 minutes avant le dernier film projeté au C.I.D. Les grilles de programmation sont consultables deux semaines avant le Festival sur le site internet www.festival-deauville.com  et sont disponibles une semaine avant l’évènement.

    Accès en salle

    Les badges donnent accès a toutes les séances bleues en journée. Les séances rouges, programmées entre 20h et 20h30 au C.I.D, sont uniquement accessibles sur carte d’accès. Des cartes d’accès (couleur beige) sont remises sur les Terrasses du festival a 17h pendant toute la durée du Festival, dans la limite des places disponibles. Les possesseurs de badges permanents sont prioritaires lors de la remise de ces cartes. Des cartes Last Minute (couleur bleue) sont également distribuées sur les Terrasses. Elles ne garantissent pas l’accès en salle. Une file d’attente last minute est organisée des 20h et s’ouvre en fonction des disponibilités en salle. Le film projeté en séance rouge au C.I.D est programmé 15 minutes plus tard au Cinema du Casino.

    Les Terrasses du Festival

    Ouvertes au public de 10h a 19h. Elles accueillent la tente officielle, lieu des ≪ photo-calls ≫ et des ≪ conférences de presse ≫, les partenaires exposants ainsi que le Cafe-Bar du Festival. Les Terrasses, au coeur du Festival, offrent l’occasion d’apercevoir les stars et d’assister aux seances rouges.

    TARIF PUBLIC (par personne TTC)

    Badge bleu Permanent : 150 €

    Ce badge est strictement nominatif et non cessible. Il donne accès a toutes les séances bleues inscrites sur la grille de programmation et est valable pendant 10 jours.

    Ce tarif comprend le badge, la grille de programmation et le catalogue.

    Badge bleu Journalier : 30 €

    Accès a toutes les seances bleues, valable pendant 1 journée.

    Ce tarif comprend le badge et la grille de programmation.

    Badge bleu Etudiant -26 ans/demandeur d’emploi : 12 €

    Accès a toutes les séances bleues, valable pendant 1 journée

    Ce tarif comprend le badge et la grille de programmation. Sur présentation d’un justificatif en cours de validite.

    CATALOGUE OFFICIEL + AFFICHE : 15 €

    AFFICHE : 6 €

    POINTS DE VENTES

    Dès à présent:

    - Tous les types de badges et les affiches du Festival sont en vente a l’accueil administration du Centre International de Deauville.

    - Possibilite de réserver tous les types de badges (hors etudiant) sur le site officiel du Festival : www.festival-deauville.com

    - Les badges journaliers, les badges journaliers etudiants -26 ans/demandeurs d’emploi ainsi que les et les catalogues seront en vente à l’Office de Tourisme de Deauville.

    - Les badges bleus permanents et journaliers sont en vente dans tout le reseau FNAC et sur le site www.fnac.com.

    A partir du vendredi 4 septembre 2009 à 11h et pendant toute la durée du Festival:

    Tous les types de badges ainsi que les affiches et les catalogues sont en vente à la banque d’accréditation du Centre International de Deauville.

  • Harrison Ford: invité d'honneur du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2009

    Après avoir fait l'ouverture du Festival en 2003 pour "Hollywood Homicide" de Ron Shelton et avoir eu un certain nombre de ses films projetés en avant-première au Festival, Harrison Ford revient cette année en tant qu'invité d'honneur.

    indiania2.jpg

     

    FILMOGRAPHIE D'HARRISON FORD

    1965 DEAD HEAT ON A MERRY GO ROUND (Un truand) de Bernard Girard

    1967 A TIME FOR KILLING (La poursuite des tuniques bleues) de Phil Karlson

    LUV de Clive Donner

    1968 JOURNEY TO SHILOH (La brigade des cow-boys) de William Hale

    1970 GETTING STRAIGHT (Campus) de Richard Rush

    1973 AMERICAN GRAFFITI de George Lucas

    1974 THE CONVERSATION (Conversation secrete) de Francis Ford Coppola

    1977 STAR WARS (La guerre des etoiles) de George Lucas

    HEROES de Jeremy Paul Kagan

    1978 FORCE TEN FROM NAVARONE (L’ouragan vient de Navarone) de Guy Hamilton

    1979 APOCALYPSE NOW de Francis Ford Coppola

    HANOVER STREET (Guerre et passion) de Peter Hyams

    THE FRISCO KID (Un rabbin au Far-West) de Robert Aldrich

    1980 THE EMPIRE STRIKES BACK (L’empire contre-attaque) de Irvin Kershner

    1981 RAIDERS OF THE LOST ARK (Les aventuriers de l’arche perdue) de Steven Spielberg

    1982 BLADE RUNNER de Ridley Scott

    1983 RETURN OF THE JEDI (Le retour du Jedi) de Richard Marquand

    1984 INDIANA JONES AND THE TEMPLE OF DOOM

    (Indiana Jones et le temple maudit) de Steven Spielberg

    1985 WITNESS de Peter Weir

    1986 MOSQUITO COAST de Peter Weir

    1987 FRANTIC de Roman Polanski

    1988 WORKING GIRL de Mike Nichols

    1989 INDIANA JONES AND THE LAST CRUSADE

    (Indiana Jones et la derniere croisade) de Steven Spielberg

    1990 PRESUMED INNOCENT (Presume innocent) de Alan J. Pakula

    1991 REGARDING HENRY (A propos d’Henry) de Mike Nichols

    1992 PATRIOT GAMES (Jeux de guerre) de Phillip Noyce

    1993 THE FUGITIVE (Le fugitif) de Andrew Davis

    1994 CLEAR AND PRESENT DANGER (Danger immediat) de Philip Noyce

    JIMMY HOLLYWOOD de Barry Levinson

    1995 LES CENT ET UNE NUITS de Agnes Varda

    SABRINA de Sydney Pollack

    1997 THE DEVIL’S OWN (Ennemis rapproches) de Alan J. Pakula

    AIR FORCE ONE de Wolfgang Petersen

    1998 SIX DAYS, SEVEN NIGHTS (Six jours, sept nuits) de Ivan Reitman

    1999 RANDOM HEARTS (L’ombre d’un soupcon) de Sydney Pollack

    2000 WHAT LIES BENEATH (Apparences) de Robert Zemeckis

    2002 K-19: THE WIDOWMAKER (K19: le piege des profondeurs) de Kathryn Bigelow

    2003 HOLLYWOOD HOMICIDE de Ron Shelton

    2006 FIREWALL de Richard Loncraine

    2008 INDIANA JONES AND THE KINGDOM OF THE CRYSTAL SKULL

    (Indiana Jones et le royaume du crane de cristal) de Steven Spielberg